Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 16:00
2 Chroniques 14-16 / 1 Rois 15

« Il fit ce qui est bien et droit aux yeux de l’Eternel, son D.ieu »

L’histoire des rois dans le Tanakh est une remarquable étude sur la réalité historique en Israël, notamment après le schisme qui scinda le pays en deux. Nous pouvons voir l’influence de chacun des rois de Juda et d’Israël, selon leur foi et leur caractère. Spirituellement, c’est une étude intéressante sur le croyant partagé entre le pouvoir et l’idolâtrie d’un côté et l’obéissance à D.ieu de l’autre. Certains des rois de Juda ont eu une action plus positive que d’autres, marquant la génération de leur empreinte. Asa fait partie des grands rois qui ont droit à l’expression : « Il fit ce qui est bien et droit aux yeux de l’Eternel, son Dieu ». Pourtant, en lisant sa vie qui se déroule en trois chapitres en 2 Chroniques 14-16, on ne peut que s’étonner de sa triste fin de règne : « Asa eut les pieds malades, au point d’éprouver de grandes souffrances. Même pendant sa maladie, il ne chercha pas l’Eternel, mais il consulta les médecins ». Et l’on voit qu’auparavant, il avait fait enfermer le prophète Hanani, opprimant également d’autres personnes de son entourage. Que s’est-il passé avec ce roi qui avait un si bon témoignage ? N’est-ce pas terrible de finir ainsi alors que toute sa vie ne révèle aucune faute ? Asa est mort dans la 41ème année de son règne ; il semble que les six dernières lui ont été fatales. Vis-à-vis de D.ieu, en fin de compte, ne vaut-il pas mieux avoir une vie plus difficile comme celle du roi Manassé, qui eut un long règne despotique, mais se repentit avant de mourir, réjouissant ainsi le coeur de D.ieu ? Non, nous ne pouvons pas le dire, sachant que nous serons tous appelés à un jugement de nos actions sur la terre…

 
La vie du roi Asa nous donne un enseignement précieux. Elle nous révèle qu’une vie de foi doit être menée jusqu’à terme. Quelle détresse de voir des chrétiens qui ont eu un si bon témoignage leur vie durant, chuter soudainement et mourir comme frappé par un jugement ! La Bible nous enseigne à persévérer jusqu’au bout. Philippiens 3 :12 nous dit : « Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus–Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus–Christ. ». La fin d’une course est le plus difficile ; on voit le but et c’est là que l’on relâche son attention, sa vigilance. Quel dommage de ne pas remporter la victoire, la récompense, comme le dit l’apôtre ! Hébreux 10 :36 nous dit que la qualité essentielle de ce temps de fin de course – c’est le temps des derniers jours que nous vivons – c’est la persévérance : « Vous avez besoin de la persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis ; Encore un peu temps, Celui qui doit venir viendra et Il ne tardera pas… Nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme. »

La vie du roi Asa est un message pour tout chrétien qui aspire à faire la volonté de D.ieu dans sa vie ; c’est un message pour l’Eglise d’aujourd’hui.

 
Troisième dans la lignée des rois de Juda…

Asa est le troisième sur la liste des rois de Juda. Le schisme eut lieu en Israël, à la suite de l’apostasie du roi Salomon. « Son cœur ne fut point tout entier à l’Eternel, comme l’avait été le cœur de David » - 2 Rois 11 :4. Un cœur tout entier - levav shalem – c’est la clé d’une bonne relation avec D.ieu. Malheureusement, comme Salomon, Asa « cessa d’aimer le Seigneur de tout son cœur ».

 
Lors du schisme, le Seigneur déchira la tunique en 12 morceaux (1 Rois 11 :30) et en donna 10 à Jéroboam, un serviteur éphraïmite qui instaurera l’apostasie dans le royaume du Nord. Cependant, le Seigneur garda la flamme allumée en Juda / Benjamin car le Seigneur conservera à l’égard de Juda Ses promesses et Sa tendresse en souvenir de David. « C’est ainsi qu’Israël s’est détachée de la maison de David jusqu’à ce jour » - 2 Chron.10 :19.  Notons que les Chroniques ne contiennent que l’histoire des rois de Juda, représentants de la lignée de David. Certains rois de Juda ne furent cependant pas à la hauteur des espérances de D.ieu.

 
En quoi Roboam, le fils de Salomon, achoppa-t-il ? Son règne de 17 ans ne fut pas glorieux malgré une tentative de repentance et l’intervention du prophète Schemaeja. Durant son règne, l’armée de l’Egyptien Schischak conquit Jérusalem et la laissa exsangue. Le cœur de Roboam n’était pas entier à l’Eternel : « il abandonna Sa loi ». Dieu se servit de sa dureté pour le rendre odieux aux yeux du peuple, précipitant la séparation d’avec les 10 autres tribus. Sa mère Naama était Ammonite, l’une de ces femmes qui avaient obtenu de Salomon le privilège du culte d’Astarté à Jérusalem. Il épousa Maaca, fille de Salomon, sa préférée au milieu des 18 femmes et 60 concubines qu’il possédait (!). Maaca (= oppression) eut un rôle néfaste, car elle aussi était une adepte d’Astarté. On verra par contre que Asa aura la sagesse et le courage de lui enlever « sa dignité de reine », abattant son idole, la réduisant en poudre et la brûlant dans la vallée du Cédron - 2 Chron.15 :16.

 
Abija, fils de Roboam,  ne régna que 3 ans. Il eut un cœur droit, et tenta de préserver l’unité de tout Israël. D.ieu se servit d’Abija pour terrasser Jéroboam qui avait fait son œuvre de destruction morale et spirituelle en installant ses veaux d’or à Béthel et à Dan : « L’Eternel le frappa et il mourut » - 2 Chron.13 :20. Abija devint puissant et Juda fut en repos pendant 10 ans, nous dit la Bible.

 
La vie d’Asa : une vie de foi remarquable à tous égards

Asa était un grand roi. Il fit disparaître les autels étrangers et les hauts-lieux (les bamot), il brisa les statues, et abattit les idoles, ordonnant à Juda de rechercher l’Eternel. Il bâtit des villes et eut du succès dans ses entreprises. Contre Zerach l’Ethiopien et son armée pourtant forte d’un million d’hommes et de 300 chars, Asa obtint une grande victoire, car D.ieu était avec lui ; le butin fut considérable. Le Seigneur donna cette fameuse parole : « Si vous cherchez l’Eternel, vous le trouverez, mais si vous L’abandonnez, Il vous abandonnera ! » ; Asa aurait dû se souvenir de cette parole, pour la fin de sa vie. Il amena tout le peuple à chercher l’Eternel, « de tout leur cœur et de toute leur âme ». En 2 Chron.14 :14, nous voyons que Juda vécut un réveil extraordinaire, lorsque le roi restaura l’autel de l’Eternel : « Ils jurèrent fidélité à l’Eternel à voix haute, avec des cris de joie et au son des trompettes et des cors… ils avaient cherché l’Eternel de plein gré et ils L’avaient trouvé. ». L’Eternel donna à Juda alors du repos de tous côtés.

 
Quel a été le problème dans la vie d’Asa ?

C’est à la 36e année qu’Asa tombe dans un piège grossier, celui de s’allier avec l’étranger, délaissant pour une fois le conseil de D.ieu. Le roi d’Israël Baescha lui causait des problèmes, et voulant s’en débarrasser, Asa fit alliance avec Ben Hadad le roi de Syrie. Le Seigneur envoya donc le prophète Hanani pour sermonner le roi, et l’avertit qu’à cause de cela, Juda allait payer un prix fort, celui de la guerre. Et Asa s’emporta contre Hanani, le mettant aux fers, en prison. Il ne supporta pas sa remontrance : « Tu as agi en insensé… en t’appuyant sur un bras de chair, un ennemi d’Israël, alors que tu avais vu combien Dieu t’avait livré toute l’armée de Zerach dans tes mains… », lui dit Hanani. Résumons les erreurs du roi :

1)      Il ne s’appuie plus sur D.ieu mais sur un ennemi déclaré, et cela pour s’allier contre ses frères du Nord,

2)      Il regimbe à la correction divine, contrairement à David qui, lui, avait su assumer ses fautes,

3)      Il persiste en enfermant le prophète. Plus tard, endurci dans son péché, il ne consultera pas l’Eternel qui veut encore l’avertir par une maladie de pieds douloureuse.

 
Au lieu de persévérer dans la foi, Asa a persévéré dans l’erreur. Il s’est endurci contre Dieu…

« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs. » - Hébr.4 :7.

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement