Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 12:22

« Eglise, réveille-toi ! »

 

Le Seigneur nous étonne toujours et nous déconcerte parfois. Ses projets dépassent nos raisonnements humains. Pourquoi, par exemple, D.ieu a-t-il choisi pour succéder au roi David, son fils Salomon qui fut le fruit d’un adultère et d’un meurtre prémédité ?... Pourquoi également Bath-Sheva femme d’Urie le Héthien, fut-elle choisie parmi toutes les femmes vertueuses de David pour mettre au monde Salomon, le type du Messie-Roi, Prince de la paix du royaume millénaire ?... En fait, nous devons simplement savoir que D.ieu est miséricorde et qu’Il se plaît à faire grâce, comme Il a fait grâce à David pour son péché. De même, Il a utilisé Bath-Shéva, la femme d’un étranger.  Il a utilisé Ruth la Moabite et Tamar la prostituée qui sont à présent de la lignée davidique. D.ieu révèle qu’il n’y pas de « norme ». C’est selon Son plaisir et Sa justice…  

 

Les éléments-clés d’un drame prophétique
Comprenons les choses de D.ieu de manière prophétique car D.ieu n’agit pas par hasard. Lisons en 1 Rois 1.1 : « Le roi David était vieux… ». C’est là la première phrase du livre des Rois - le livre qui décrit la lignée des rois d’Israël et de Juda et évoque la descendance davidique ! Celle-ci nous conduit jusqu’à la venue du Messie glorieux devant régner sur la terre, en accomplissement de toutes les prophéties de l’Alliance divine. David est vieux et n’a peut-être plus tout son discernement. Mais D.ieu a laissé un homme lui rappeler ses devoirs, pour notamment préparer sa succession. Cet homme est Nathan le prophète qui justement avait été choisi pour veiller sur le fils de Bat-Shéva (2 Sam 12.25). 

 
Au courant de la conspiration d’Adonija allié avec Joab et Abiathar, Nathan va d’abord interpeller Bath-Schéva, avant d’avertir le roi David. C’est la pensée prophétique qui nous réveille ! Or comme David, Bath-Schéva semble dormir. Nathan utilise alors un stratagème « diplomatique » pour avertir le roi. Il parle d’abord à Bath-Schéva : « N’as-tu pas appris qu’Adonija, fils de Haggith, est devenu roi, sans que notre seigneur David le sache ? » - 1Rois 1.11. Puis il explique son plan à Bath-Scheva pour aborder le roi, lui rappeler ses devoirs et lui faire part de la menace de putsch d’Adonija. Bath-Schéva va donc rappeler au roi que son fils Salomon doit être son successeur. Puis Nathan interviendra pour appuyer sa demande.

 

Bath-Shéva et David
Prophétiquement dans ce contexte, Bath-Schéva représente l’Eglise, tandis que David est Israël. Nous voyons David/Israël, au soir d’une longue vie faite de dures batailles mais une vie remplie et glorieuse ayant permis à son pays d’être grand. David est rassasié de jours et l’âge aidant, il a perdu l’acuité des choses de D.ieu, notamment à propos des promesses faites sur Salomon et le Temple devant être construit. De l’autre côté, il y a Bath-Schéva la veuve du soldat d’origine païenne Urie, et qui a eu l’honneur d’être choisie pour devenir la femme du roi David. Malgré la douleur de la perte de son mari, sans doute y a-t-il en Bath-Schéva la fierté d’être le 2e personnage du royaume après David. A ce moment, elle pouvait se contenter d’être aux côtés du roi, comme première dame en quelque sorte et jouir de ce privilège.

 
Cela représente un certain contentement de soi, un endormissement et avec cela l’oubli des injonctions divines. Mais D.ieu le rappelle : David et Bath-Schéva ne sont pas la finalité de la royauté davidique ! Il y a plus. Faisons le parallèle avec aujourd’hui : l’Israël d’aujourd’hui n’est pas l’image du royaume de demain et l’Eglise actuelle, qui a une place enviable dans le cœur de D.ieu, ne doit pas oublier cependant qu’elle n’est pas la finalité. Il y a une suite, il y a un royaume qui vient, il y a un « Salomon » en la personne du Messie qui doit venir en gloire. Voilà la finalité ! Et l’ennemi le sait et nous endort. Sa stratégie sera de nous faire croire que tout est bien et que l’Eglise a accompli sa mission. Or, ce n’est pas le cas, pas encore.


Les prémices annoncent la moisson
Examinons les fêtes de l’Eternel. Elles sont au nombre de trois : Pessa’h, Shavou’ot et Soukkot. Nous savons que Soukkot est le temps de la récolte, tandis que Pessa’h est le temps des semences. Entre les deux se trouve Shavou’ot, fête durant laquelle on célèbre les prémices – « les prémices de la moisson du froment » (Ex 34.22). Il y a un ordre biblique, naturel et prophétique. Pour l’Eglise, nous sommes au temps de Shavou’ot - la Pentecôte : l’Esprit a été donné à un peuple choisi pour la propagation de l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre – voilà la mission de l’Eglise dont parlent les Evangiles. Mais l’Eglise actuelle issue des nations ne représente en fait que les prémices d’une récolte à venir… au temps de Soukkot !!

 Or, depuis 1967 et selon la parole du Seigneur (Luc 21.24), le « temps des nations » est terminé - Israël est à nouveau sur sa terre. Le temps des nations a fait place au temps messianique. Aujourd’hui le mandat de l’Eglise a changé selon le temps kaïros. Comme Jean-Baptiste a été appelé à préparer le chemin du Seigneur, nous sommes appelés à préparer le chemin du Roi qui vient à Jérusalem pour établir Son royaume : voilà la mission ultime - « Alors la gloire de D.ieu sera révélée sur toute chair » - Esaïe 40.5.

 
Certains diront : « Mais les Evangiles ne parlent que d’une mission, celle d’évangéliser la terre ». C’est vrai, et D.ieu ne se contredit pas, car toutes les promesses des prophètes mentionnent la venue du Royaume millénaire. Ces promesses pour le temps à venir dans l’AT sont la Parole de D.ieu, et dans le livre de l’Apocalypse, ce mandat est révélé comme une mission qui concerne tous les chrétiens. L’objectif est l’humanité toute entière – « … et la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel » - Esaïe 11.9.

 

Salomon le 7e fils, et la 7e trompette de l’Apocalypse
Il est intéressant de voir que Salomon est le 7e fils de David. En Chron 3, David a vu naître 6 fils durant son règne à Hébron, issus de différentes épouses : Amnon, d’Achinoam – Daniel, d’Abigaïl – Absalom, de Maaca – Adonija, de Haggith – Schephatia, d’Abithal et Jithream, d’Egla. Ensuite, il est dit qu’à Jérusalem David eut 4 fils de Bath-Schéva et 9 autres sans que les épouses ne soient mentionnées. Ne sont pas comptés les fils des concubines. Selon ces descriptions, Salomon est donc le 7e fils et le 1er à être né à Jérusalem.

 
Comparons avec Apo 11.15 révélant l’annonce du Royaume millénaire par le 7e coup de trompette :

« Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Messie ; Il régnera aux siècles des siècles ».

 
La 7e trompette prophétise le début du règne messianique sur la terre et la soumission des nations au Seigneur. Nous connaissons ces choses : Apo 19 à 21 parle de la venue glorieuse du Messie avec ses armées et tous les saints. Nous ne pouvons ignorer cela.

 

La source de Roguel et la source du Guihon
Revenons à 1 Rois. Adonija était l’homme qui voulait renverser le trône comme l’avait tenté son frère Absalom. L’ennemi de nos âmes tente tout pour s’opposer aux plans divins en menaçant Israël de destruction et en l’endormant par des projets humanistes. Sommes-nous conscients de ces menaces qui pèsent sur l’établissement du Royaume millénaire et l’avènement du Messie d’Israël ? Prions-nous à ce sujet ?... Nous sommes actuellement dans les derniers temps et le diable emploie toutes ses forces pour aveugler à la fois Israël et l’Eglise.

 
Adonija était « très beau de figure ». Voilà comment le diable agit : il présente des projets séduisants ! Pour Israël, ce sera le partage du pays en deux états et la division de Jérusalem. Pour l’Eglise, ce sera une belle théologie, celle de l’enlèvement par exemple, qui nous dispense de prière pour Israël, ou l’a-millénarisme et la pensée que nous sommes déjà dans le Millenium ; cela signifie que l’Eglise « règne » à la place de Christ et que l’avènement du Messie sur la terre est une allégorie ! Ce sont des théologies diaboliques.

 
Adonija et ses complices allèrent à la source de Roguel pour faire des sacrifices sur la pierre de Zo’heleth (1 Rois 1.9) et célébrer l’onction royale. Zo’heleth ou za’hal signifie serpent, qui rampe. Et Roguel est le terme désignant des espions, on pourrait traduire Ein Roguel - la source des conspirateurs. Par contre, c’est à la source de Gui’hon que David demandera aux siens de oindre Salomon et de le proclamer roi. Gui’hon a pour sens : eau jaillissante ! Quelle différence. Choisissons entre le serpent aidé de ses conspirateurs et l’Esprit qui jaillit comme la source du Gui’hon ! L’Esprit aspergera le monde entier qui sera sous la domination du Roi et fils de David, venant bientôt régner sur la terre. Alléluia !


Etre un peuple prophétique
En ces jours, le Seigneur demande à son Eglise d’être des NATHAN qui avertissent le monde de l’avènement du grand Roi. Des Nathan qui soient fidèles au roi et bénissent Israël, et qui avertissent l’Eglise des manigances du diable et de ses séductions.

 
Bath-Schéva est littéralement « la fille de la promesse ». Or, les promesses de l’Eternel sont inscrites dans la Parole. Les voici : le Messie viendra poser Ses pieds à Jérusalem, d’où Il règnera ; Il replacera Israël à la tête des nations et jugera celles-ci ; Il établira Sa domination sur toute la terre et l’Esprit saint se déversera, faisant de ce réveil le plus grand de l’histoire humaine. Ce sera la récolte promise, une fête de Soukkot bénie et grandiose. Et tandis que l’Ennemi de nos âmes sera jeté dans l’abime afin qu’il ne séduise plus personne, les nations viendront à Jérusalem adorer le Roi des rois.

Voilà le projet de l’Eternel. Qu’il soit nôtre !...

 

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 14:41


C’est Jérémie qui prophétise ces paroles terribles : « Tu leur prophétiseras ces choses : L’Eternel rugira d’en haut ; de Sa demeure sainte, Il fera retentir Sa voix. Il rugira contre le lieu de sa résidence ; Il poussera un cri… contre tous les habitants de la terre ! » - Jérémie 25 :30. D.ieu est en colère contre son peuple, contre ses dirigeants surtout qui induisent son peuple dans l’erreur, par leurs mensonges. Plus loin, D.ieu s’en prend aux bergers, disant : « Hurlez, pasteurs, et criez. Roulez-vous dans la cendre, conducteurs de troupeaux !... » (v.34 - traduction littérale). Les contemporains de Jérémie, les dirigeants d’Israël parlaient de paix, alors que D.ieu se préparait à envoyer un « dévastateur », en la personne de Nebucadnetsar, qui allait détruire le pays et exiler son élite.

 
Combien nous devons craindre l’Eternel ! C’est notre lecture d’aujourd’hui en ce jour de Tisha beAv [1] – Psaume 31 :20 : « Oh combien est grande ta bonté, que Tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent ! ». Esaïe (29 :13) parle contre les siens de la part de D.ieu : « Ce peuple m’honore de la bouche et des lèvres mais son cœur est éloigné de moi ». Ayons la crainte de l’Eternel, croyant que ces paroles s’adressent aussi à nous, chrétiens et conducteurs d’assemblées ! Jean, en Apo.3, parle de la dernière église, celle de Laodicée : elle se croit riche mais a besoin d’un collyre pour voir et discerner les plans divins pour des derniers temps.

 

Le seul objectif… l’Enlèvement ?
Il semble parfois que le seul objectif, la seule espérance de l’Eglise aujourd’hui soit l’Enlèvement ! Etre ravis dans le ciel. N’y a-t-il pas d’autres sujets glorieux, d’autres motifs de prière sur la terre, des intercessions urgentes ? Avons-nous rempli notre mission, notre mandat, que nous pensions déjà qu’il n’y ait plus rien à faire d’autre qu’espérer partir au ciel ? Jérémie a pleuré sur son peuple, sur Jérusalem. Il a supplié D.ieu d’épargner son pays. Jérémie représente le précieux reste d’Israël et D.ieu lui dit qu’Il a placé près de son peuple des « Tsophim », des sentinelles : « J’ai mis près de vous des sentinelles : soyez attentifs au son de la trompette ! » - Jér.6 :17. J’ai le sentiment que nous chrétiens, sommes des « tsophîm ». Nous devons être des sentinelles, des gardes sur les murailles de Jérusalem, des consolateurs pour Israël, des intercesseurs pour préparer le chemin du Messie. C’est en tous les cas ce que dit la Bible au travers des prophètes. 

 « Sonnez de la trompette en Sion ! Publiez un jeûne, une convocation solennelle !... Qu’entre le portique et l’autel pleurent les sacrificateurs, serviteurs de l’Eternel, et qu’ils disent : Eternel, épargne ton peuple ! Ne livre pas ton héritage à l’opprobre, aux railleries des nations ! Pourquoi dirait-on parmi les peuples, où est leur Dieu ? L’Eternel est ému de jalousie pour son pays, et Il épargne son peuple » - Joël 2 :15

 
L’enlèvement est-elle la seule de nos préoccupations ?... D.ieu cherche des intercesseurs, des croyants qui se tiennent sur la brèche, Il réclame des amis véritables qui s’unissent dans la prière pour les temps qui viennent, des serviteurs de D.ieu qui supplient l’Eternel pour qu’Israël soit sauvé et que le monde voit la gloire de D.ieu. Nous n’avons pas fini notre mandat.

 

Les derniers temps : dans l’œil du cyclone !
Jérémie a supplié l’Eternel pour son peuple, et il a suivi les siens jusque dans l’exil et dans les tribulations. Il n’a pas été épargné, lui le fidèle. C’était même son désir d’être auprès de son peuple, pour être une source de consolation et d’espérance. Avons-nous le droit de prier : « Seigneur, vivement l’enlèvement ! ». Avons-nous souffert les moindres difficultés de persécutions, de tribulations… ? Paul et Silas, lorsqu’ils étaient en prison, chantaient les louanges de D.ieu ! Paul ne s’est jamais plaint des persécutions qu’il endurait. De même, il était prêt, comme Jérémie, à donner sa vie pour Israël. Avons-nous seulement conscience de ce que D.ieu prépare pour les derniers temps, en fonction d’Israël ?

 
Le Pasteur David Wilkerson a prêché en octobre 2007 un message pour les pasteurs à Paris. Nous venons de le visionner par internet. David W. prédit une catastrophe nucléaire au cours d’une guerre entre l’Iran et Israël. Je le crois, car la Bible parle de cela, et tout concourt à cette guerre actuellement. La Bible dit que Damas sera détruite, rasée, Ezéchiel 39 évoque un cataclysme ressemblant à l’explosion d’une bombe atomique. David W. dit alors que le monde ne sera plus le même, que nous ne serons plus les mêmes. Sommes-nous prêts à cela ? Parlons-nous de ces choses dans nos assemblées, afin qu’elles soient prêtes ?...

Israël est au centre de ce drame qui se prépare. Israël est toujours « la prunelle des yeux de D.ieu », n’est-ce pas ? Cela compte pour nous... Israël, l’œil de D.ieu, ce n’est pas rien ! Jérémie écrit :

« Hélas ! Elle (Jérusalem) est assise solitaire, cette ville si peuplée ! Elle est semblable à une veuve ! Grande entre les nations, souveraine parmi les états, elle est réduite à la servitude ! Elle pleure durant la nuit, et ses joues sont couvertes de larmes. De tous ceux qui l’aimaient nul ne la console ; Tous ses amis lui sont devenus infidèles, ils sont devenus ses ennemis » - Lamentations 1 :1-2.

 
De tous qui l’aimaient, nul ne la console, tous ses amis lui sont devenus infidèles… Pires, ils sont devenus des ennemis. Combien de chrétiens aujourd’hui ne veulent plus entendre parler d’Israël. Certaines grandes Fédérations protestantes boycottent ouvertement l’Etat hébreu… Mais la Bible dit qu’Israël est l’œil de D.ieu et qu’Il va juger les nations. Aujourd’hui, toutes les nations peuvent s’inquiéter quand l’ouragan de D.ieu va les toucher, que ce soient les pays musulmans ou l’Europe.

 

« J’appellerai le glaive sur tous les habitants de la terre »
L’Eternel va rugir sur la terre ! Sommes-nous prêts à entendre le rugissement de D.ieu ?... J’en ai personnellement peur – une sainte crainte. La Bible dit :

« Servez l’Eternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement. Baisez le fils, de peur qu’il ne s’irrite, et que vous ne périssiez dans votre voie, car Sa colère est prompte à s’enflammer » - Psaume 2.


Connaissons-nous Jésus de cette manière, sous cet aspect terrifiant ? Nous, chrétiens, avons une idée de Jésus plein de compassion. C’est vrai, Il est venu accomplir une œuvre de grâce sur la terre, au travers de sa mort sur la croix. Oui et amen. Mais quelle est la suite du plan ? D.ieu a suscité un peuple, l’Eglise, pour être Son instrument d’amour et de compassion dans le monde. Avons-nous été à la hauteur de notre tache et l’œuvre de D.ieu s’arrête-t-elle là ? Je crois en fait que l’Eglise a failli à sa mission, si l’on parcourt l’histoire et faisons état des échecs de la Chrétienté. L’Eglise a bien sûr été un instrument de bénédiction mais en quelle proportion ?... Le Royaume millénaire n’est pas déjà en place comme certains le pensent, le diable n’est pas enchaîné… Non, le monde empire et ne devient pas meilleur. L’humanité n’a jamais été aussi près du gouffre qu’elle ne l’est aujourd’hui. Le péché n’a jamais autant abondé dans le monde.

 

Un jour de vengeance pour les affligés de SION
Quel est le plan de D.ieu pour aujourd’hui ? Lisons Esaïe 61 : nous voyons que les premières paroles sont celles que Jésus a prononcées à Nazareth. Elles représentent sa mission : « … Guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance… publier une année de grâce de l’Eternel ». Voilà les conséquences d’une libération formidable au travers de l’Œuvre de la Croix ! Amen.

Mais il y a une suite et elle est aussi glorieuse : « … Proclamer un jour de vengeance de notre Dieu ; consoler tous les affligés de Sion, leur donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, une plantation de l’Eternel, pour servir à Sa gloire » - Esaïe 61 :1-3. Israël va servir la gloire de D.ieu !


La suite  du chapitre concerne Israël – le peuple juif qui a souffert durant 2000 ans d’exil, de persécutions, de pogroms, d’Inquisition et de Croisades, de la Shoah, etc… D.ieu amène dans le monde une JOUR de VENGEANCE pour consoler Israël. Cela nous concerne ! D.ieu va se venger de toutes les nations et de tous ceux qui auront porté la main contre le peuple saint, Israël – la prunelle de Son œil. L’Eglise fait partie des nations et des persécuteurs du peuple juif. Les nations chrétiennes n’ont rien dit durant la 2
e guerre mondiale pour sauver les Juifs et l’Eglise s’est tue à part exceptions.


D.ieu va rugir ! D.ieu va-t-il permettre que nous soyons « enlevés » alors que tant de choses doivent encore se dérouler sur la terre ? C’est un projet divin qui s’accomplit, prévu de toute éternité. Ne voulons-nous pas y participer ? Ou alors tout ce qui se passe au Moyen-Orient ne nous concerne pas…

 

Joseph va se révéler à ses frères
Rendons-nous compte, le Seigneur, comme Joseph, va se révéler à ses frères. Woouah, quelle gloire ! Je veux y être, je veux voir cela. Jésus a pleuré sur Jérusalem, comme Jérémie. Croyons que le Seigneur attend ce moment depuis longtemps, celui de se révéler à ses frères et d’instaurer le royaume millénaire, la paix sur toute la terre. Voilà un glorieux programme et nous ne voudrions pas y participer ? Lorsque, dans Apocalypse 19 et 20, il est question du Messie venir en gloire établir Son règne, et « … les armées sont dans le ciel Le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc et pur ». Plus loin, il est dit : « Ils seront sacrificateurs de Dieu et du Messie et ils règneront avec Lui pendant mille ans ». Cette armée, ces sacrificateurs peuvent désigner les croyants. Le texte nous montre qu’ils sont l’Epouse, vêtue de fin lin.

 

Le Royaume millénaire

« Prophétie d’Esaïe, fils d’Amots : Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel Sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines,
et que toutes les nations y afflueront.
Des peuples s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne Ses voies, et que nous marchions dans Ses sentiers.
 Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel.
Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : une nation ne tirera plus l’épée contre une autre,

et l’on n’apprendra plus la guerre ! »  - Esaïe 2 et Michée

 
Voilà l’espérance d’Israël. Elle est aussi la nôtre. « La terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel, comme le fond des mers par les eaux qui le couvrent ! » - Esaïe 11 :9. Avant cela, D.ieu va manifester Sa colère sainte, et rugir sur les nations qui ont placé l’opprobre sur sa nation, Israël. C’est un Jour saint de vengeance de l’Eternel – Yom naqam.

 
D.ieu va rugir sur les nations et dans le monde, l’Eglise est-elle prête à entendre ce rugissement ?...


Pasteur Gérald Fruhinsholz,
Le 10 août 2008 – 9 Av 5768



[1] Tisha beAv - 9 du mois Av, est le jour le plus sombre en Israël, car il correspond à la destruction des deux Temples.

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 14:54

Parole pour Israël et l’Eglise…


Le 25 juin 2008 a eu lieu l’inauguration du pont suspendu à l’entrée de Jérusalem, surmonté d’une flèche de 120 mètres de haut. Cet ouvrage qui est l’œuvre de l’architecte espagnol Santiago Calatrava est renommé à présent, suscitant tout à la fois admiration et contestation. Ce pont est en fait le symbole du nouveau tramway qui traversera Jérusalem. Les 66 câbles qui retiennent la flèche évoquent les cordes de la harpe de David, et le pont celui d’un lien entre les peuples.

 
Il y a, je crois, un symbolisme remarquable et prophétique dans cet ouvrage remarquable de finesse et d’équilibre. Nous avons lu fin du mois de juin le passage de 2 Rois 13 :17 : « Elisée dit au roi d’Israël : Bande l’arc avec ta main. Et quand il l’eut bandé de sa main, Elisée mit ses mains sur les mains du roi, et il dit : Ouvre la fenêtre à l’orient. Et il l’ouvrit. Elisée dit : Tire. Et il tira. Elisée dit : C’est une flèche de délivrance de la part de l’Eternel, une flèche de délivrance contre les Syriens (Aram) ».

 
Aram est le 5e fils de Chem (Gen.10 :22). Ses descendants peuplèrent la Syrie et la Mésopotamie. Aram s'étendait à l'Arménie, la Mésopotamie, la Chaldée, l'Assyrie et Elam (Wikipédia). Aujourd’hui cela désigne l’Iran.

 

La flèche de Délivrance à l’Eternel
La courbure du pont de Jérusalem évoque un arc et le mât véritablement une flèche dissymétrique. Il est étonnant de voir ce signe aujourd’hui à Jérusalem. Cela nous fait penser à la flèche du prophète Elisée : « Tire la flèche de Délivrance à (de) l’Eternel » = ‘hetz techouah l’Adonaï. 1) C’est la flèche qui apportera le salut à Israël. En hébreu, Ge’oula =  Délivrance. 2) C’est le salut devant être apporté au monde au travers d’Israël – la Paix tant promise.

3) Cette flèche devait être tirée vers l’orient pour assurer la libération physique d’Israël. Et nous voyons que Aram, c’est plus que les Syriens dont parle Elisée. Aujourd’hui, cela désigne l’ennemi principal d’Israël, l’Iran et son tyran Mahmoud Ahmadinedjab proclamant l’anéantissement du peuple juif et de sa nation. Cette guerre se joue sous nos yeux, actuellement.

 

Un midrash talmudique
La tradition juive nous parle d’une histoire midrashique. C’est l’histoire d’un homme qui se bat avec trois animaux : successivement un ours, un lion et un serpent sortant du mur sur lequel l’homme s’appuie. L’homme se bat avec les deux premiers animaux et les terrasse. Le lion représente Babylone et l’on peut dire que l’Irak/Babylone a été vaincu ces dernières années : Saddam Hussein, le tyran de Bagdad a été abattu. L’ours désigne la Perse, il est l’ennemi aujourd’hui même, avant la venue du serpent qui viendra alors que l’homme se reposera sur le mur. Nous pouvons voir ce serpent comme l’Antéchrist.

Il est dit que la Perse/l’ours, représenté par l’Islam chiite, encerclera Israël. Actuellement, le Hezbollah, le Hamas, la Syrie et l’Iran sont unis dans le même combat, sous la coupe du dictateur iranien. Ils sont situés tout autour de l’Etat hébreu – Gaza au sud-est, le Liban et le Hezbollah au nord, la Syrie à l’est et El Qaïda au sud (infiltrations dans le Negev).

 

Zacharie 9 :9-17 : la flèche de Dieu
« Sois transportée d’allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, sur un âne, le petit d’une ânesse… Il annoncera la paix aux nations, et il dominera d’une mer à l’autre, depuis le fleuve jusqu’aux extrémités de la terre. Le Seigneur dit : A cause de mon alliance avec vous, confirmée par le sang, Je retirerai tes captifs de la fosse… Je vous dédommagerai de vos souffrances par le double de bienfaits.

 J’utiliserai Juda comme un arc de guerre, Ephraïm en sera la flèche. Je soulèverai tes enfants, ô Sion, contre tes enfants, ô Javan ! Je me servirai d’eux comme de l’épée d’un guerrier. L’Eternel au-dessus d’eux apparaîtra, et sa flèche partira comme l’éclair ; Le Seigneur, l’Eternel, sonnera du shofar, Il s’avancera dans l’ouragan du midi.

Le Seigneur de l’univers protégera Son peuple, Il lancera des grêlons pour détruire et écraser toute opposition : ils feront couler le sang des ennemis comme si c’était du vin… En ce jour-là, le Seigneur Dieu sauvera Son peuple comme un berger sauve son troupeau. Semblables aux pierres précieuses d’une couronne, ils resplendiront dans le pays. Comme ils seront heureux ! Comme ils seront beaux ! »

 
Cette parole de Zacharie fait référence à la même bataille que celle d’Elisée. Rappelons-nous qu’une prophétie peut désigner un moment proche et un temps très éloigné. Elisée parlait au roi d’Israël et lui a permis de vaincre les Syriens mais il évoque aussi la future Délivrance (Ge’oula) d’Israël. De même, Zacharie parle de la 1ère venue du Messie du « roi humble sur un âne », et il évoque le Roi sur toute la terre.

L’ennemi dans cette parole est Javan, le 4e fils de Japhet (Gen.10 :2). Javan est associé à des peuples de l’Asie Mineure. Zach.9.13 prédit un conflit entre les enfants d’Israël et les fils de Yavan, ce qui s’applique historiquement à la lutte d’indépendance nationale des Macchabées contre les Séleucides (les Maccabées ont obtenu la victoire et ont permis la purification du temple, à l’origine de la fête de ‘Hanouka). Nous voyons d’autre part que les Séleucides désignent les Perses. Les Séleucides sont une dynastie constituant un empire syro-iranien. Cela évoque ainsi la guerre entre Israël et l’Iran/Javan dans des temps proches…

 


S’attacher à la parole de Dieu
Depuis le 3 juillet, nous relisons les Psaumes depuis le début. Le Ps.1 mentionne les ennemis du vrai croyant : les méchants (rasha, l’impie), les pécheurs (‘hata, qui quitte la voie droite), les moqueurs (luts, le railleur qui méprise). Une seule mention est faite des tsadiqim - les justes :  « L’Eternel connaît la voie des justes ». Comment est défini un juste devant Dieu ? Il « trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, et il la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, donnant son fruit en sa saison, et avec un feuillage toujours vert… ».


L’eau désigne à la fois la Parole et l’Esprit, l’un n’allant pas sans l’autre. Nous devons prendre toujours du temps pour lire et méditer la Parole et nous revêtir de l’Esprit. C’est la condition sine qua non d’une foi authentique. Il arrive un temps où l’ennemi se déguise en ange de lumière et séduit même les élus : « Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus » - Mt 24:24. Il y aura « …des séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie-t-il une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge… » - 2 Thess.2 :10-11. La Parole doit demeurer la base de notre foi. Ainsi développerons-nous ainsi le merveilleux fruit de l’Esprit : « … l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi » - Gal.5 :22.


Prenons en considération les signes de temps et ne craignons les temps difficiles. Ils sont annonciateurs de la gloire de Dieu et du Messie qui vient bientôt ! La flèche de la Délivrance va être tirée par le Seigneur Lui-même. Soyons participants de cette Délivrance.

 

Pasteur Gérald Fruhinsholz,
Le 5 juillet 2008


 
ARAM et JAVAN - le parallèle pour l’Eglise

G.F. – le 13 juillet 08


Ce qu’Israël va vivre, le conflit qui va l’atteindre dans un futur proche est d’importance majeure, et nous devons comprendre qu’il y a un parallèle à faire dans le monde spirituel. En 1967, lors de la grande victoire des « Six jours » pour l’Etat hébreu, l’Eglise a été bénéficiaire d’une avancée spectaculaire dans le domaine de la foi : le Saint-Esprit a gagné en puissance toutes les familles chrétiennes dans le monde. Il y a eu un mouvement charismatique généralisé et spectaculaire. Gloire à Dieu pour cela ! Ce qui se passe pour Israël touche automatiquement le monde chrétien.

Mais à côté de cette avancé spirituelle bénéfique, l’Ennemi a œuvré également. En mai 68, la libération de nombreuses choses mauvaises s’est manifestée dans la société, qui a alors connu ce libéralisme dans les mœurs, brisant les tabous et les règles, renversant toute forme de morale. Ce temps a vu prôné l’égalitarisme homme-femme, la libéralisation de l’avortement et de l’homosexualité, le débridement de la morale sous toutes ses formes, la rébellion des enfants à l’autorité des parents, etc… L’homme a vu cela comme une avancée, un progrès majeur de l’humanité. C’est en fait et devant Dieu une régression.

Pour la dernière bataille évoquée dans cette étude, disons les choses ainsi : de la même façon que l’Haman moderne dénie à Israël le droit d’exister et d’accomplir sa glorieuse destinée, l’Ennemi de nos âmes dénie à l’Eglise de devenir l’Epouse du Roi des rois, pour Sa gloire !

 

Javan et Aram
Aujourd’hui, Israël se voit confronté à un conflit majeur ayant des répercussions planétaires et ce qui arrive à Israël arrive à l’Eglise. Le monde chrétien va être confronté à Aram et Javan ! Aram = élevé. Javan = ivresse (de Yayin : vin)

Deux dangers majeurs confrontent l’Eglise des derniers temps : nos pensées humaines et notre soif de miracles. L’apôtre Paul n’a cessé de nous mettre en garde contre le danger de la chair. Comme Israël aujourd’hui, c’est un danger à la fois qui nous encercle et qui est intérieur. Autant Israël est menacé de l’extérieur par les groupes terroristes et l’Islam qui veut l’anéantir, autant les Israéliens sont menacés de l’intérieur par un affaissement de valeurs, celles du sionisme, de la morale et de la justice. Israël n’a plus de visionnaire, le pays ayant perdu sa vision et sa force. De la même façon que le chrétien du 21e siècle est menacé par une société irréligieuse et corrompue, libérée de toute morale protectrice, ainsi l’est-il de l’intérieur par sa propre chair et par ses pensées charnelles s’opposant avec force à l’Esprit qui l’habite.

 
1)      Javan désigne l’ivresse qui flatte la chair et répond à ses désirs. Il est dit que dans les derniers temps, le chrétien sera soumis à une grande soif des choses contraires à la Parole, liées à la convoitise. Pierre dit que « la voie de la vérité sera calomniée » (2Pi.2) par de faux docteurs, de faux prophètes, des sectes pernicieuses. Il y aura une « puissance d’égarement » voulue de Dieu pour notre propre sanctification. C’est un temps de séparation/purification, durant lequel Dieu va faire le tri entre le blé et l’ivraie. Soyons vigilants de ne pas tomber dans ces pièges. « L’amour de la vérité » est notre protection.

 
2)      Aram désigne les pensées, ce qui est élevé en nous, ce que Paul appelle « forteresses » lorsqu’elles s’opposent à Dieu. Evoquant le danger de la chair et des pensées humaines, Paul dira de les combattre activement : « Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ » - 2Cor.10 :5. On peut discerner trois forteresses qui s’opposent à Dieu aujourd’hui :


- L’Humanisme – qui place l’homme au-dessus de Dieu, rejetant élection et souveraineté,

- La doctrine de la substitution – qui rejette Israël du plan divin et usurpe sa place,

- L’A-millénarisme – qui occulte la venue du Messie-Roi venant établir le Millenium pour la Paix pour toute l’humanité et qui rejette Israël hors du plan de rédemption.


La flèche de délivrance pour le chrétien aussi

Croyons que le Seigneur va faire de grandes choses ! Si l’Ennemi décuple ses forces, c’est qu’il sait qu’il n’en a plus pour longtemps. Dieu a le contrôle sur toutes choses et Ses plans se déroulent à la perfection. La Délivrance et la rédemption sont proches pour Israël, et le vêtement de fin lin pour l’Epouse est préparé. Alléluia !! Le Seigneur dit que nous n’avons pas à craindre mais que nous devons être prêts, et nous pouvons l’entendre dire : « Quand vous verrez ces choses arriver, relevez la tête et réjouissez-vous ! »…



Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 08:51

jonas1.jpegLes scribes et les pharisiens posèrent à Jésus cette question : « Nous voudrions te voir faire un miracle ». Il répondit : « A cette génération, il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas ». Mes amis, c’est le temps de comprendre cette parole mystérieuse de Jésus ! Nous sommes dans le temps du dévoilement, de la révélation. Alléluia ! Lisons le passage de Matthieu 12 :31-42

 

Le jour du Jugement
Il est question trois fois dans ce texte du « Jour du jugement ». Nous approchons à grand pas de ce jour. La grâce est toujours effective mais nous voyons de plus en plus que le Seigneur révèle combien ce temps est proche, au niveau des nations par rapport à Israël encore opprimée et au niveau individuel, en voyant qu’il est de plus en plus difficile d’accéder au salut[1]. Le temps vient où Dieu va fermer le Livre de la Vie, le Livre du salut. Ayons la crainte de ce Jour-là ! Lisons Apo 20:12, 15 : « Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le Trône. Des livres furent ouverts, et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de Vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres… Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu ».

 

Heureux l’homme qui place en l’Eternel sa confiance
J’aimerais faire une parenthèse en citant le Psaume 40 : « J’ai mis en l’Eternel mon espérance ; et Il s’est incliné vers moi, Il a écouté mes cris. Il m’a retiré de la fosse de destruction, du fond de la boue ; Et Il  a dressé mes pieds sur le roc, Il a affermi mes pas. Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, une louange à notre Dieu… Heureux l’homme qui place en l’Eternel sa confiance ».

 
Quand nous lisons les deux psaumes précédents, nous voyons combien David est désespéré – (38 :3) : « Tes flèches m’ont atteint, et Ta main s’est appesantie sur moi… (7) Je suis courbé, abattu. Tout le jour, je marche dans la tristesse. Un mal brûlant dévore mes entrailles, il n’y a rien de sain dans ma chair, je suis sans force, entièrement brisé… (18) Je suis près de tomber et ma douleur est toujours devant moi. Car je reconnais mon iniquité. Je suis dans la crainte à cause de mon péché ».

 
Sachons que si nous sommes là, il y a de l’espoir ! En ayant conscience du péché et du mal dévorant qui nous empêche d’être heureux, c’est que « les flèches de Dieu » nous ont touchés ! La grâce opère en toi, frère, sœur, car si tu ressens un vide en toi et que tu ne trouves rien dans la vie qui ait un sens, en dehors de manger-dormir-travailler-mourir, c’est que tu as besoin d’une réponse, d’une vraie raison de vivre ! David dit (39 :7) : « L’homme se promène comme une ombre, il s’agite vainement. Il amasse et ne sait qui recueillera », et conclut : « Maintenant, Seigneur, que puis-je espérer ? En toi est mon espérance ». Faut-il que l’homme soit orgueilleux pour ne pas tourner les yeux vers le Créateur. Dans le Psaume 40, David révèle la solution et la joie qui découle de la foi. Un homme qui met sa confiance en l’Eternel est comme une brebis qui retrouve à la fois la bergerie et le Berger gardant et soignant le troupeau. C’est là qu’elle se sent bien. Voyons à présent ce que « le signe de Jonas » signifie.

 

Le signe de Jonas
Dans le contexte, les scribes et les pharisiens qui ne veulent pas croire en Jésus, sont « les religieux ». Jésus les décrit comme « la génération méchante et adultère ». Ce n’est évidemment pas tout Israël, c’est une catégorie de personnes qui sont fermées à la grâce. Jonas a été le prophète de la Grâce pour une ville païenne appelée Ninive. Son seul message a été : « Repentez-vous, sinon Ninive sera détruite ! ». Et Ninive s’est repentie, à l’étonnement même du prophète ! 120.000 hommes, ce n’était pas rien…

 
Or, il est dit : « Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, et condamneront cette génération » – celle qui refusa le message de Jésus. Cela veut dire que si les gens de Ninive ont pu être convaincus par un message de repentance, à combien plus forte raison un message d’amour aurait dû toucher les cœurs. Cela désigne tous ceux qui croient ne pas avoir besoin de Dieu, ceux qui croient qu’ils peuvent s’en tirer tout seul, par leurs seuls efforts. Le « pharisien » est celui qui croit pouvoir se sauver par ses propres œuvres.

 
La vie de Jonas est éminemment symbolique. Jeté à la mer comme une victime innocente, Jonas a été avalé par un ‘gros poisson’, passant 3 jours et 3 nuits dans son ventre. Il a été sauvé de la mort, et il est en quelque sorte ressuscité… comme le Fils de l’homme qui a passé 3 jours/nuits dans la terre. C’est le message de Jonas. Son message de repentance demeure le même aujourd’hui, et Jésus prévient « ces religieux » qu’ils n’auront pas d’autre signe ou miracle que celui de Jonas !

 

La Reine du midi
Que vient faire la reine de Sheba après l’histoire de Jonas ? Nous savons qu’elle représente la reine d’Ethiopie venue voir la renommée et la sagesse du roi Salomon (voir 1Rois 10 et 2Chron.9). Elle fut tellement convaincue qu’elle embrassa la foi de Salomon : « Béni soit l’Eternel ton Dieu, qui t’a accordé la faveur de te placer sur son trône comme roi pour l’Eternel, ton Dieu ! C’est parce que ton Dieu aime Israël et veut le faire subsister à toujours, qu’Il t’a établi roi sur lui » - 2Chron.9 :8. Sheba avait vu les serviteurs de Salomon, le Temple et les sacrifices et elle « en eut le souffle coupé » ! (9 :4). Et la reine offrit 120 talents d’or et une très grande quantité d’aromates et de pierres précieuses…

 

Les signes des derniers temps
Résumons : Jonas nous parle de la venue de l’Agneau immolé pour le pardon des péchés de tous les hommes, tandis que Salomon nous parle du Royaume millénaire et de la venue glorieuse du Mashia’h. Le premier parle de grâce et de pardon, et le second, de règne et de jugement.

 
Nous approchons de ce « Jour de jugement » - le Mashia’h est proche. Nous pouvons discerner Sa venue. Mat.24 et Luc 21 nous parlent du « signe » : « Maître, dis-nous quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » - Mt.24 :3. Et Jésus mentionna plusieurs choses : 1) la séduction, celle des théologies fausses et mensongères 2) les bruits de guerres 3) les conflits entre ethnies[2]  - ne le voyons-nous pas actuellement, en Afrique, au Kosovo, en Irak et même en Europe ?..., 4) des famines et des tremblements de terre.  Toutes ces choses sont visibles et elles vont en s’accentuant.

 
Il est aussi précisé un autre signe, celui du figuier : « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous savez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive ». - Mt.24 :32-34. Le figuier est l’emblème d’Israël : depuis 1948, le monde a pu voir la renaissance d’Israël et le rétablissement du peuple juif sur sa terre. C’est le signe par excellence. Ceux qui ne voient pas cela témoignent non seulement de leur aveuglement mais de leur folie, et ils resteront endurcis à jamais. Ils font partie de « la génération méchante » ne bénéficiant pas de la grâce finale.

 

Le Fils de l’homme et le Saint-Esprit
Il reste une énigme à découvrir : « Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir ».

Comment comprendre cette phrase ? Le Blasphème contre l’Esprit saint ne sera pas pardonné. Il faut que nous ouvrions les yeux sur ce qui est révélé dans la Première Alliance : la Schekhina, la présence glorieuse de Dieu. Le peuple juif connaissait la présence divine manifestée dans la Colonne de Nuée et de feu dans le désert. Le peuple savait ce qu’était la Nuée sur le Tabernacle : quand elle s’élevait, le peuple hébreu obéissait et se mettait en marche. La puissance de Dieu résidait dans la colonne de feu/nuée qui guidait et protégeait le peuple, également dans la fumée qui enveloppait la montagne du Sinaï. Quand nous lisons Ezéchiel (Chap.1, 10, 43), nous réalisons ce que représente la « Schekhina » : « Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de feu, qui répandait de tous côtés une lumière éclatante, au centre de laquelle brillait comme de l’airain poli, sortant du milieu du feu… ». C’est tout simplement Dieu manifesté en gloire. Le déplacement de cette puissance en mouvement permanent faisait beaucoup de bruit, ce devait être effrayant. Le prophète Daniel tomba évanoui, de même Jean l’Evangéliste, lorsqu’ils eurent comme Ezéchiel cette vision de Dieu.

 
Chers amis, nous avons de l’Esprit une vision étriquée. Pour nous, chrétiens des nations, le Saint-Esprit est « gentil, doux », mais Il est beaucoup plus que cela. Quand nous prenons conscience de qui est Dieu, alors nous avons la crainte de l’Eternel, et tout celui qui refuse l’Esprit refuse Dieu. Il méprise le Créateur, et là, Dieu ne peut plus rien. Il ne forcera pas les incrédules ou les fous qui Le rejettent. C’est un péché impardonnable. Les « religieux » en font partie ! Les derniers temps verront se constituer une religion universelle appelée « la Prostituée » - Apo.17 :1, 15, 16 ; 19 :2. Ce sera le temps de l’apostasie. 

 

Le signe de la Reine du midi

165666130_small.jpgIl y a ici un message prophétique pour l’Eglise. Les chrétiens ont accepté le signe de Jonas, ils ont reçu le Seigneur, alléluia. Mais ont-ils accepté le signe de la Reine du midi ? N’oublions pas qu’un des signes des derniers temps est la séduction qui conduit à l’égarement. Si nous ne suivons pas la Nuée, nous nous perdons dans le désert. Or, la Nuée aujourd’hui nous indique le chemin de la venue du Mashia’h ! C’est la venue du grand Roi, du Juge suprême qui va rétablir Israël, « la maison de David » (Amos 9 :11) et… rétablir le Temple comme la reine Sheba l’a vu et admiré. Et Jésus dit que cette reine se lèvera pour juger et condamner la génération méchante qui refusera ou occultera tout ce que le roi Salomon incarnait. 

 
Dernièrement, des chrétiens de Papouasie Nouvelle-Guinée interpellés par Dieu sont venus à Jérusalem et ont offert un kilo d’or et de l’argent pour le Temple. Ils sont venus « des extrémités de la terre » pour accueillir le Roi des rois comme du temps de la reine de Sheba. N’est-ce pas un signe pour notre temps ?... La Schekhina est en marche pour revenir dans le Temple (Ez.43). Comme le disent Esaïe, Jérémie, Zacharie et Ezéchiel, le Temple sera reconstruit, les sacrifices reprendront pour une durée indéterminée et le Seigneur se révèlera à Israël et au monde entier. Nous devons entendre « ce que l’Esprit dit à l’Eglise ».

 

Nous avons « décapité » D.ieu !
Il est plus facile d’accepter un « Jésus » comme un bébé né dans une crèche ou comme l’Agneau sacrifié, que de le voir comme le Lion de Juda rugissant et le Roi chevauchant son destrier à la tête de Ses armées, jugeant le monde. La Chrétienté a d’une certaine manière adapté Jésus à une vision grecque et païenne. Elle lui a donné une apparence agréable, elle l’a humanisé, le plaçant à un niveau acceptable pour tous.

 
La formule est dure, mais quelque part, nous avons « décapité » D.ieu en mettant de côté le Père et en faisant de Jésus un dieu, le Dieu des chrétiens. Le Messie qui vient est le Roi des rois, Il est l’Eternel des Armées, le Rédempteur, le Juge. Il sert le D.ieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. En privilégiant le Nouveau Testament à l’Ancien, nous avons occulté la dimension du Créateur, celle du Père et du Tout-Puissant. Il est donc temps que nous retrouvions nos racines hébraïques, que nous réhabilitions D.ieu dans sa vraie et complète dimension. Sinon, « la Reine du midi » se lèvera pour nous juger et nous condamner !

 
Ceci une grave mise en garde contre notre orgueil « évangélique » et contre une dénaturation de D.ieu. Repentons-nous de cela ! Car Il vient bientôt : « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel et l’on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire » - Mt 24:30.

undefined

 

Pour écouter le message audio
cliquez sur la radio

 




[1] Cela concerne surtout les pays où l’Evangile de la Bonne Nouvelle est connu depuis des siècles. Nous croyons que Dieu fait encore des miracles dans les pays qui jusqu’à présent n’ont pas été touchés par l’Evangile.

[2] La Bible parle de « nations », mais le mot en grec est ethnos. Ce sont des problèmes de peuples, d’ethnies.

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 15:15

undefinedIl me semble qu’il y a dans ce passage de Genèse 27 une analogie prophétique étonnante avec la situation actuelle de l’Eglise. (Ecoutez le message audio au bas de page).
 

Isaac – l’homme « lisse »
Le patriarche qui succéda à Abraham et dont nous parlons est Isaac / Yits’haq – « celui qui rira ». Isaac est surtout connu pour être le jeune homme qui fut lié sur l’autel par son père Abraham. Isaac est le fils promis et l’héritier d’une alliance perpétuelle avec le D.ieu d’Abraham : « Dieu dit : Sara, ta femme, t’enfantera un fils ; et tu l’appelleras du nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui » - Ge 17:19.

 
Isaac aimait beaucoup sa mère, Sarah. En effet, lorsqu’il se maria avec Rebecca – il avait 40 ans – il est dit qu’il fut consolé de la mort de sa mère : « Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère ; il prit Rebecca, qui devint sa femme, et il l’aima. Ainsi fut consolé Isaac, après avoir perdu sa mère » - Ge 24:67. Par la suite, Isaac fit comme son père, il alla chez Abimélec le Philistin, et là il prospéra : « Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple ; car l’Eternel le bénit » - Ge 26:12. Puis il remonta en Israël, où il recreusa tous les puits de son père. Il eut deux apparitions de l’Eternel (Gen.26 :2, 24) pour la promesse du pays et celle d’une postérité, et il bâtit un autel. Esaü et Jacob était déjà nés et le chapitre 27 va nous parler de la bénédiction des fils, ce moment si important dans la transmission de l’héritage de Dieu.

 

Analogie Isaac / l’Eglise
Isaac paraît être un personnage sans grand caractère. Autant la vie d’Abraham est remplie d’événements, de révélations et d’actes de foi, autant la vie d’Isaac nous paraît fade, comme si Isaac s’était contenté de suivre le sillon tracé par son père Abraham. Maintenant, si l’on compare la vie des patriarches Abraham, Isaac et Jacob à la vie de l’Eglise, selon la configuration de l’histoire d’Israël, je dirais que la période Abraham correspond aux années glorieuses de 1948 à 1967, et que celle d’Isaac correspond à celle de 1967 jusqu’à maintenant. Aujourd’hui, Israël a perdu la vision du Sionisme, et on pourrait dire aussi que la dernière génération de l’Eglise n’a pas connu de grandes victoires, n’ayant plus vraiment de vision. Comme Isaac, elle est « devenue vieille ».

 

Rebecca, une femme belle et énergique
Le personnage de Rébecca est étonnant. Elle était très belle (24 :16) et énergique. On le voit notamment au chapitre 24, lorsqu’Eliézer, le serviteur d’Abraham cherchant une fiancée pour Isaac la repéra au puit et vit par l’Esprit qu’il s’agissait d’elle. En plus de donner à boire à Eliézer le serviteur, elle abreuva tous ses chameaux ! C’est faire preuve d’une grande générosité. Rébecca est l’épouse qu’il fallait à Isaac pour compenser son manque d’énergie. De plus, l’on verra que Rebecca est spirituelle, et là aussi, elle palliera au manque d’Isaac. C’est Rebecca qui reçut la parole de Dieu pour les enfants qu’elle conçut : « Elle alla consulter l’Eternel. L’Eternel lui dit : Deux nations sont dans ton ventre et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre et le plus grand sera assujetti au plus petit » – Gen.25 :23. Sans doute le partagea-t-elle avec son mari. Mais si Isaac oublie, Rebecca s’en souviendra 40 ans plus tard, et elle « accomplira » la parole…

Rebecca.jpgL’Eglise a besoin de ces femmes belles de caractère, énergiques, généreuses et spirituelles. Nous voyons en Rebecca, les nombreuses sœurs qui, dans le Corps de Christ prennent une place importante, tant dans le domaine de l’intercession que de la direction de petits groupes de chrétiens. Elles pallient à un manque d’hommes, à une absence de vision et nous le verrons, elles portent en elles l’amour pour Israël…

 

Le stratagème de Rebecca pour sauver l’héritage
Les Rebecca sont la chance de l’Eglise d’aujourd’hui ! Rebecca a réveillé le coeur de son mari. Elle l’avertit au sujet des femmes d’Esaü qui « la dégoûtent de la vie » (Gen.27 :46). Rebecca a un caractère fort et elle dit la vérité, et nous voyons qu’elle va devoir passer par-dessus l’autorité d’Isaac, en utilisant la ruse ! Rebecca usera alors d’un stratagème incroyable pour permettre à Jacob de recevoir la bénédiction du bekhor - l’aîné, pour recevoir l’héritage paternel. Elle se rappelle la parole du choix divin reçue 40 ans plus tôt, et comprend qu’Isaac n’est plus « dans le coup » – il est devenu vieux – qu’il a perdu à ce moment de sa vie le sens spirituel, ayant oublié les promesses de Dieu.

 

 

« J’ai haï Esaü et J’ai aimé Jacob »

 
Voilà une parole de Dieu qui peut nous heurter ! Que penser d’un Dieu si partial qui parle de haine ? Ce type de parole sonne mal aux oreilles des humanistes, et l’Humanisme est bien une doctrine dans l’Eglise d’aujourd’hui ! Comment Dieu peut-il être intolérant ?...

 

Deux fils préférés…

Revenons à notre histoire : Isaac et Rebecca ont leur préféré : « Isaac aimait Esaü, parce qu’il mangeait du gibier ; et Rebecca aimait Jacob » - Gen.25 :28. Rendons-nous compte : Isaac aime Esaü parce qu’il aime le gibier ! En fait, il a une préférence vers ce fils, qui affectionne la chasse, la nature et sans doute les femmes – un fils naturellement porté vers les choses du monde. Rebecca aime son Jacob. Jacob, nous dit la parole est un homme intègre et reste sous la tente. Nous ne reviendrons pas sur le sens du mot hébreu « tam -intègre » qui est traduit par tranquille ou simple dans nos versions (v.27). D’autre part, en Héb.11.9 dans le chapitre des héros de la foi, il est question des trois patriarches, et nous voyons que l’expression « vivre sous la tente » a un sens spirituel. La tente est en rapport avec le Temple et démontre une dépendance avec Dieu.

« C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse »

 
C’est le propre des hommes de foi d’habiter « sous la tente », le royaume n’étant pas ici-bas mais dans les cieux. Ainsi l’homme spirituel est plus habilité à vivre dans la présence de Dieu, que de courir dans la nature chasser le gibier et les femmes… Rebecca aimait Jacob pour ses qualités d’homme de foi.

 

Esaü méprisa le droit d’aînesse – Gen.25 :31-34
Dans l’histoire du plat de lentilles en échange du droit d’aînesse, Esaü témoigne d’un mépris et d’une ignorance grave concernant ce qui est précieux pour Dieu. Il vendit son privilège de fils aîné et d’héritier direct des promesses accordées à Abraham, pour une satisfaction éphémère.

 
L’auteur de l’épître aux Hébreux (12 :16),  nous recommande, dans les conseils pour la fin des temps, de veiller attentivement… à ce qu’il n’y ait « ni débauché, ni profane comme Esaü qui pour un mets vendit son droit d’aînesse ». Le terme profane est un mot fort. On le retrouve en 1 Tim.1 :9, en compagnie des impies, pécheurs, parricides, meurtriers et homosexuels. Ils n’hériteront pas du royaume des cieux.

 

Isaac aurait dû se souvenir de la promesse de Dieu sur ses enfants – « le plus grand sera assujetti au plus petit ». Il aurait dû, ayant vécu lui-même une situation semblable avec Ismaël, son aîné, comprendre que l’héritage de Dieu ne suit pas automatiquement l’ordre naturel. Mais Isaac aimait Esaü le profane… Isaac avait perdu le sens spirituel, le discernement et la vision, et la parole dit que « sans vison, le peuple périt » (Prov.29 :18 et Osée 4 :6).

 

« Sortez de Babylone ! »

 

Choses profanes et choses saintes…
Nous sommes dans un temps où le monde fait une distinction entre le sacré et le profane, entre le laïque et le religieux. Mais soyons clairs : le monde méprise la vraie sainteté comme Esaü a méprisé le droit d’aînesse. L’homme est prompt à rabaisser Dieu à son niveau, en le rationalisant et l’intellectualisant. C’est le propre de BABEL de se comparer à Dieu. Le Seigneur vomit cette prétention. Il est le Créateur et Il est Souverain – « Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant Moi et toute langue donnera gloire à Dieu » - Rom.14 :11 ; Esaïe 45 :23.  

 
Dans Marc 8 :33, nous voyons que Pierre n’admet pas que Jésus meure. Il n’accepte pas la décision de son Maître. Pierre est alors repris sèchement : « Arrière de moi, satan ! dit Jésus, tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines ! ». Comprenons-nous cette différence ? Nous avons bien souvent des « pensées humaines » et elles sont contraires à celles de Dieu. L’Humanisme qui glorifie l’homme est une doctrine infiltrée dans l’Eglise, et c’est une abomination pour Dieu, car Dieu est saint…

 

Menorah-1.jpgOr, la sainteté n’est plus à l’honneur de nos jours dans l’Eglise. « Peu importe l’habillement, Dieu regarde au coeur », dit-on. Pourtant,  nous voyons dans la Parole combien la sainteté doit s’inscrire dans les moindres domaines de la vie, dans notre langage, dans notre vêtement, dans notre comportement. Sous le prétexte de la Grâce, le chrétien d’aujourd’hui s’octroie toute liberté, au risque même de déplaire à l’Eternel. La notion de sainteté semble dépassée. Regardons les objets du Temple comme ils étaient beaux et parfaits, combien la Menorah, faite d’or pur et d’une seule pièce attirait le regard !... Comme les éléments du Temple, l’enfant de Dieu est consacré à l’Eternel et se doit d’être beau à l’intérieur comme à l’extérieur. Il est un témoignage dans le monde, séparé de celui-ci et ne possédant pas un cœur divisé.

 

« Sortez de Babylone ! »
Aujourd’hui, le chrétien se fond dans la masse, et il ne craint pas grand-chose des autorités, en tous cas en Europe. Mais bientôt, il aura un choix à faire de manière radicale, avec la « marque de la Bête ». Celle-ci sera imposée dans la société comme une chose indispensable, telle la carte bancaire dont l’homme d’aujourd’hui a du mal à se passer. La « marque de la bête » sera un moyen qui lui permettra d’acheter et de vendre, nous dit la Parole (Apo.13 :16-17). Croyons-le bien, ce sera pour le chrétien ne voulant pas se conformer au monde, une nécessité absolue de la refuser. Il choisira alors de se séparer du monde et rentrera dans la clandestinité. Ce sera un choix crucial... : « Ce jour viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent la surface de la terre » - Luc 21 :35.

 
« Sortez de Babylone ! » - Es.48 :20. C’est aussi le temps de prendre à la lettre l’exhortation : « Soyez saints, car Je suis saint », dit l’Eternel - 1 Pi.1 :15 ; Lév.11 :45, 19 :2. Alors que déjà, l’Eglise n’est plus vraiment dans le monde « le sel de la terre », nous aurons à nous séparer clairement, Dieu faisant le tri entre le blé et l’ivraie, « alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père » (Mat.13 :36-43). Le Seigneur est en train de nous préparer, à Sa façon, à la distinction définitive entre le sacré et le profane… entre qui sera l’Epouse et qui deviendra la Prostituée.

 
Soyons dignement l’Epouse et revêtons le vêtement de lin qui nous est destiné. Cette Epouse est qadosh, sainte ! Soyons prêts pour les Noces de l’Agneau… et réjouissons-nous de cette pensée, comme une fiancée.

« Réjouissons-nous, soyons dans l’allégresse, et donnons-LUI gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, Son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur… Et l’ange me dit, écris : Heureux ceux qui sont appelés au festin des Noces de l’Agneau » - Apo.19 :7-9

undefined


Pour écouter le message en audio

  cliquez sur la radio



Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 07:07
- message prophétique -

 1 Samuel 1 et 2


Nous sommes le 6 mai 2007 et c’est aujourd’hui que les Français votent pour un nouveau président. Nous proclamons qu’une nouvelle génération se lève dans notre pays. On peut s’attendre avec les nouvelles élections à un grand changement en France et dans le monde francophone. Ce changement peut aussi s’inscrire sur un plan spirituel. Ce jour-même, notre lecture est 1 Samuel 1 et 2. C’est la mise en lumière de deux personnages-clé préparant la venue du roi David, prophétiquement le Messie – le Fils de David : ‘Hannah et Samuel. Ils représentent une nouvelle génération d’intercesseurs et de croyants qui préparent le chemin pour la venue glorieuse du Mashia’h et qui ont à cœur Israël.

 
Elqana, de Ramataïm-Tsophim
La ville dont est issu Elqana, le mari de ‘Hannah, s’appelle Ramataïm-tsophîm de la montagne d’Ephraïm, que l’on peut traduire par : ‘Hauteurs doubles de sentinelles’. Elqana est de la tribu de Lévi et prophétiquement, il représente ici l’Eglise[1], car les chrétiens sont appelés à être un peuple de sacrificateurs (Apo.1 :6). Elqana signifie « D.ieu a acquis, acheté », et cela nous parle du peuple racheté que nous sommes en Jésus. L’Eglise se tient sur les hauteurs et doit être une sentinelle – c’est son rôle de veiller et de prier. « doubles » semble indiquer qu’il y a 2 types d’églises, qui sont représentées par les 2 épouses d’Elqana et qui sont complémentaires.

 
Peninna et ‘Hannah – deux types d’églises
Peninna (= bijou, joyau – l’Eglise est un joyau pour le Seigneur – pen (= angle) nous fait penser à la pierre d’angle, Jésus, sur laquelle l’Eglise a été fondée. Peninna avait de nombreux d’enfants (1 :4), et Elqana avait une préférence pour ‘Hannah. Et il est dit (v.6) que Peninna s’évertuait à rendre ‘Hannah jalouse, parce qu’elle n’avait pas d’enfants : « Peninna la mortifiait… », elle l’humiliait. Serait-ce l’Eglise de Laodicée qui se croit riche (Apo.3) tandis que ‘Hannah est l’église de Philadelphie, petite, cachée et méprisée par la « grande sœur », parce que stérile ou inutile en apparence ?

 
La stérilité de ‘Hannah : une matrice fermée
‘Hannah veut dire : grâce, faveur. Le nom vient de l’hébreu ‘hen qui signifie tendresse, miséricorde. Une ‘Hannah possède les entrailles de miséricorde, particulièrement pour Israël. Ce type de croyant est humble et priant et porte en son cœur un amour passionné pour Sion. Or, ‘Hannah donnera naissance à Samuel –  Chmu’el, celui qui écoute l’Eternel – le grand prophète qui restaurera Israël en tant que nation, lui redonnant son intégrité et sa force. C’est Samuel qui va oindre le roi et préparer le chemin du Messie personnifié en David.

La stérilité de ‘Hannah n’est pas la même que celle de Sara. Le mot pour la stérilité de Sara est ‘aqar = déraciné, coupé. Le mot pour la stérilité de ‘Hannah est sagar = fermé. Darby traduit la stérilité de ‘Hannah par « matrice fermée ». Elle n’a pas d’enfants parce que D.ieu n’a pas encore ouvert sa matrice. Le Seigneur a jugé bon de laisser ‘Hannah sans enfants jusqu’à ce que le temps soit venu pour que naisse Samuel. Je crois que le temps est venu pour la France d’enfanter ‘une nouvelle génération’ de ‘Hannah et de Samuel. C’est le temps pour eux de monter « sur les murailles de Jérusalem », de bénir Israël et consoler son peuple, intercédant et  préparant la venue du Mashia’h en gloire !

Esaïe 61 :2 – Consoler les affligés de Sion
Considérons les temps actuels. Ce sont les derniers temps – les temps messianiques. Esaïe 61 nous parle du ‘jour de vengeance’ - Yom naqam, qui est un jour saint. Après le temps de la grâce, selon Es.61 :1 et Luc 4 - « l’Esprit du Seigneur est sur moi… » - vient le temps de la justice de D.ieu, de « Sa vengeance » contre les nations. C’est aussi le temps de la consolation pour Israël, « pour consoler les affligés de Sion, leur donner un diadème au lieu de la cendre » - Es.61 :3. N’oublions pas que l’Etat d’Israël est né sur les cendres de la Shoah, des camps de la mort qui ont fait périr plus de six millions de Juifs dont 1,5 million d’enfants, les faisant disparaître en fumée ! Ce sont les cendres des ‘ossements desséchés’, selon Ezéchiel 37. ‘Hannah personnifie les croyants qui ont conscience de la souffrance deux fois millénaire du peuple juif persécuté, et conscience d’autre part de l’immense grâce qui nous a été faite, à nous Goyim, d’avoir part à l’alliance éternelle que D.ieu avait conclu avec Abraham, Isaac et Jacob. Nous avons été greffés sur l’Olivier franc et nous avons une grande dette de reconnaissance envers le peuple élu.

 
‘Hannah possède les entrailles de miséricorde pour consoler Israël, selon la parole de D.ieu : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre D.ieu. Parlez au cœur de Jérusalem et criez-lui que sa servitude est finie, que son iniquité est expiée, qu’elle a reçue de la main de l’Eternel au double de ses péchés ». ‘Hannah fait aussi sienne la parole d’Esaïe 62 : « Pour l’amour de Sion, je ne me tairai pas… ».

 
‘Hannah, la prophétesse
On peut relier ‘Hannah, la maman de Samuel à ‘Hannah la prophétesse qui accueillit la venue du bébé Jésus au Temple. Elle était de la tribu d’Aser, avait 84 ans, « ne quittait pas le Temple et servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière » - Luc 2 :37. C’est le ministère prophétique d’intercesseurs pour les temps derniers que le Seigneur veut voir se lever aujourd’hui, pour préparer le chemin de la venue du Mashia’h. Il est encore comme un bébé dans les cœurs mais Il va se révéler puissamment, glorieusement comme le Roi des rois sur son destrier blanc ! Alléluia ! Jean a eu cette glorieuse révélation en Apo.19 :11-16 :

« Celui qui le monte s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux sont comme une flamme de feu ; sur sa tête sont plusieurs diadèmes ; il a un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui–même ; Il est revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivent sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sort une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout-Puissant. Il a sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs ! »

« Seigneur, que se lève cette nouvelle génération d’hommes et de femmes, de ‘Hannah et de Samuel[2], qui prient et intercèdent pour Israël et préparent la venue glorieuse du Roi des rois ! C’est un temps de combat et le Seigneur a besoin en Israël d’hommes et de femmes qui ne se tairont pas, pour l’amour de Sion, ni ne prendront de repos pour l’amour de Jérusalem, jusqu’à ce que son salut paraisse, comme sa délivrance ! »

 

« Tu te lèveras, par amour pour Sion, car il est temps d’en avoir pitié : oui, le moment est venu !
Tes serviteurs en aiment les pierres, ils en chérissent la poussière.
Les nations craindront le nom de l’Eternel, et tous les rois de la terre, ta gloire,
Oui l’Eternel rebâtira Sion, Il se montrera dans Sa gloire,
Il est attentif à la prière du misérable, Il ne dédaigne pas sa prière.
Cela est écrit pour la génération dernière ; que le peuple recréé loue l’Eternel ! »
Psaume 102

 
 


[1] Elqana est de la montagne d’Ephraïm. Ephraïm par opposition à Juda désigne les 10 tribus qui ont été dispersées dans le monde. Prophétiquement, Ephraïm désigne l’Eglise.

[2] Il est étonnant de voir que le prophète Samuel restaure l’intégrité d’Israël et fait revenir l’Arche en Israël, signifiant la Présence glorieuse de l’Eternel sur Sa terre. C’est aussi lui qui va redonner la victoire sur les Philistins (1Sam.7 :13) qui empoisonnent la vie des Hébreux. N’est-ce pas la même chose aujourd’hui avec le Hamas et le Hezbollah ? Une génération de « Samuel » va redonner à Israël sa force et contribuera à restaurer la présence de l’Eternel sur le pays.

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 14:03

Selon l’histoire du roi Asa – 2 Chron.14-16

 
Il y a un parallèle à établir entre l’Eglise d’aujourd’hui et l’histoire d’Asa. Asa était un roi « au cœur entier à l’Eternel » mais vers la fin de sa vie, il chuta, mit le prophète en prison, et ayant les pieds malades, il ne cria pas à D.ieu et mourut. L’Eglise a été établie sur de bonnes bases de foi, dans la lignée des rois de Juda. L’Eglise a recherché le Seigneur, mis Sa Parole en avant, invoqué l’Eternel, et elle a obtenu de belles victoires comme en obtint Asa devant Zerach l’Ethiopien. Elle connut de beaux réveils comme celui que connut le royaume de Juda. Aujourd’hui, l’Eglise vit les derniers temps et elle est dans le danger de s’endurcir comme Asa. Trois prophètes sont importants dans la vie d’Asa : Azaria, Oded et Hanani. Ils sont des signes pour l’Eglise.

 
AZARIA est l’image du Christ-Sauveur, Azaria signifiant « Dieu a secouru ». Les dernières paroles du prophète Azaria sont fortes et à double sens : « Fortifiez-vous et ne laissez pas vos mains s’affaiblir, car il y aura un salaire pour vos œuvres… ». Asa a eu ‘un salaire’ pour ses actions contre le prophète. Cela fait penser à une parabole de Jésus où il est question d’un juge inique qui refuse d’entendre les supplications d’une veuve. Et Jésus de dire : « Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? ». La foi véritable est liée à la justice. Ne pourrions-nous pas être comme le juge ?...

 
ODED est le père d’Azaria. Son nom signifie encouragement. L’encouragement est une qualité qui manque en France. Nous la voyons développée aux Etats-Unis. Les Américains sont un peuple fort et confiant parce que toute leur enfance, à l’école, à l’église, ils ont été encouragés. L’absence de cette qualité est un grand dommage. On manque terriblement de pères en France ! Des pères qui, non seulement sont des exemples de foi, mais des pères qui encouragent les plus jeunes – les pasteurs ont besoin de sentir le soutien et l’approbation des aînés. L’Eglise de France manque de ces pères qui n’ont pas pris leur place et n’ont pas été des encouragements pour les jeunes communautés. Une église sans pères a comme conséquence de connaître une absence de direction, de confiance et d’unité ! L’absence d’encouragement va de pair avec la défiance. Ainsi, au lieu de l’encouragement, il y a la méfiance et la critique. Les chrétiens ont tant besoin de se respecter les uns les autres, chacun selon le ministère que le Seigneur leur a confié. La dernière parole de Jésus sur la terre a été celle-ci : « Père, qu’ils soient un comme nous sommes un » ! L’encouragement amène l’unité et l’unité amène la bénédiction. Malheureusement, l’inverse est aussi vrai.


HANANI signifie « Ma miséricorde ». Hanani a été mis en prison par Asa. Asa-l’Eglise a mis le prophète « ma miséricorde » en prison ! Réalisons-nous ce que cela signifie ? Cela veut dire, confirmant la parole d’Azaria, que la justice de D.ieu est bafouée. L’apôtre Paul dit les choses clairement : « Quand je parlerai les langues des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui retentit, une cymbale qui résonne ! » - 1Cor.13. Quoi que fasse l’Eglise, dans tous ses projets, si « elle n’a pas l’amour », tous ses efforts sont vains ! C’est aussi la qualité qui manque à l’Eglise de France : la générosité. Nous sommes une des nations qui donnons le moins aux œuvres, aux missions, aux veuves et aux orphelins. C’est un grave défaut parce que cela empêche la croissance et annule la foi. L’apôtre Jacques dit que « la foi sans les œuvres est morte en elle-même », elle ne sert à rien.

 
Cette parole dit que « l’Eglise de France a les pieds malades », comme Asa. Le nom de ce roi signifie : médecin, guérisseur. L’Eglise se prétend être « le médecin », par la foi qu’elle a acquise gratuitement à la Croix. Elle est tombée dans le piège de l’orgueil et de l’endurcissement. Plusieurs fois, elle a été appelée à la repentance pour « le manque d’unité et d’amour pour Sion ». Comme pour Asa, l’Eglise a la possibilité de se tourner vers son D.ieu pour obtenir guérison, car si les pieds sont malades, la chute est possible. Eglise de France, écoute Azaria, Oded et Hanani te parler ! Et libère Hanani de sa prison…

 
Jésus ne nous a pas légué une théologie à défendre, Il nous a donné un cœur nouveau ; Il attend de nous que nous ayons « un coeur entier à l’Eternel » -

« L’Eternel étend ses regards sur toute la terre pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à Lui. »
2 Chroniques 1 :9

Pasteur Gérald Fruhinsholz
 Le 23 décembre 2006

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Message prophétique