Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 23:53
Nous cherchons toujours une cause à la souffrance. « Pourquoi Dieu permet-il que je traverse cette maladie ?... Est-ce qu'il y a une cause de péché aux souffrances que j'endure ?... A quoi dois-je attribuer le 'silence' de Dieu dans cette épreuve ? M'aime-t-il moins ou est-ce que je manque de foi ? ». La réponse n'est jamais facile concernant ce sujet de la souffrance/maladie qui nous concerne tous, mais en tout état de cause, quand notre foi vacille et après un questionnement personnel sincère, appuyons-nous sur deux certitudes absolues :


1) Dieu n'est pas un père fouettard qui s'amuse à nous punir au travers de la maladie ou de la souffrance. Il est un Père aimant, Il nous aime et Il est fidèle. N'en doutons jamais : « Sache donc que c'est l'Eternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde Son alliance et Sa miséricorde jusqu'à la millième génération envers ceux qui l'aiment et qui observent ses commandements » - Deut 7.9. Sachons aussi que même si nous sommes infidèles, Dieu ne nous fait pas payer nos infidélités : « Si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car Il ne peut se renier lui-même » - 2Tim 2:13.


2) Rejetons aussi toute culpabilité et appuyons-nous sur la parole : « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Car la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort » - Rom 8.1. Dans des moments de faiblesse extrême, croyons que l'ennemi de nos âmes ne manquera pas de nous faire douter de l'amour de Dieu, et de nous culpabiliser du fait que nous aurions péché. Ne tombons pas dans les pièges du diable et croyons fermement : « Résistez-lui, étant fermes dans la foi sachant que les mêmes souffrances s'accomplissent dans vos frères qui sont dans le monde. Mais le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ Jésus, lorsque vous aurez souffert un peu de temps, vous rendra lui-même accomplis, vous affermira, vous fortifiera, et vous établira sur un fondement inébranlable » - Pierre 5.6-9.


Dieu n'a pas épargné Son Fils...

Dieu n'a pas épargné Son propre Fils. Il n'a pas atténué les souffrances et les angoisses de Jésus. A Gethsémané, la Bible dit que « sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre » (Luc 22.44). Personne ne sait ce qu'a enduré le Seigneur. Il a été coupé de ses amis proches et même de son père : « Jésus s 'écria d'une voix forte : Eloi, Eloi, lama sabachthani ? ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » -Marc 15.34 (cf Ps 22).


Certains disent qu'il fallait que cette parole écrite par David soit littéralement accomplie. Croit-on que le Seigneur ait joué un rôle sur la croix ?... C'est un non-sens. L'intégrité et la perfection de Jésus ne peuvent être mises en doute. Jusqu'au bout le Seigneur est Lui-même, et bien que Fils de Dieu, il est homme à 100% et ne peut tricher. A ce point de souffrance et d'abandon - le sentiment d'abandon est en soi une souffrance plus grande encore que la douleur physique - Jésus ne pouvait «paraître » en accomplissant soi-disant des paroles prophétiques. Ce qu'il a crié était l'expression de son cœur torturé. Avoir le sentiment d'être abandonné de Dieu est la chose La plus terrible qui soit pour un croyant. La vie n'a alors plus de sens.


Elie, le prophète qui voulait mourir

C'est ce qu'a dû éprouver Elie le prophète, lorsque, poursuivi par la reine Jézabel, il voulait mourir : « C'est assez! (c 'est trop), maintenant prends mon âme car je ne suis pas meilleur que mes pères » - 1Rois 19.4.


Quelle fut la réponse de Dieu ? Il envoya un ange pour le nourrir d'un gâteau. Quelle sollicitude, quelle tendresse ! Il n'y a aucun reproche de la part de Dieu. Il aurait pu dire: « Où est ta foi ? Tu te laisses impressionner par une femme alors que J'ai fait tomber le feu sur ton autel ?... ». Là aussi il y a eu des commentaires chrétiens faciles : « Elie était dépressif... ». Non, la psychologie n'a rien à voir là. On ne peut savoir ce qu'a vécu Elie. La pression et les assauts du diable ont pu être si forts qu'Elie s'est senti complètement abandonné de D.ieu. C'est dans la tête et les pensées que cela se passe souvent.


La cause de la souffrance ?...

Job a vécu la souffrance « gratuite ». Jusqu'au bout, il s'est déclaré innocent et sans péché. « Quel orgueil et quelle prétention ! », ont rétorqué ses amis. Apprenons que la souffrance ou la maladie (sauf exception, par exemple avec David lorsque Dieu lui propose trois fléaux en réponse à son péché de dénombrement - 2Sam 24) n'est pas une punition envoyée par Dieu. Dieu permet la souffrance, et nous devons alors Lui demander quelle leçon nous devons en tirer ? Mais quelquefois, il n'y a pas de leçon précise, c'est le fait de la vie. Il est dit que « la pluie tombe sur les méchants comme sur les bons »...


« Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu dois aimer ton prochain et haïr ton ennemi. Eh bien, moi je vous dis : aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Ainsi vous deviendrez les fils de votre Père qui est dans les cieux. Car il fait lever son soleil aussi bien sur les méchants que sur les bons, il fait pleuvoir sur ceux qui lui sont fidèles comme sur ceux qui ne le sont pas... Soyez donc parfaits (accomplis), comme votre Père céleste est parfait » - Mat 5.44-48.


Attention aux théologies « bon marché »

C'est bien de proclamer la bénédiction dans nos vies, de réclamer la richesse et l'abondance, amen, c'est bien de demander cela à D.ieu : Il pourvoit à nos besoins et Il veut que nous mettions en pratique les principes de prospérité et de foi. On a trop souvent dit en France dans certains milieux, qu'être chrétien et être pauvre allaient ensemble. C'est faux car nous sommes fils et filles du Roi, et nous pouvons (et devons) prendre à l'ennemi ce qu'il veut nous ravir, la santé, la richesse et la joie. Jésus a payé pour cela.


Mais attention à l'excès - ce qu'on appelle par exemple « la théologie de la prospérité » ! Paul a toujours dit de se contenter du minimum pour vivre, de se satisfaire de ce que l'on a. Il n'a pas toujours obtenu la guérison et pour un problème majeur de santé, a eu la réponse de Dieu : « Ma grâce te suffit ! ». Car, dit D.ieu, « ma puissance s 'accomplit dans la faiblesse » - 2Cor 12.9. D.ieu se manifeste dans notre faiblesse !


Attention aussi à la culpabilisation ! N'acceptons jamais d'un chrétien qu'il nous culpabilise, disant que « si tu es malade, c'est que tu as péché quelque part »... C'est faire le jeu de l'ennemi.


Le mystère de la Shoah

La Shoah est la chose la plus difficile à expliquer - c'est l'impensable, l'indicible, l'insoutenable dans toute son horreur... mais paradoxalement, cet événement nous apprend beaucoup sur D.ieu. Cela ne nous donne pas une explication traduisible intellectuellement, mais cela change notre façon de voir et « comprendre » à la fois D.ieu et le mystère d'Israël. On ne peut pas aimer Israël de l'amour de Dieu, si l'on reste insensible ou indifférent devant la Shoah (et tout ce qui a existé avant, avec les pogroms, les massacres, les croisades...). La question est : comment D.ieu, le Dieu d'amour et de miséricorde a-t-Il pu laisser Son peuple, la « prunelle de Son oeil », souffrir comme il a souffert, dans des conditions si inhumaines et si atroces ?... Comment a-t-II pu laisser des enfants être séparés brutalement de leurs mères à la sortie des wagons à Auschwitz, des bébés être jetés contre les murs jusqu'à être démembrés, des villages juifs être entièrement massacrés, des hommes être placés comme des bûches dans des bûchers de bois pour être brûlés vifs ?... Comment Dieu a-t-Il pu permettre que près de huit millions de Juifs périssent de manière aussi odieuse?


Une autre question doit être posée : les Juifs ont-ils péri parce qu'ils avaient péché et parce qu'ils avaient rejeté Christ ? Certains chrétiens le disent ou le pensent. Nous pensons facilement comme les amis de Job. «Si les Juifs ont tellement souffert, c'est qu'ils sont maudits quelque part et qu'ils ont péché grandement. Ne sont-ils pas coupables de déicide après tout ? »... Là, nous endossons le vêtement de l'Accusateur.


Reprenons simplement des textes (les 10 commandements): « Moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements » - Deut 5.9. Cela est relatif au 2e commandement de ne pas faire d'images taillées et ne pas commettre d'idolâtrie. Pourquoi la génération juive durant la dernière guerre mondiale devait-elle être punie,  pourquoi devait-elle payer, vingt siècles après la mort de Jésus ? Cela n'a pas de sens. Et nous-mêmes en tant que chrétiens, n'avons-nous pas commis le péché d'idolâtrie ? Nos pères qui ont massacré des Juifs, des Indiens, et autres populations, ne nous ont-ils pas transmis une malédiction aujourd'hui que nous aurions à payer ?... D.ieu n'a pas « deux poids et deux mesures ».


Souveraineté et miséricorde de D.ieu

Il n'y a pas d'explication rationnelle pour comprendre la SHOAH. On n'explique pas de telles tragédies. LA Shoah met en évidence la bassesse de l'Homme, cela révèle ce que peut être l'homme sans D.ieu. Surtout, cela nous fait toucher du doigt deux aspects de D.ieu : SA SOUVERAINETE et Sa MISERICORDE (paradoxalement), de la même façon que nous sommes sans voix devant l'image de la mort de Jésus sur la croix. Devant ce si grand mystère, nous ne pouvons que nous soumettre à D.ieu et Lui dire notre infinie reconnaissance. Car c'est par la mort du Seigneur que nous recevons la Vie.


Souffrir, traverser une maladie, ressentir comme un abandon de D.ieu, sont des moyens que D.ieu utilise pour nous parfaire, pour nous rapprocher de LUI. Seuls ceux qui ont traversé de grandes épreuves peuvent le dire, et c'est en ayant souffert que l'on peut comprendre ceux qui souffrent.


Comprendre le Père

Curieusement, c'est dans la souffrance, dans la maladie que nous avons une plus grande proximité avec le Père. C'est une chose d'aimer le Seigneur, de proclamer notre foi en Jésus, c'en est une autre de découvrir D.ieu en tant que Père. Or, comprendre le Père nous amène à comprendre le mystère d'Israël... parce qu'Israël est le « fils premier-né » de D.ieu (Exode 4.2).


Dans Apo 5.7, il y a une parole étonnante. Il est dit que Jésus, l'Agneau digne d'ouvrir le Livre et d'en rompre les sceaux, « vint et prit le Livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône ».  Réalisons cette parole ! Il y a là une claire distinction entre le D.ieu-Père, le D.ieu de majesté assis sur le trône, qui ne peut être décrit, et le Fils-l'Agneau-le Seigneur.  Si nous prétendons en tant que chrétiens, connaître le Fils, avons-nous une connaissance du Père, avons-nous une relation avec notre PAPA ? C'est à LUI que nous crions quand rien ne va plus, quand le ciel semble bouché, et que l'on se sent abandonné. C'est ce D.ieu à qui Jésus a crié de toutes ses forces : « Pourquoi m'as-tu abandonné ? ».


Parfaire notre foi

Jésus est « le chemin » qui mène au Père, amen. C'est une première étape, mais ne restons pas « en chemin »... dans une foi évangélique « bon marché ». La souffrance est le seul moyen pour aller plus loin, pour sortir des sentiers battus et nager en eau profonde, ce qui peut-être nous conduira à être un peu plus seuls. Pour que l'Esprit grandisse en nous, il est nécessaire pour D.ieu de casser la carapace, de briser la chair. Ne recherchons pas évidemment la souffrance, mais acceptons les choses, difficultés ou épreuves que D.ieu laisse devant nous, nous obligeant à reconnaître Sa souveraineté, Son autorité, Sa majesté.


Acceptons aussi humblement que notre foi ne vaut pas grand-chose quand la maladie ou la douleur se font sentir trop concrètement, et lorsque nous croyons que la vie ne vaut plus la peine d'être vécue, parce que l'on se sent incapable ou nul... sachons alors que D.ieu est là... et qu'Il nous porte sur SES épaules !


Le rêve de Margaret Powers

"Une nuit, je fis un rêve : je marchais sur la plage avec mon Seigneur. Sur le ciel noir, des épisodes de ma vie furent projetés, comme sur un immense écran. Et sur le sable je voyais à chaque fois deux traces de pas : les miens, et ceux de mon Seigneur. Après la dernière scène de ma vie, je me retournai. Je fus surprise de voir par endroits les traces d'une seule personne. Je me rendis compte que je traversais alors les moments les plus difficiles, les plus tristes de ma vie.


Inquiète, je demandai au Seigneur : « Le jour où j'ai décidé de te suivre, Tu m'as dit que tu marcherais toujours avec moi. Mais je découvre maintenant qu'aux pires moments de ma vie, il n'y a les empreintes que d'une seule personne. Pourquoi m'as-tu abandonnée lorsque j'avais le plus besoin de toi ? ». Il me répondit : « Mon enfant chérie, je t'aime, et je ne t'abandonnerai jamais, jamais, jamais, surtout pas lorsque tu passes par l'épreuve. Là où une seule personne a marqué le sable de ses pas, c'était moi qui te portais."



Partager cet article
Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Edification
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 12:42

« Au nouvel an juif… »



« Dieu est bon pour Israël et pour ceux dont le cœur est pur » - Ps 73. Ce sont les premières paroles du psaume d’Asaph : Dieu est bon pour Israël et pour ceux et celles dont le cœur est pur, c'est-à-dire éprouvé. Cette parole est prophétique car elle nous parle du temps que nous vivons qui éprouve nos cœurs. Daniel 12:10 dit, concernant les derniers temps : « … Beaucoup seront purifiés, blanchis et épurés… ». En même temps et selon le calendrier juif, nous sommes passés en l’an 5769. Se trouvent devant Israël le jour du repentir, Yom Kippour et la fête de Soukkot – la célébration de la fin des temps, lorsque toutes les nations viendront fêter Soukkot à Jérusalem (Zach 14.18). Le Messie sera le Roi dans un royaume de paix sur toute la terre. C’est ce que dit tout le psaume 72, psaume messianique par excellence se terminant par ces paroles glorieuses qui magnifient D.ieu :

 

« Son nom subsistera toujours. Aussi longtemps que le soleil, Son nom se perpétuera. Par lui on se bénira mutuellement, et toutes les nations le diront heureux. Béni soit l’Eternel Dieu, le Dieu d’Israël, qui seul fait des prodiges ! Béni soit à jamais Son nom glorieux ! Que toute la terre soit remplie de Sa gloire !

Amen ! Amen ! Fin des prières de David, fils d’Isaï »

 

Le nouvel an 5769

Concernant le commencement de l’année célébrant la création du monde, le judaïsme[1] a opté pour le mois de Tichrei, et ce jour 1er s’appelle Rosh haChana, la « tête de l’année ». Les Ecritures indiquent que le commencement de l’année biblique est à Nisan, le premier mois, celui de la sortie d’Egypte. Mais les rabbins au IIe siècle, désirant établir une chronologie et fixer un calendrier selon le cycle lunaire en rapport aux fêtes juives, ont décidé de faire du 1er Tichri le jour de la création du monde, sur un plan universel et non simplement lié à l’histoire du peuple juif.

 

En ce qui nous concerne, le calendrier utilisé communément est inspiré du calendrier romain (introduit par Jules César en 45 av JC), et la date du nouvel an, celle du 1er janvier, fut établie en 532 par l’Eglise catholique romaine. Elle fut imposée à toute l’Europe au XVIe siècle, avec le calendrier grégorien[2].  

 

Un franchissement…

Avec le psaume 73, il y a comme le franchissement d’une étape, qui correspond à notre lecture quotidienne de la Bible en un an (AT + psaume + NT). Les Psaumes sont divisés en cinq parties, et nous voyons que le psaume 72 clôt le 3e livre – « Fin des prières de David, fils d’Isaïe ». En lisant ce matin les textes du 1er Tichri 5769 ou 1er octobre 2008, nous avons donc lu le psaume d’Asaph. Asaph était le chef des chantres de David et il peut aussi se traduire par « celui qui rassemble ». Asaph désigne d’une certaine façon les croyants qui louent le Seigneur de tout leur cœur. Asaph est aussi le prophète, le « voyant » (2Chron 29.30), comme Jeduthun et Haman, parmi les proches du roi david.

 

1Ch 16:7  « En ce jour, David chargea pour la 1ère fois Asaph et ses frères de célébrer l’Éternel »

1Ch 16:37  « David laissa là, devant l’arche de l’alliance de l’Éternel Asaph et ses frères pour qu’ils soient continuellement de service devant l’arche, selon l’ordre quotidien »

 

Saisissons cette pensée prophétique à propos du Psaume 73 – « Mizmor Asaph » - psaume d’Asaph, qui peut aussi se lire « chant de celui qui rassemble ». Nous sommes en tant que chrétiens ceux qui doivent rassembler et se rassembler. L’unité des chrétiens dans notre temps est primordiale, comme Jésus l’a prié en Jean 17. De même, il y a nécessité d’être « un » par rapport à Israël (en solidarité et en soutien), ensemble pour préparer la venue du Messie. Il est tellement proche …

 

Purs et éprouvés

« Dieu est bon pour Israël et pour ceux dont le cœur est pur ». Le mot pur vient de barar en hébreu : éprouvé, aiguë (flèche), séparé, élu. Habituellement, le mot utilisé pour parler de l’or purifié est tahor. Dans l’expression du verset 1, la pureté dont parle le psalmiste est lié à l’épreuve, à l’intégrité et au choix divin.

 

Ps 19:8  « Les ordonnances de l’Eternel sont droites, elles réjouissent le cœur ; Les commandements de l’Eternel sont purs, ils éclairent les yeux »

Ps 24:4  « Qui pourra monter à la montagne de l’Eternel ? Qui s’élèvera jusqu’à son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le cœur pur ; qui ne livre pas son âme au mensonge et ne jure pas pour tromper »

 

Voilà ceux (et celles) que D.ieu aime, comme Il aime Israël : ceux qui sont purs, intègres et droits, ceux qui sont éprouvés. Il y a comme une course au final – c’est la dernière ligne droite, comme dit Paul :

1Co 9:24  « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix ? Courez de manière à le remporter ! »

Héb 12:1 « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection… »

 

Les regards sur Celui qui vient

Il est dit que Paul – c’est la lecture de Philippiens 4 (celle du jour) – a appris à se contenter de tout. Il savait vivre dans l’abondance et dans l’humiliation. Il a appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et dans la disette. Paul a été éprouvé, mais ses épreuves lui ont permis de compter sur Dieu ! Il n’était pas soutenu par les églises et il a compté sur D.ieu « qui pourvoit à tous vos besoins selon Sa richesse » (4.13), alléluia ! Les difficultés et les souffrances de la vie nous obligent à lever les yeux vers « Celui qui nous fortifie » (4.19), n’est-ce pas ? C’est tellement nécessaire à notre foi qui défaille si souvent. Le Seigneur éprouve les siens. Comme l’or est « éprouvé », testé, épuré au creuset, nous sommes éprouvés par le Maître, mais fortifiés par Son amour, rassurés dans Sa fidélité !...

 

Daniel 12:10 concernant les derniers temps, dit : « … Beaucoup seront purifiés, blanchis et épurés… ». Voilà encore notre expression (en gras) liée à l’épreuve en rapport au cœur pur du Psaume 72. Nous pourrions conclure pour cette année nouvelle (selon le calendrier juif), avec l’exhortation du prophète. Ayant les regards sur Celui qui vient, soyons ces sentinelles zélées, soyons des disciples fidèles :

 

« La voix de tes sentinelles retentit. Elles élèvent la voix, elles poussent ensemble des cris d’allégresse. De leurs propres yeux elles voient que l’Eternel ramène Sion… Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Eternel ! (qui Lui rendez un culte, qui L’adorez…) » - Es 52.8, 11

 

Pasteur Gérald Fruhinsholz,

1er Tichri 5769



[1] Dans le calendrier hébraïque, on peut compter 4 jours différents marquant un début d’année. Voir le site de Cédric.

[2] Le 9 août 1564, par l'Edit de Roussillon, le roi Charles IX impose le 1er janvier comme point de départ obligatoire de chaque année. La mesure prend effet au 1er janvier 1567. En 1582, un nouveau calendrier naît : le calendrier dit grégorien, du nom du pape Grégoire XIII (pape de 1572 à 1582). Voir site.

Partager cet article
Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Edification
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 15:24


Les chapitres 40 à 48 du livre d’Ezéchiel décrivent avec détails un bâtiment extraordinaire et nous parlent d’un événement très spécial. Il s’agit du Temple messianique et du retour[1] de la Shekhinah sur le lieu le plus saint à Jérusalem. Huit chapitres consacrés à l’événement le plus attendu des croyants bibliques – la porte ouverte sur une ère de paix et de justice ! C’est le temps où enfin le Mashia’h règnera avec autorité sur toute l’humanité.

 

La gloire est de retour !

Ezéchiel 43 : « La gloire du D.ieu d’Israël s’avançait de l’orient. Sa voix était pareille au bruit des grandes eaux et la terre resplendissait de Sa gloire » ! Wouah !... Combien nous devons tenter d’imaginer ce moment. Ezéchiel a déjà eu cette vision au bord du fleuve Kébar, et une fois encore, il tombe sur sa face. Imaginons le bruit de cette apparition : assourdissant comme le bruit des chutes du Niagara et puissant comme un roulement de cuivres. Cela fait plus de 2000 ans que la Gloire de D.ieu a quitté le Temple, et elle revient ! Et D.ieu dit (v7) : « C’est ici le lieu de MON trône, le lieu où Je poserai la plante de MES pieds ; J’y habiterai éternellement au milieu des enfants d’Israël ». Cela correspond à la vision de Zacharie disant que le Messie posera Ses pieds sur le mont des Oliviers ! Enfantons ces moments divins dans nos cœurs…  

 

Le torrent de l’Esprit

L’Esprit montre toutes ces choses glorieuses au prophète Ezéchiel. Au chapitre 47, le prophète voit alors ce torrent miraculeux jaillissant « du seuil de la maison », témoignage de la gloire de Dieu pour la guérison des nations. Ce matin, le Seigneur m’a montré l’importance de cette source jaillissante. Le Psaume 46 la mentionne (en hébreu na’hal) : « Il est un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu, le sanctuaire des demeures du Très-Haut ». C’est un fleuve qui réjouit le cœur de D.ieu et la ville même de Jérusalem ! Le contexte du Psaume est un bouleversement dans les nations – « La terre se fond d’épouvante ! ». Mais le Seigneur nous révèle que nous n’avons pas de crainte à avoir, si nous sommes ancrés en LUI.

 

Zacharie 14.8 : « En ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, et couleront moitié vers la mer orientale, et moitié vers la mer occidentale… et l’Eternel sera Roi de toute la terre » ! La Mer Méditerranée représente les nations. Les nations seront évidemment bénies par cette rivière sainte. La Bible dit bien que le Saint-Esprit se déversera sur toute chair (Joël 3.28). Et la source de ce réveil sera Jérusalem et Son roi. En Apocalypse 22[2], nous voyons que le Seigneur a transmis la vision à Jean : « Et Il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait l’arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations ».


En Joël 3.18-21 : « En ce temps-là, le moût ruissellera des montagnes, le lait coulera des collines, et il y aura de l’eau dans tous les torrents de Juda. Une source sortira aussi de la maison de l’Eternel et arrosera la vallée de Shittim ». Là aussi, il y a un contexte de troubles majeurs. D.ieu manifeste Sa colère et Sa vengeance – De Sion, l’Eternel rugit ! » -  et confirme qu’Il habitera à SION. La vallée de Shittim (les acacias) se trouve au niveau de Jéricho, sans doute à l’endroit de la source Ein Eglaïm dont parle Ez 47.10 : « Des pêcheurs se tiendront sur ses bords ; depuis Ein-Guédi jusqu’à Ein-Eglaïm, on étendra les filets ».

 

Un torrent de VIE

Le prophète fut invité par l’Esprit à aller dans l’eau du torrent. Il vit au début qu’il avait pied aux chevilles, puis milles coudées plus loin, ce fut plus profond jusqu’aux genoux, puis jusqu’aux reins, et finalement, il ne put traverser car il n’avait plus pied. C’est sans doute une image de ce que nous pouvons expérimenter avec l’Esprit. Nul doute que ces jours-là nous serons totalement immergés dans l’Esprit !

 

Le 2e point est que sur le bord du torrent, il y aura tout au long des arbres, toutes sortes d’arbres fruitiers (v.12). Leur feuillage sera continuellement vert et chaque mois des fruits nouveaux mûriront. Les feuilles serviront de remède : « leurs fruits sera pour nourrir, et leurs feuilles pour guérir ». Voilà un aspect extraordinaire. Une puissance de vie émane de ce fleuve, qui fera fleurir la terre d’Israël. Tout sera multiplié par douze pourrait-on dire – la vitesse de croissance des arbres, celle des fruits, la vitalité de tout végétal. La vie divine, la puissance d’En-Haut touchera toute vie et tous les hommes seront régénérés.

 

Dernier point : la revitalisation de la Mer appelée « morte », bibliquement la Mer de sel – Yam hamela’h. Il est dit que l’eau de ce torrent redonnera vie à la Mer morte, et que des poissons d’eau de mer pourront y vivre comme dans la Méditerranée. Des pêcheurs d’Ein-Gedi pêcheront jusqu’à Ein Eglaïm, apparemment en haut de la Mer morte (voir la photo). Il est dit aussi qu’une partie[3] restera gardée pour le sel (v.11) : « Ses marais et ses étangs ne seront pas assainis, ils seront abandonnés au sel ». On peut supposer qu’en effet, la partie inférieure de la Mer morte qui sert de marais salins, demeurera en l’état pour l’approvisionnement en sel, en minéraux, potassium et magnésium, constituant déjà pour Israël une grande richesse économique. 

 

Images prophétiques

La Bible parle de trois mers : la Méditerranée, la Mer salée et le Kinereth. Dans le NT, il est question de « la mer » pour parler du Lac de Tibériade (Mr 3:7)  « Jésus se retira vers la mer avec ses disciples ». Nous l’avons vu, la Méditerranée parle des nations. Celles-ci seront bénies par le fleuve de l’Esprit qui revitalisera la mer si polluée de nos jours, et notre monde tant abîmé par le péché.

 

Le torrent donnera aussi vie à la Mer de sel et nous devons comprendre qu’il s’agit là d’Israël : « Lorsqu’elle (l’eau du torrent) se sera jetée dans la mer, les eaux de la mer deviendront saines »  - littéralement « elles seront guéries ». Or, nous savons combien le peuple juif attend cette « Délivrance » qui correspond à une guérison profonde, celle de la Rédemption. La Mer morte est unique en son genre dans le monde ! C’est le lieu le plus bas de la terre, c’est une mer extrêmement riche en sels minéraux, mais à peine alimentée en eau. Il y a une atmosphère recherchée par tous les curistes, offrant une protection particulière aux rayons ultra-violets, et une terre/boue qui donne guérison pour toutes sortes de maladies. C’est finalement une image assez juste d’Israël. Israël attend son heure de guérison. Ainsi dit la Parole :

 

« Je leur donnerai un même cœur, et Je mettrai en vous un esprit nouveau ; J’ôterai de leur corps le cœur de pierre, et Je leur donnerai un cœur de chair, afin qu’ils suivent mes ordonnances, et qu’ils observent et pratiquent mes lois ; et ils seront mon peuple, et Je serai leur Dieu » - Ez 11.19-20.

 

La mer de Galilée : l’Eglise

La Galilée parle de l’Eglise, des gens de Nazareth, les Notsrîm. Dans les Evangiles, tout tourne autour du Lac de Galilée. Prophétiquement, l’Eglise est là. Or, nous savons combien actuellement le niveau du Lac est bas, entraînant une pollution de l’eau. Voilà en quelque sorte l’état de l’Eglise : elle diminue en puissance et se corrompt. Et que donne le Lac/la Mer de Galilée à la Mer morte ?... C’est le Jourdain qui fait la connexion entre les deux Mers, mais il est tellement pompé par les Jordaniens et les Israéliens, que pratiquement plus rien du Jourdain n’alimente la Mer morte – n’est-ce pas l’Eglise qui ne bénit pas Israël ?

 

Tout autour de la Galilée sont des ennemis, les Syriens, le Hezbollah du Liban, les Jordaniens et même les Palestiniens voulant faire de la Galilée leur pays. Tous sont musulmans. L’Eglise est isolée dans le monde et de nombreux pays chrétiens sont rattrapés et submergés par l’Islam… Le Kinereth est désespérément bas.

 

Des eaux vives couleront de notre sein !

Jésus, citant les Ecritures, dit que « de notre sein, des fleuves d’eau vives sortiront » - Jean 7.37. Voilà qui doit nous fortifier. Combien avons-nous besoin d’être immergés dans l’Esprit de vie pour pouvoir à notre tour être porteurs d’eau vive ! Voilà ce que le Seigneur montrait ce matin, au travers d’Ezéchiel 47. Le Seigneur, le D.ieu Créateur de l’univers, nous a donné une connexion directe avec Lui, au travers de l’expiation en Jésus. Nous sommes « branchés », connectés à la source divine ! Alléluia !

 

De notre cœur peut couler le torrent, si nous laissons le Saint-Esprit agir en nous et autour de nous. Cela suppose une abnégation, un renoncement à nos intérêts propres, et une collaboration active aux projets du Maître. La source qui nous alimente n’est jamais polluée et nous devons prendre soin de l’état de « notre eau »,  pour que ce qui sort de nous ne soit pas sali. L’esprit amer ou critique et l’esprit de jugement sont pollueurs et ne bénissent personne. Mais sachons que nous avons cette possibilité de ressembler au torrent d’Ezéchiel ! Nous sommes les témoins d’un D.ieu de miséricorde, des ambassadeurs de Sa grâce et de Sa consolation, et nos paroles, nos actions désintéressées peuvent donner vie et guérison ! Croyons-le car l’Esprit de vie est en chacun de nous qui croyons au Messie, au fils de David.

 

Ein Gedi

Le Seigneur dit que tous ceux et celles qui bénissent Israël, prient et intercèdent dans le secret de leur cœur, préparant la venue glorieuse du Messie à Jérusalem, ressemblent à Ein-Gedi – la source du chevreau (ou de l’ibex – voir la photo). C’est un lieu caché, verdoyant de fraîcheur et de restauration. C’était un refuge pour David. Dans cette partie du désert coule une source continuelle, alimentant la Mer Salée/Israël. Ein Gedi représente les prémices du torrent d’eau vive d’Ezéchiel. Soyons ces prémices de vie et de guérison !...

 

Pasteur Gérald Fruhinsholz,

Le 16 septembre 08 – 16 Elul 5768



[1] La Shekhinah est la gloire de D.ieu. En Ezéchiel 11.22, nous la voyons quitter le Temple. C’est la fin du royaume théocratique. La gloire de D.ieu sera visible à nouveau lorsque le royaume d’Israël sera rétabli.

[2] Là, nous nous trouvons devant un mystère. Car dans la Jérusalem décrite par Jean, il n’y a pas besoin de Temple, ni de soleil ou de lune (Apo.21.22). Cela veut dire qu’il y a deux Jérusalem, l’une terrestre et l’autre céleste. Le Seigneur nous éclairera à ce sujet…

[3] Ezéchiel 11.21 laisse penser qu’une partie d’Israël peut refuser cette grâce.

Partager cet article
Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Edification
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 12:53

Il y a un passage dans les Psaumes qui parle de l’œil de D.ieu : « L’œil de Dieu est sur ceux qui Le craignent » - Ps.33 :18. La crainte de l’Eternel n’est pas vraiment une notion enseignée dans le milieu chrétien. On parlera davantage de l’amour de Dieu et de Sa grâce. Et pourtant, combien la crainte de l’Eternel est mentionnée dans les Ecritures ! « La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse », disent-elles. Esaïe, le plus évangélique des prophètes, tremblait devant le D.ieu d’Israël (Es.6) : « Malheur à moi, je suis perdu… Mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des Armées !... », et de rappeler combien Il est redoutable (Es.2 :19) : « …On entrera dans les profondeurs de la poussière pour éviter la terreur de l’Eternel et l’éclat de Sa majesté, quand Il se lèvera pour effrayer la terre ». Il nous fait part de Sa gloire : « Le ciel est Mon trône, dit l’Eternel, la terre est Mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous Me bâtir ? » - Es.66. Ne peut-on dire que le Seigneur nous interpelle à Son sujet, qu’Il nous amène à reconsidérer nos voies, nos schémas préétablis ?...

« Arrêtez, et sachez que Je suis D.ieu !... » - Psaume 46

Quelle est la vision que nous avons de l’Eternel des Armées, le Puissant de Jacob ? Quel culte Lui offrons-nous ? Quels sont les plans qu’Il a mis en œuvre pour les derniers temps que nous vivons ?... La Méguilah d’Esther, l’histoire de la reine Esther racontée en ce moment même dans les rues en Israël, fêtée à l’occasion de la fête de Pourim, nous montre combien Israël est important aux yeux du D.ieu de toute éternité. La question posée à Esther pourrait être la même pour l’Eglise d’aujourd’hui ! : « Qui sait si ce n’est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté ? »… Craignons l’Eternel et écoutons Son cœur.

 
L’ange nommé « le Réveil d’Israël »
Voici ci-dessous l’extrait d’une prophétie donnée par le pasteur James W. Goll[1] en janvier 2007[2], à propos d’un ange lui étant apparu, appelé « Réveil d’Israël ». Il le résume ainsi en trois points :

[…] « Le Réveil d’Israël » – Qu’est-ce que cela signifie ?
« Nous serons réveillés au sujet de la priorité d’Israël dans la Parole de Dieu, concernant le cœur de Dieu et concernant l’onction de Dieu »…

1 – L’Eglise sera  réveillée - Oui, l’Eglise, le Corps de Christ, sera réveillée par une activité surnaturelle de Dieu, dans son rôle, dans sa mission pour les Derniers Jours. Mais être réveillés signifie que nous sommes actuellement endormis. Le Saint-Esprit avec l’action des anges est en train d’être libéré pour réveiller cette épouse endormie afin qu’elle soit établie à sa véritable place d’intercession et de coopération avec le Fils de D.ieu. Nous serons réveillés sur la priorité d’Israël dans la Parole de Dieu, à propos du cœur de Dieu, et de l’onction de Dieu. Nous serons réveillés quant à notre responsabilité et prendrons notre place sur les murailles, pour l’amour de Jérusalem – Esaïe 62 :6-7.

 
2 – Un réveil se produira en Israël - Non seulement le corps du Messie sera éveillé à sa véritable tâche, mais il y aura un réveil qui prendra place dans des proportions sans précédent en Israël en tant que nation. Oui, Israël se réveillera d'un sommeil et prendra conscience de sa destinée. Les oeillères tomberont et Israël réalisera la bonté du Seigneur même dans les temps de troubles. Un réveil se produira sur la terre d’Israël. Il y aura de grandes difficultés, mais les craignant Dieu juifs et gentils crieront vers le seul vrai Dieu. Il y aura un réveil à la Parole de Dieu, au coeur de Dieu, et il se produira un frais mouvement de Dieu sur la terre d’Israël.

 
3 –
Un réveil se fera pour les Juifs du monde entier - Non seulement il y aura un réveil de l’Epouse endormie concernant sa mission, et parallèlement un réveil sur la terre d’Israël, mais il y aura un rafraîchissement divin au milieu du peuple juif dans le monde entier. […] ».

 
Un appel pour des Mardochée, des Esther, des Issacar et des Déborah…
Comme le dit Jim Goll dans son livre « le Cri déchirant de l’Exode » qui parle notamment du prochain et formidable Exode mentionné par la Bible[3], il est bon de prendre en considération l’histoire d’Esther qui est si actuelle : « En tant que chrétiens, nous avons une fâcheuse tendance à mettre à la poubelle, comme étant un mythe, le livre d’Esther, de Mardochée et de Haman, ou à n’y voir qu’une plaisante histoire biblique pour enfants. Dieu ne nous a jamais permis cela… Cet esprit ancien de génocide est toujours en vie. Il ne se soumet qu’à la puissance de Dieu, et cette puissance ne peut se manifester qu’à travers un peuple qui prie, jeûne et prend des risques pour la cause du peuple ancien de l’Alliance, les Juifs. » (p.147)


Nous avons besoin en ce temps de grande difficulté de « chrétiens Mardochée » qui marchent selon le conseil prophétique, et des « Esther » qui ont le courage de risquer leur vie pour contrecarrer les plans de l’ennemi Haman. Pourquoi des Issacar ? Parce que les hommes de la tribu d’Issacar « avaient l’intelligence des temps pour Israël » - 1 Chron.12 :32 - ils savaient discerner les temps prophétiques. Quant à Déborah, ce fut celle qui se leva avec hardiesse « comme une mère en Israël »- Juges 5 :7. Dieu appelle ces hommes et ces femmes pour l’accomplissement des temps de la fin.

« Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Ecoutez la trompette qui sonne ! - Esaïe 18:3


[1] James W. Goll  est l’auteur du livre : « Le Cri déchirant de l’Exode » - Ed. Menor. Il est le fondateur de « Ministry to the Nations » et enseigne dans le monde entier sur la prière d’intercession et la vie dans l’Esprit. Jim Goll met au défi les Chrétiens de se tenir aux côtés du peuple juif, de faire monter leur cri en leur faveur.
[2] La prophétie sur le site de l’auteur : « The Angel Named Israel Awakening Appeared » -
[3] Lire notamment Jérémie 16 :14-16 et 23 :7-8.


 

Partager cet article
Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Edification
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 14:11

Nous croyons que nous vivons dans les derniers temps – « le temps des nations » selon Luc 21 :24 est à son terme. L’horloge divine se rapproche de ‘minuit’. Nous pouvons nous réjouir de la délivrance finale, voyant notamment les prophéties se réaliser – Luc 21:28  « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez–vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche ».

 
Cependant il faut mentionner que durant ces temps, la Bible parle aussi de séduction et d’apostasie et alors « mêmes les élus » seront en danger – Mt 24:24  « Il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire… même les élus. ».

 
Ci-joint « une parole pour l’Eglise », que nous croyons bon de diffuser.

Israël a besoin d’intercession – Je voudrais citer un intercesseur qui donne une parole en faveur d’Israël. Lars Enerson est le fondateur de « Watchman Intercessor »[1] dont « la vision est d'informer, d'équiper et d'unir les chrétiens à travers le monde en vue de prier pour le réveil des derniers temps en Israël, qui précédera la venue du Messie. ». Lar Enarson a subi récemment deux interventions chirurgicales et le Seigneur lui a parlé récemment – ci-dessous, selon sa lettre de nouvelles de janvier 2007 :

« Quand Lars est revenu à la maison depuis l'hôpital après la dernière chirurgie, Dieu l'a réveillé dans la nuit et lui a dit qu'il était maintenant nécessaire pour l'Epouse du Messie autour du monde d'agir comme la Reine Esther afin de sauver le peuple Juif. Nous sommes sûrs que cette Parole du Seigneur était également le résultat de vos prières pour lui. Quelle bénédiction !
 

Tout comme du temps de la Reine Esther, un chef, qui a surgi de nouveau du royaume perse, aujourd'hui appelé l'Iran, a projeté de détruire la nation juive. Il est encore une fois nécessaire pour ceux qui ont accès au trône de la grâce, de risquer leurs vies et de plaider avec audace pour un autre miracle de délivrance pour les Juifs.

En ce moment nous prions pour des instructions plus détaillées du Père pour que cet appel d'Esther agisse pour la survie d'Israël. Nous vous demandons de prier avec nous pour qu'un son clair de trompette retentisse pour appeler le peuple de Dieu partout dans le monde à jeûner et à prier. Si rien ne se fait, l'Iran ira au-delà du point de non-retour pour l'obtention de l'arme nucléaire en mars de cette année, et il est déterminé à éliminer Israël. Israël aura besoin d'un autre miracle de Pourim dans un avenir proche !  […] »

 
Les experts disent qu’au mois de mars 2007, le chef de l’Iran qui tient des propos négationnistes infâmes et qui projette publiquement d’anéantir l’Etat d’Israël, possèdera la bombe atomique. C’est un sujet de prière que nous devons considérer sérieusement. Le Seigneur Lui-même est présent dans ce combat, la Perse étant un ennemi farouche d’Israël pour les derniers temps. Nous sommes avertis au travers de Daniel : « En ce temps-là, se lèvera Micaël, le chef des anges, le défenseur des enfants de ton peuple. Ce sera une époque de détresse... » - Dan.12 :1.

Soyons à l’exemple de Daniel, prêts à la prière de combat - Dan 10:13  « Le chef du royaume de Perse m’a résisté 21 jours ; mais voici, Micaël, l’un des Princes de premier rang, est venu à mon secours ».


De Jérusalem,
Pasteur Gérald Fruhinsholz,
Le 14 janv.07


[1] Watchman Intercessor ou « L'Armée de prière d’Élie » (APEL) est un ministère d’intercession prophétique situé en Israël, ayant à cœur le salut des personnes juives et arabes, un réseau de prière pour Israël et le Moyen-Orient   "pour un temps comme celui-ci". -  www.thewatchman.org -

Partager cet article
Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Edification