Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 11:50

200px-Jerusalem-coat-of-arms svg


« Au mois de juin dernier, j’ai entendu prêcher pour la première fois le pasteur Gérald Fruhinsholz et j’ai été totalement bouleversé par son message. J’ai particulièrement été interpellé quand à la fin du message, Gérald Fruhinsholz affirme qu’un réveil vient, mais à la condition que nous aimions Israël. Dans la même semaine, à 100 km de là, je suis  aller écouter Jurgen Buehler, président par intérim de l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem, qui a dit exactement la même chose. Avec D.ieu, il n’y pas de hasard, et je crois que le Seigneur est en train de parler à l’Eglise pour la faire sortir de sa torpeur, parce qu’Il aime l’Eglise, et Il aime du même amour le peuple élu, Israël » - Patrick Briand

 

Alors, avec l’accord de Gérald, (j’ai retranscrit ce message) pour lequel j’ai tenté de rester au plus prêt du langage de la prédication. La venue du Seigneur est proche, et il y a des choses à mettre en place de manière radicale. Quel que soit notre âge, nous sommes de « la dernière génération ».

 

*  *  *

 

En Matthieu 24, lorsque les disciples demandent à Jésus « quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? », Jésus parle de ces temps difficiles, de ces temps de guerre ; au verset 15, il parle de l’abomination et puis de Sa seconde venue, et il dit au verset 32 « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive ». Le signe est décrit là, avec le figuier, avec la vigne emblèmes d’Israël ; tout le monde sait qu’à partir du moment où le figuier bourgeonne, c’est bientôt le temps de l’été, le temps de la moisson. En s’intéressant à la 1ère alliance (je dis la 1ère parce qu’elle n’est pas ancienne ou révolue ; c’est un tout, il n’y a qu’une alliance, comme il n’y a qu’un D.ieu), lorsque nous parlons de saisons, nous parlons des fêtes de l’Eternel : 


loi

Pessah : la semence                Chavou’ot : les prémices                       Soukkot : la moisson. 

 pessahsoukkot 1



Jésus a accompli la fête de Pessah, Il est mort et ressuscité et nous avons Pâque ; Il a accompli Chavouot (la réception de la Torah), qui est devenu pour nous Pentecôte (Actes 2) avec la réception de l’Esprit saint ; il reste à accomplir la 3ème fête, Soukkot, qui nous parle de la venue glorieuse du Messie, du Mashia’h ; cette dernière fête parle de la moisson. La moisson en terme spirituel, cela veut dire un réveil sur toute la terre, à tel point que le monde entier va connaître l’Eternel, et la connaissance de D.ieu sera comme l’eau couvrant le fond des mers (Esaïe 11). Il y a des étapes, il y a des temps, il y a des saisons. Jésus nous dit qu’à partir du moment où le figuier reverdit, à partir du moment où Israël est un Etat, depuis 1948, nous rentrons dans la dernière génération parce que c’est le temps de D.ieu où les colombes reviennent au colombier (magnifique expression d’Esaïe), où les Juifs sont rassemblés de toutes les nations sur leur propre terre, dans leur propre patrie, une terre qui a été léguée en héritage au peuple juif, sans équivoque possible. C’est leur héritage et il ne faut pas s’étonner qu’il y ait un tel combat aujourd’hui parce que c’est la terre de D.ieu ; Jérusalem est la ville de D.ieu, où Il fera une apparition glorieuse.

 

Toutes ces choses sont des signes, et c’est fantastique de vivre ces choses là. Nous sommes dans les derniers temps, selon des promesses qui ont été écrites il y a 8 siècles avant JC, s’accomplissant maintenant dans notre génération. Vous rendez-vous compte ? C’est là où notre cœur doit bouillir ! Le dernier verset du prophète Malachie nous parle du « cœur des pères » revenant aux enfants, et du « cœur des enfants » retournant à leurs pères. Jean-Baptiste a dit qu’il était celui qui avait ramené le cœur des pères aux enfants - il a amené Israël à reconnaître cette nouvelle génération comme une nouvelle naissance - ce nouveau peuple l’Eglise devenue en quelque sorte ses enfants. Le cœur des enfants retournant à leurs pères, c’est en fait le cœur de l’Eglise devant retourner à Israël, au « cœur » des patriarches - Abraham, Isaac et Jacob. Pourquoi ? Parce qu’une Eglise sans racines n’a aucun sens !

 

Une image a été donnée concernant l’Eglise : c’est une magnifique fleur, dans un vase ; cette fleur tiendra une semaine (ou 2000 ans) dans un vase mais finalement elle mourra si elle n’est pas reconnectée avec ses propres racines. Nous nous préparons à des temps difficiles mais ce qui nous maintiendra debout – Jésus nous dit « restez debout jusqu’à ce que je vienne et persévérez » - c’est l’amour pour Israël. Ce n’est pas une option, l’amour de Dieu pour Israël est inconditionnel : « Pour l’amour de Sion, je ne me tairai pas, pour l’amour de Jérusalem je ne prendrai pas de repos, jusqu’à ce que son salut paraisse ». Aujourd’hui nous voyons une nation à nouveau sur sa terre, sortie des cendres de la shoah. C’est un miracle sans égal. Rien que cela, c’est la preuve que D.ieu existe… […]

 

…Au sujet de Gaza, au sujet de Jérusalem que l’Europe et le monde veut absolument diviser, nous sommes au milieu d’un combat, et je ne suis pas sûr que l’Eglise en ait conscience ; bien souvent nous entendons : « ce n’est pas notre affaire, ce n’est pas à nous d’intervenir, c’est un problème politique et nous ne sommes pas politiques, nous sommes spirituels ». Illusion et hypocrisie ! D.ieu agit dans l’Histoire des hommes, Il est un D.ieu éminemment politique, c’est Lui qui fixe les autorités et conduit les nations.

 

J’ai écrit un livre « Lekh Lekha Israël » - « Lekh lekha », c’était le mot d’ordre donné à Abraham : « Va, sors de ton pays et rentre dans celui que je te donne ». Cela veut dire aussi : « Va jusqu’au bout de ta destinée, parce que cette terre, Je te la donne à toi et à ta postérité, et ces promesses, Je les fais à toi et à ta descendance ». Cette destinée n’est pas accomplie, le mandat d’Abraham n’est pas terminé ; Israël est revenue sur sa terre mais il y a encore beaucoup d’événements qui doivent se succéder avant que le Messie n’arrive et que le monde entier ne connaisse D.ieu. L’Avènement du Mashia’h sera la manifestation de la puissance de D.ieu sur la terre en faveur des Juifs et de l’humanité. Ne sommes-nous pas concernés en tant que chrétiens ?!... En tant que lecteur assidu de la Bible, en tant qu’amoureux d’Israël et de D.ieu tout simplement, je crois en ces événements qui vont se précipiter parce que Jésus Lui-même en parle.

 

Dans ces temps derniers, D.ieu va utiliser Israël comme un fer de lance, un peuple à l’image de l’apôtre Paul, pour toucher l’humanité toute entière. Jésus a utilisé douze personnes il y a 2000 ans, désormais Il va utiliser tout un peuple. Le rav Haïm Dynovisz qui enseigne à Jérusalem, démontre l’actualité de la Torah, celle des prophéties du Tana’h, et même du Talmud. Il nous dit très souvent que « nous sommes sur les talons du Mashia’h ». Il sait intuitivement qu’il va se passer des choses extraordinaires. Les Juifs savent que ce qui se passe dans le monde : les événements sont pour eux les signes des temps. La crise bancaire et économique, aujourd’hui la pandémie et le problème climatique mondial sont des signes très clairs des temps de la fin. Les Juifs ne sont pas aveugles.

 

D.ieu veut utiliser l’Eglise comme Il a utilisé Jethro pour aider Moïse, comme Il a utilisé le roi Cyrus qui a ramené le peuple juif et reconstruit le Temple. En nov 1917, D.ieu a utilisé Lord Balfour et d’autres chrétiens pour déclarer un « Foyer national juif » et pour que les Juifs aient un lieu dans lequel ils puissent se rassembler de toutes les extrémités de la terre. Il a utilisé Théodore Herzl au congrès de Bâle en 1897 citant cette fameuse phrase : « Dans 5 ans ou 50 ans au plus tard, l’Etat d’Israël sera né » - cette parole s’est accomplie en nov 1947 avec la création de l’Etat hébreu. Mais sachons qu’Herzl a été « chaperonné », soutenu par William Hechler, un pasteur anglican, qui lui a dit : « Théodore, le Seigneur t’a investi d’une mission, tu es celui qui va parler pour le peuple juif, tu es le prophète de D.ieu », et ce sont ces deux hommes ensemble, chrétien et juif, qui ont agi. 

 

Les Juifs dans leur biographie de Théodore Herzl ne parlent pas de William Hechler ; je leur dis alors : « Surtout ne croyez pas d’une part que vous êtes seuls ou que vous n’avez pas d’amis, nous sommes là, nous sommes aussi investis dans le plan de D.ieu… ». Pendant 2000 ans, nous avons persécutés les Juifs, nous avons voulu les convertir de force ; il y a eu les Croisades, l’Inquisition, les Pogroms, etc... Les Juifs ont toujours été les boucs émissaires, et l’Eglise a souvent été les persécuteurs jusqu’à la Shoah où sur le ceinturon des Nazis était écrit « Gott mit uns » - Dieu avec nous. Je veux citer Dietrich Bonhoeffer, un pasteur allemand, un des rares qui a réagi à la dictature nazie, disant « celui qui ne crie pas pour les Juifs, ne peut pas louer D.ieu ». Un chrétien qui ne bénit pas Israël, et ne le dit clairement, ne peut pas louer D.ieu. Notre Seigneur, celui que nous adorons, notre avocat dans le ciel, Celui qui est mort pour nous et qui est ressuscité, est issu du peuple juif. Il a dit « tout ce que vous ferez au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous le faites et tout ce que vous ne faites pas, c’est à moi que vous ne le faites pas ». Dans ce passage de Matthieu 25, il y a un tri entre les boucs et les brebis. Et sachons que D.ieu va amener un jugement, entre le bouc et la brebis […]

D.ieu aime Israël Son fils premier-né, comment ne pourrais-je pas aimer ce frère Israël ? Si l’on pense à cette parabole des deux fils, prophétiquement parlant, ce fils parti représente Israël dispersé dans les nations, il a « dilapidé ses biens », mais on doit comprendre que D.ieu s’est servi d’Israël pour toucher les nations, ils ont porté l’arche, porté la Loi, ils ont interpellé les nations, ils ont été une bénédiction pour les nations, (prix Nobel, avancées technologiques, médicales, scientifiques, informatiques, etc.). Israël est le fils qui est parti et qui revient vers le Père, et l’autre fils qui est resté à la maison voit que son père l’accueille bras ouverts, et qu’il fait la fête, qu’il tue le veau gras, et ce fils jaloux dit : « Papa tu n’as rien fait pour moi et tu fais la fête pour mon frère », et le père de répondre « Réjouis-toi, ton frère était perdu et il est retrouvé ». Frères, ne soyons pas ce frère grincheux en voyant l’accueil que D.ieu fait à Israël, le fils retrouvé !

 

Depuis 1948, Israël est redevenue une nation et nous l’Eglise qui existons depuis 2000 ans, nous ne jetterions aucun regard sur cet événement incroyable ?... C’est le plus grand événement de la fin des temps ! En tant que fils de D.ieu adopté, nous avons été greffés, et ce sont les racines qui nous portent (Paul le dit – Rom 11 :18). Lorsque nous renions le peuple juif, nous renions notre propre héritage. Quand nous négligeons de nous occuper du peuple de D.ieu, nous rejetons comme Esaü, l’héritage de D.ieu. Il est crucial que l’Eglise en prenne conscience. C’est un message grave aujourd’hui pour l’Eglise : Israël fait partie des derniers temps, l’Eglise ne peut pas considérer cela comme une option, il s’agit du cœur de D.ieu - Israël la prunelle de l’oeil de D.ieu.

 

Lisons Luc 21 :24 « Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis », Israël a été piétinée en tant que terre, et Jérusalem en tant que ville, par différents empires des nations, les Grecs, les Perses, les Babyloniens, les Romains, les Mamelouks, les Arabes, les Croisés, les Ottomans durant 400 ans, les Britanniques, et enfin les Jordaniens. Et à partir de juin 1967 (avec la bataille des Six jours), Jérusalem est redevenue la capitale d’Israël. C’est à dire que, comme Jésus le dit lui-même, nous ne sommes plus dans « le temps des nations ». Jérusalem n’est plus piétinée par les nations, elle appartient à nouveau à son peuple, Israël. 1967 est un événement prophétique de forte portée. En 1967, toutes les églises ont été touchées par l’Esprit saint. Nous avons appelé cela le renouveau charismatique, qui s’est propagé dans toutes les églises chrétiennes. Maintenant, il y a le dernier point : la venue du Messie. Est-ce que nous serions assez fous pour ne pas être intéressés par cela ? Est-ce que nous sommes simplement soucieux d’être enlevés, pour échapper à la tribulation, car c’est ce que l’on entend dans certaines églises. « Peu importe ce que vit Israël, de toutes façon, il faut évangéliser Israël, c’est un pays comme toutes les nations ». Le seul intérêt est : « Pourvu que nous soyons enlevés, après nous le déluge… ». Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir un tel raisonnement, parce qu’il s’élève contre D.ieu, contre Ses intérêts et Ses projets […]

 

D.ieu est ému de jalousie pour Son peuple. Sommes-nous émus de jalousie pour Israël ?... Est-ce qu’Israël fait partie de notre prière, de notre intercession ?... Est-ce que ce peuple qui est investi d’une destinée et d’un accomplissement pour toucher l’humanité entière, est sur notre coeur ?... Bien souvent, l’Eglise s’est détachée de ses racines et n’a plus de souci pour ce peuple ancien. Croyons-le, une fleur coupée ne vit pas longtemps. Et c’est la même image par rapport à la Nuée : lorsque le Tabernacle devait bouger, des coups de shofar sonnaient et la Nuée se levait ; le peuple hébreu rangeait ses tentes, se mettait en ordre de marche et partait en suivant la Nuée. Aujourd’hui, la nuée de l’Esprit a bougé, changé de route mais le peuple de l’Eglise continue tout droit ; elle est en voie de se perdre dans le désert de la confusion. Il y a un élément nouveau dans la fin des temps que nous vivons, c’est Israël, non ?... Une vraie question se pose alors : est-ce que j’ai à cœur de prendre ce fardeau, ou est-ce que je reste indifférent ?...

 

C’est une question vitale pour l’Eglise d’aujourd’hui et c’est pourquoi le Seigneur est en train d’ébranler les systèmes d’églises construits par la volonté humaine – des systèmes qui ne sont pas mauvais à la base, mais qui sont devenus rigides. Nous connaissons l’image de l’outre de vin ; si elle est trop raide ou trop vieille, elle ne peut pas contenir le vin, la parole de D.ieu. Elle ne peut pas contenir le vin nouveau qui fermente, bouillonne et peut faire éclater l’outre. Le message d’Israël est aujourd’hui cela, quand les Eglises ne veulent pas entendre ce message, elles se ferment et deviennent des outres vieilles ; elles ne pourront pas aller plus loin et elles suivront une illusion dans le désert et s’y perdront. C’est très grave. Bien souvent, l’Eglise manque de discernement prophétique, elle se trompe et ne prend pas les bonnes décisions, elle n’est même plus indignée pour tout ce qui se passe en Israël, alors que D.ieu, Lui, s’indigne.

 

Le jour de l’Avènement du Messie ne sera pas un jour tranquille, c’est un jour qui va secouer le monde, qui amènera le jugement. D.ieu va amener le jugement sur l’Eglise qui ne rentre pas dans Sa vision, qui ne se conforme pas à la pensée biblique, prophétique. Rejeter Israël aujourd’hui, sachons-le, c’est rejeter D.ieu. Alors que je suis marié, si je reste indifférent aux désirs de mon épouse, d’une certaine manière je la rejette. N’avoir aucune compassion pour Israël, c’est rejeter Israël. C’est rejeter le plan de D.ieu pour cette terre et pour ce pays.

La question sera alors « que devons-nous faire ? ». Lisons dans Esaïe.

Esaïe 34 :1 « Approchez, nations, (Goyms, Eglise) pour entendre ! Peuples, soyez attentifs »

Esaïe 34 :16 « Consultez le livre de l’Eternel, et lisez ! Aucun d’eux ne fera défaut, Ni l’un ni l’autre ne manqueront ; Car sa bouche l’a ordonné. C’est Son esprit qui les rassemblera. Il a jeté pour eux le sort, et Sa main leur a partagé cette terre au cordeau, ils la posséderont toujours… ». Quand on prie pour Israël, il faut prier pour les frontières, prier pour la Judée-Samarie, prier pour que Jérusalem reste unie et ne soit pas divisée, il faut prier pour que le peuple juif sache combien le Seigneur les tient dans Sa main, et si vous voyez un Juif à côté de vous, encouragez-le pour lui dire « ton D.ieu est avec toi… malgré tous les événements, toutes les difficultés, ton D.ieu est avec toi, et nous voulons être avec vous ». « Lekh lekha Israël », c’est un livre pour dire que nous voulons être à leurs côtés. Parce que D.ieu, selon la Bible, a utilisé des hommes et des femmes pour les aider dans leur mission. Vous connaissez Ebenezer-Exodus ? Ebenezer-Exodus est une organisation internationale qui a pris naissance en 1991 durant la guerre du Golfe et D.ieu a parlé à des chefs d’entreprise chrétiens, disant : « Maintenant c’est le temps de ramener mon peuple du Nord ! ».

 

Esaïe 35 :3-4 : « Fortifiez les mains languissantes, et affermissez les genoux qui chancellent ; Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera ». Ca, c’est fantastique ! Quel est notre rôle ?... D’être aux côtés d’Israël, pour soutenir les mains de Moïse priant pour que Josué remporte la bataille. Et D.ieu va amener ce temps où le Seigneur va se révéler à Son peuple. Il va se révéler ! Il ouvrira Ses bras, et Il se fera connaître ; sachons qu’ils vont se réjouir avant toute chose. Quelle joie sera la leur de voir enfin leur Messie ! Et nous, on ne se réjouirait pas ?... J’attends ce moment avec impatience. Lorsque nous vivons en Israël, ce n’est pas facile, mais nous savons que les temps sont courts. En tant que chrétiens, D.ieu nous fait confiance, et Il nous demande : « Voulez-vous être mon ami dans ce projet-là ? ». Qui pourrait répondre « non »...

 

Esaïe 34 :8 « c’est un jour de vengeance pour l’Eternel, une année de représailles pour la cause de Sion … ». La cause de Sion doit être notre cause. Le réveil vient, mais je crois que le réveil est accompagné d’une condition : SI j’aime Israël. Une prophétie a été donnée sur la France en 1998 : la France était vue comme étant sous une chape de glace. Selon cette prophétie, le problème de notre pays et de l’Eglise était le manque d’unité et d’amour pour Sion. Manque d’unité et manque d’amour pour Sion. Quand on comprend ce que signifie « le jour de vengeance et une année de représailles » de D.ieu (Esaïe 34 :8), il y a un terme qui va avec, c’est in-di-gna-tion. Récemment j’ai écrit une lettre au président Sarkozy en disant : « Je suis indigné. Ne croyez pas que la France sera bénie parce que vous avez dit vous-même que Jérusalem doit être divisée ! ». Nous devons être indignés des condamnations constantes de l’ONU, de ses résolutions contre Israël, des injonctions et des pressions de M. Obama. Les nations jettent l’opprobre sur le peuple de D.ieu.

 

Le Seigneur vient bientôt sur la terre d’Israël ; il va poser Ses pieds à Jérusalem,  sur la colline des Oliviers qui se fendra en deux, et un torrent jaillira, un  torrent de vie. Lors d’une interview de Guysen, j’ai dit aux Juifs que « Bethléem » c’était fini, qu’il n’y avait plus que des terroristes (il n’y a plus de Juifs du tout et il ne reste que quelques chrétiens), mais que leur avenir, celui du peuple juif, se trouvait sur la colline des Oliviers et sur le Temple, parce que leur Messie y allait faire Son apparition. « Ce sont vos prophètes qui le disent... ».

 

En Luc 4, Jésus a dit : « l’Esprit du Seigneur, l’Eternel est sur moi, l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux, Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, aux prisonniers la délivrance, pour publier une année de grâce de l’Eternel ». Jésus a proclamé cela, mais la phrase n’est pas finie, il reste une partie aussi importante : « … un jour de vengeance de notre D.ieu. » La vengeance est un terme très saint, c’est la vengeance de l’Eternel contre tous ceux qui se sont dressés contre Israël, et cela doit aussi nous parler, à nous chrétiens. La suite concerne Israel, c’est une bénédiction : « … pour consoler les affligés de Sion, pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie.. ». Israël a suffisamment payé (« au double de ses péchés » - Es 40) et c’est justice que le peuple de D.ieu soit consolé et rétabli. Ils deviendront « des térébinthes de la justice, une plantation de l’Eternel, pour servir à Sa gloire ». Alléluia !

 

Pour terminer, je dirais que la fin des temps est glorieuse, pour l’humanité toute entière. Nous avons nous-mêmes en tant que peuple adopté et greffé sur l’Olivier franc Israël, un saint ministère non moins glorieux, celui de « préparer le chemin de l’Eternel ». Lisez Esaïe 40 :1-5. D.ieu nous invite à aplanir le chemin, à ôter les pierres de discordes, de jalousie, d’antisémitisme. Et D.ieu nous dit alors que « la gloire de D.ieu se révélera… et toute chair la verra ». Wouah ! Voilà le projet de D.ieu !... La terre entière va connaître la gloire divine. Soyons comme Jean-Baptiste, préparons le chemin du Messie de gloire qui vient bientôt !

Amen - GF

Novembre 2009

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Edification