Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 13:45


magen david webLes boucliers de Dieu sont d’une haute protection pour le croyant biblique. Et le chrétien est un homme particulièrement bien armé, les conditions étant bien sûr l’obéissance et la foi, avec des armes défensives et offensives. Une image biblique des deux boucliers nous donne un exemple d’un sens plus profo
nd pour le chrétien : 

« Préparez le petit bouclier et le grand bouclier, et marchez au combat ! » Jér 46:3 - « Tu bénis le juste, ô Eternel ! Tu l’entoures de ta grâce comme d’un (grand) bouclier » - Ps 5:13

 

 Nous connaissons en outre les conseils de l’apôtre en Ephésiens 6 qui sont une invitation à ne pas baisser la garde mais être à la fois vigilant et offensif : « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin » - Eph 6:16.

 

Magen et Tsina

Ps 7 :11 « Mon bouclier est en Dieu, qui sauve ceux dont le cœur est droit ». Ce verset nous parletempliers du petit bouclier appelé magen. De là vient l’expression magen david – c’est le bouclier ou l’étoile de David[1]. Il y a aussi l’expression « le bouclier d’Abram ». En Gen 15, Dieu dit à Abram : « Ne crains pas, Je suis ton bouclier » - anokhi magen lekha. Il y avait une protection surnaturelle sur ces hommes, comme sur tout Israël. On ne porte pas la main sur l’oint de Dieu - Israël, impunément.

 Le verset du Ps 7 est suivi d’une description d’ennemis tirant des flèches brûlantes ou traits meurtriers qui nous font penser aux traits enflammés du malin, d’Ephésiens 6 :16. On comprend alors que le bouclier/magensert à arrêter ce type de flèches tirées par des personnes mal intentionnées.

 A côté de cela, dans le Ps 5, Dieu nous parle d’un autre bouclier - Ps 5:13 « Car tu bénis le juste, ô Eternel ! Tu l’entoures de ta grâce comme d’un bouclier ». Ce bouclier est le tsina servant à protéger tout le corps. Dans ce verset donc, on peut comprendre que Dieu nous entoure (atar = couronner, couvrir) de Sa grâce totalement. La protection du tsina est différente de celle du magen.

 Faisons maintenant un parallèle avec le NT.

 

La prière du Seigneur

En Matthieu 6 :9-13, Jésus nous enseigne une prière : « Voici comment vous devez prier… ». En réalité, comme nous le voyons dans l’encadré ci-dessous, Jésus n’a rien inventé qui ne soit déjà issu du judaïsme. Cette prière est cependant devenue spécifiquement chrétienne. Dans la section des demandes par rapport à l’homme, il y a cette requête : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».

 Le commentaire de ma Bible dit ceci : Cette requête « pardonne-nous nos offenses » s’assortit d’une condition : « comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ». Le problème suscité par cette condition trouve cependant sa solution : la doctrine chrétienne du salut distingue 2 aspects du pardon divin. Tout d’abord, au moment de la conversion, le pardon accordé au pécheur couvre l’offense constituée par l’ensemble de ses péchés (Eph 1:7) ; l’offense est ainsi annulée. Une seule condition est nécessaire pour obtenir ce pardon : le recevoir par la foi en Christ, une fois pour toutes Rom 4:5-8.

 Le second aspect du pardon concerne ceux qui sont devenus les enfants du Père céleste, et vise plus particulièrement le domaine de la communion avec Dieu, lorsqu’elle est interrompue par le péché. La condition à remplir pour obtenir ce pardon-là est double : confesser le péché puis l’abandonner (1Jn 1:9; Ps 66:18; Prov 28:13).

 

La rédemption comme un tsina

Nous avons chaque jour à nous réjouir de ce privilège, en tant qu’enfants de Dieu, en étant « couverts » par le sang de l’agneau qui a coulé sur la croix – une fois pour toutes : nous sommes « gratuitement justifiés par Sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ » - Rom 3 :24. Quelle extraordinaire nouvelle ! Cette « grâce » nous apporte à la fois une protection plus efficace que tous les boucliers, mais aussi la paix et la sécurité, celle de se sentir dans la main du Père. Qui ne voudrait de ce cadeau du ciel ? Notre paix est établie dans le ciel et surpasse tous les problèmes d’ici-bas ; notre futur est assuré, plus d’inquiétude.

 Bien évidemment, comme le souligne le commentaire, nous avons besoin chaque jour de nous « laver » de nos offenses envers Dieu, des péchés que nous commettons, et de retourner à la source de la pureté en Dieu. La parole de 1 Jean 1 :9 est notre antidote, avec la condition de prier avec sincérité de coeur : « Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toutes iniquités ».

 

Le magen pour combattre, avec l’épée

Selon Ephésiens 6 :13-17, pour remplir notre mandat  de faire connaître aux nations la bonne nouvelle de l’Evangile, le Seigneur nous a équipés d’armes offensives. C’est avant tout l’épée de la parole à utiliser avec le magen. Ce petit bouclier est léger et permet d’éviter les flèches et les coups au combat, tout en maniant l’épée. L’épée désigne la prière, la louange, l’intercession et la proclamation de la Parole, capable de changer les événements, guérir les malades, faire fuir les démons… Dieu nous a donné cette responsabilité d’être des combattants, au sein de notre famille, pour nos proches et notre entourage, également pour des buts plus élevés, en faveur de notre pays, pour l’accomplissement des prophéties, et notamment pour bénir et soutenir Israël[2].


 [1] Le bouclier de David - Lorsque David était recherché par Saül, il s’est caché dans une grotte, et quand les soldats sont entrés, une araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branches cachant David. Cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis. Les six pointes de l’étoile et les six intersections peuvent aussi représenter les 12 tribus d’Israël.

[2] Lire à ce sujet le livre de Derek Prince : « La destinée d’Israël et de l’Eglise ». Derek Prince a été un leader en Israël, un vrai général dans la foi. Son témoignage et ses conseils sont précieux pour apprendre à utiliser nos armes.

Partager cet article

Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement