Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 12:25

Exode 17:6  « Voici, je me tiendrai devant toi sur le rocher d’Horeb ; tu frapperas le rocher, et il en sortira de l’eau, et le peuple boira. Et Moïse fit ainsi, aux yeux des anciens d’Israël. »

 
C’est dans une situation de stress que Moïse va opérer ce miracle – faire sortir de l’eau d’un rocher du Mont Horeb. Le peuple se révolte, Moïse est près de se faire lapider. Les miracles arrivent souvent quand on n’y croit plus…

Plusieurs considérations : 
  • Horeb brx  signifie : sécheresse, lieu désertique, désolation. C’est d’une totale désolation que le Seigneur amène la vie. C’est aussi sur le Mont Horeb (ou Sinaï) que D.ieu fait alliance avec Israël, et qu’Il donne Sa Loi – la Parole, source de vie pour l’humanité. Horeb est mentionné 17 fois (cf. la valeur numérique de Yechoua ewsy (386 = 17). Il est la Parole et Il est le Rocher.
  • Le Rocher rwu (tsur) frappé – Il parle de Christ, qui a été frappé « une fois pour toutes » sur le Rocher du Golgotha, en bas duquel se trouvait des immondices, un lieu de désolation. Es.53 :4 : « Ce sont nos souffrances qu’Il s’est chargé et nous L’avons considéré comme puni, frappé de D.ieu et humilié. ».
  • De l’eau du Rocher – La parfaite rédemption accomplie par Christ a pour conséquence l’effusion du Saint-Esprit. Jn.7 :37-39 : « Le dernier jour, le grand Jour de la Fête (Sim’hat Torah, de Soukkot), Jésus, se tenant debout, s’écria : si quelqu’un a soif, qu’il vienne et qu’il boive. Celui qui croit en Moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. »
  • D.ieu est le Rocher : Dieu est appelé « le Rocher » de Son peuple (Deut 32.4, 18, 37; 1 Sam 2.2 ; Ps 18.3, 32, 47; 19.15; 28.1; 42.10; 62.3; 73.26; 78.35; 92.16 ; Esaïe 17.10; 44.8) - « le Rocher d’Israël » (Gen.49 :24 ; 2 Sa 23.3; Esaïe 30.29) - « le Rocher des siècles » (Esaïe 26.4).
  • Christ est le « rocher spirituel » d’où coulait l’eau vive pour les Israélites dans le désert. (1Co 10.4). Paul indique par là que le rocher d’Horeb était un type du Seigneur, frappé pour nous. Plus tard, dans une même circonstance, Moïse devait, non plus frapper le rocher, mais seulement lui parler (Nombres 20 :8-12) image semble-t-il du fait que Christ ne doit pas être frappé une 2e fois. Son sacrifice a été fait une fois pour toutes (Héb.7.27; 9.28; 10.10, 12, 14). La désobéissance de Moïse parut si grave aux yeux de Dieu, qu’il le priva, ainsi qu’Aaron, d’entrer en Terre promise.
  • Christ est aussi un rocher de scandale - Rom 9:33  « Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement et un rocher de scandale, et celui qui croit en lui ne sera point confus ». 1Pi. 2:7  « L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre d’achoppement et un rocher de scandale ». Notons que Jérusalem est aussi au niveau des nations « une pierre pesante » - Zach.12.
  • Construire sa vie sur le Roc - Ps 40:2  «  Il m’a retiré de la fosse de destruction, du fond de la boue ; et Il a dressé mes pieds sur le roc, Il a affermi mes pas. ». Mt 7:24 (ou Luc 6 :48)  « C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que Je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc ». Le Roc, ce sont les fondements de la foi sur lesquels nous bâtissons notre vie, les principes sur lesquels nous élevons notre famille. Si notre foi est faible, ou si nous faisons des compromis, cela veut dire que nous bâtissons sur du sable…

 
D.ieu est la source d’eau vive
Le Psaume 36 contient un passage de toute beauté, sur la grâce de D.ieu, sur Sa bonté :

«Eternel ! Ta bonté dox (‘hessed) atteint jusqu’aux cieux, Ta fidélité jusqu’aux nues.
Ta justice est comme les montagnes de Dieu, Tes jugements sont comme le grand abîme. Eternel !
Tu soutiens les hommes et les bêtes. Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu !
 A l’ombre de tes ailes les fils de l’homme cherchent un refuge.
Ils se rassasient de l’abondance de ta maison, Et tu les abreuves au torrent
lxn (na’hal) de tes délices.
Car auprès de toi est la source de la vie ; Par ta lumière nous voyons la lumière »


Devenir à notre tour une source d’eau vive…

Revenons à Jn.7 :37 : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne et qu’il boive. Celui qui croit en Moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture ». En tant que chrétiens, nous sommes appelés à être « comme Christ ». L’eau du Seigneur, c’est le Saint-Esprit, qui nous donne la Vie surnaturelle de D.ieu, par Sa grâce. Comme les Hébreux, nous ne la méritons certainement pas, mais c’est la grâce de D.ieu, c’est l’effet de Sa bonté. Le Rocher a été frappé, et nous aurions tort de ne pas boire. Jésus dit à la Samaritaine qu’en buvant de « cette eau », elle n’aurait plus jamais soif : « Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau (du puit) aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que Je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que Je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » - Jn.4 :13. Le grand mathématicien chrétien Pascal (17e) disait que « l’Homme a en lui un vide en forme de Dieu ». En buvant de l’Eau du Rocher, nous n’avons plus cette tristesse, ce vide qui fait aller l’homme n’importe où, dans des religions, la drogue, l’occultisme… pour combler ses manques.

En buvant de cette eau, nous remplissons la 1ère étape : nous sommes vivants en Christ, nés de nouveau. La 2ème étape, c’est quoi ? C’est notre place, notre part dans le Royaume. Jn.4 :14 : « …cette eau deviendra une source d’eau vive qui jaillira jusque dans la vie éternelle ». Naba (jaillir) signifie couler, sourdre, jaillir, bouillonner. Nos prières ont cet effet vers D.ieu, lorsqu’elles sont dans l’Esprit. C’est l’expression du cœur de D.ieu. L’eau doit tout naturellement couler de « notre Rocher », en premier lieu vers D.ieu.

Jn.37 : «… des fleuves d’eau vive couleront de son sein… ». Fleuves en hébreu, c’est na’halot.. En fait, c’est aussi bien un fleuve (sans comparaison à nos fleuves français) comme le Jourdain, qu’un ruisseau ou un torrent. Déculpabilisons ! Ce n’est pas parce que nous ne sentons pas des « fleuves » sortir de nous que nous ne sommes pas dans le Royaume. J’entends dire : « Je suis nul, je sers à rien… ». Prier et pleurer devant D.ieu, éprouver la joie secrète du Saint-Esprit, c’est déjà laisser sortir « l’eau vive ». Nous avons besoin de la laisser sortir, c’est impératif ! - des paroles de foi, d’amour, des bénédictions, de la joie, un encouragement, etc…, sinon la source se tarit  C’est notre participation au Royaume. Le Royaume de D.ieu est fait « de Justice, de Paix et de Joie » selon Rom.14 :17. En suis-je porteur ?...

 
Comme la biche auprès du courant d’eau…

Un des obstacles à l’expression de la vie spirituelle est que l’homme veut contrôler lui-même sa vie (il bloque alors l’expression du Saint-Esprit). Des chrétiens peuvent en être là, à cause de faux raisonnements ou tout simplement de la peur de ce que D.ieu veut faire. L’homme n’aime pas ce qu’il ne contrôle pas. La cause peut aussi être des blessures mal fermées ou même une mauvaise image de D.ieu. Mais souvent, il faut de la patience et s’attendre à Lui. La croissance peut prendre du temps.

Il arrive aussi que le Seigneur provoque en nous des déserts pour que nous ayons soif ! Le Psaume 42 l’exprime bien : Ke’ayal ta’arog ‘afiqei mayîm…

« Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : Quand irai–je et paraîtrai–je devant la face de Dieu ? »

 
Le Seigneur aime et veut que nous soupirions après Lui. C’est le seul moyen pour qu’Il puisse nous remplir. A un moment, David disait : « Mon âme, bénis l’Eternel !... » (Ps.103), il commandait son âme pour louer D.ieu. Ce n’est pas une chose naturelle de louer D.ieu, de parler en langues, d’avoir de l’amour pour quelqu’un qui nous a fait mal, mais l’Esprit doit commander sur notre âme. C’est un combat contre la chair, et la victoire est en Lui seul – Lui, « le Rocher de nos âmes ».

« Confie–toi en l’Eternel, et pratique le bien ; Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture.
Fais de l’Eternel tes délices, Et il te donnera ce que ton coeur désire. Recommande ton sort à l’Eternel, Mets en lui ta confiance, et il agira » -
Ps.37 :3


 

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement