Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 08:48

Les colonnes divines

« Il dressa les colonnes dans le portique du Temple ; il dressa la colonne de droite, et la nomma Yakhin ; puis il dressa la colonne de gauche, et la nomma Boaz » - 1Rois 7:21 (et 2 Chroniques 3). Ces deux grandes colonnes d'airain (18 coudées de haut) faites par Hiram pour orner l'entrée du Temple de Salomon ont quelque chose à nous apprendre. Elles nous parlent de D.ieu premièrement mais aussi d'Israël et de l'Eglise. Plongeons nos regards dans la Parole qui éclaire.

Qu'évoquent pour nous ces colonnes ? Elles n'ont pas de fonction pratique, et sont sur le parvis devant le Temple proprement dit. Elles sont en elles-mêmes une puissance et aussi un trait d'union entre l'homme et D.ieu. Leur présence est bien affermie dans les Ecritures et a fait l'objet de nombreuses interprétations. La Franc-maçonnerie s'en emparera et on pourra trouver sur ces éléments du Temple de Salomon toutes sortes de pensées mystiques et occultes. Nous resterons bien centrés sur la Parole pour faire ressortir notamment la pensée spirituelle et prophétique.

 

Les deux aspects de D.ieu :


Les deux noms associés à ces colonnes sont : Yakhin  « Il établira » et Bo'az - « En LUI la force ». Yakhin est un verbe au futur - il désigne une action, tandis que Bo'az est un état. De ces deux noms, on peut discerner une énergie à la fois agissante et statique - un mouvement perpétuel et quelque chose d'immuable. Cela résume D.ieu dont le nom est : « Je suis Celui qui suis (ou serai) » - (écrit plus de 6500 fois dans le Tanakh ou AT !)

C'est un nom intraduisible (tétragramme YHVH ) que les Juifs écrivent sous les termes Adonaï ou haChem (= le NOM) et que la version Segond traduit par l'Eternel. Il est dit que D.ieu soutient le monde et qu'Il existe de toute éternité. Mais Il est aussi le D.ieu compatissant, Il peut se repentir et être ému au point de changer Sa décision. C'est ce qui arriva à Ninive lorsque D.ieu épargna ses habitants. En effet, ils s'étaient repentis suite à l'intervention de Jonas leur annonçant le jugement divin et D.ieu ne les détruisit pas. Le Seigneur recherche des croyants qui Le confrontent comme Abraham qui intercéda pour Sodome. Abraham est devenu le « Père de la foi » car Il crut en l'Eternel, il eut confiance en Sa miséricorde.


Les deux rois

Les deux colonnes évoquent aussi les temps messianiques. Faisons le parallèle avec David et Salomon. Le roi Salomon est le type du Messie qui établit la PAIX et la JUSTICE sur terre. En Lui est la force et la Toute-puissance. Ce temps est devant nous, il est l'aboutissement de toutes les prophéties et des projets divins. Tout sera réuni en la personne du Mashia'h qui gouvernera le monde.

Mais nous pouvons dire aussi que David avait déjà établi les fondations du Temple, ayant préparé tous les éléments au préalable, ayant conquis le Royaume et anéanti ses ennemis. Tout était déjà prêt avant que Salomon puisse exercer un pouvoir absolu. Les deux rois représentent successivement les deux temps, les deux actions de D.ieu sur la terre - une première qui établit Sa JUSTICE et une deuxième qui assoit Sa SOUVERAINETE. 


1) Il établit

La première venue de D.ieu sur la terre comme Fils de l'Homme a établi Sa Justice, par le versement du sang sur le bois. Sa justice d'amour est établie dans ce don sacrificiel, de nature expiatoire. Par l'œuvre de la Croix, D.ieu a établi la Justice pour tous les hommes, selon Sa grâce. Le péché a été cloué sur la croix, selon l'image donnée dans le désert par le serpent d'airain vers lequel les mourants tournaient leurs yeux pour être guéris de la morsure des serpents du Sinaï. Dans le Psaume 110, D.ieu dit « à son Seigneur » : Assieds-toi à ma droite... Tu es sacrificateur à toujours ». L'œuvre de Christ à la Croix est celle du Sacrificateur, ayant établi sur la terre et dans le ciel la Justice de D.ieu pour tous les hommes. La colonne Yakhin se trouvait à Droite sur le parvis du Temple.


2) En Lui la force

« Oz » nous parle du soleil qui nous fait vivre. En D.ieu est la Vie qui contient la force faisant vivre toute vie sur la terre - le végétal, l'animal et l'humain. D.ieu soutient le monde par Sa force, Il en est le Créateur.

De même « Bo'az » représente le D.ieu immuable, Celui qui ne peut être regardé par un homme sans être foudroyé sur place. Il est le D.ieu de vengeance et de jugement devant venir à la fin des temps. Après avoir vécu « l'année de grâce » dont a parlé Jésus en Luc 4, nous allons vivre le temps de vengeance.  Nous le voyons en Esaïe 61 : « L'Esprit du Seigneur, l'Eternel, est sur moi, car l'Eternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance, pour publier une année de grâce de l'Eternel... /// et un jour de vengeance de notre Dieu : Pour consoler tous les affligés ; Pour accorder aux affligés de Sion, pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu, afin qu'on les appelle des térébinthes de la justice, une plantation de l'Eternel, pour servir à Sa gloire ».

En Luc 4, Le Seigneur avait mentionné l'année de grâce et avait refermé le rouleau mais nous voyons que la phrase a une suite : « ... une année de grâce de l'Eternel, et un jour de vengeance de notre Dieu... ». Le « jour de vengeance » est aussi important que l'année de grâce. Ce jour concerne les « affligés de Sion », Israël. Le D.ieu de compassion transformera pour Son peuple, Israël, la cendre en diadème, le deuil en joie. Le peuple juif est destiné à « servir à SA gloire » et cela touchera toute l'humanité.


Il est le chemin qui mène à la Vie

Les deux colonnes représentent une plénitude, un tout. Considérer et privilégier une colonne par rapport à l'autre, signifie refuser de connaître l'un ou l'autre aspect de D.ieu. La Chrétienté a privilégié l'œuvre de la Croix et le rôle du Sacrificateur mais il importe de saisir l'œuvre du Roi, l'œuvre de Celui qui va manifester sa Force et juger ceux qui ont notamment persécuté Son peuple, Israël.

Pour le chrétien, il importe de comprendre que Jésus « est le chemin » qui mène à un accomplissement, à un but final qui est le Royaume millénaire. En d'autres termes, l'Eglise n'est pas une finalité en elle-même, elle fait partie du projet dont l'aboutissement est la Royauté messianique représentée par la colonne Bo'az.


Ruth et Bo'az

Nous connaissons la belle histoire de Ruth et Bo'az se situant après les temps de confusion de l'époque des Juges - c'est aussi notre temps. Bo'az deviendra l'aïeul du roi David avec la venue de Ruth attachée, « collée » à Naomi. Ruth désigne les non-Juifs qui s'attachent à Israël et retrouvent leurs racines - les chrétiens sionistes. Contrairement à Orpa (= qui tourne sa nuque, se détourne d'Israël), Ruth choisit le D.ieu d'Israël comme son D.ieu et le peuple juif comme son peuple. Il a fallu l'irruption de l'amour de Ruth pour Naomi et son peuple afin que Bo'az rentre dans sa destinée et participe à la lignée messianique.

Réalisons ce mystère d'un nécessaire retour à nos racines : D.ieu désire cet amour entre Ruth la Moabite et Bo'az le Judéen. Bo'az est l'image du Go'el, le Rédempteur exerçant son droit de rachat. On peut voir en ces 2 personnages, les 2 colonnes de notre message. Elles sont ensemble l'unité des deux peuples - Israël/Bo'az et l'Eglise/Ruth - permettant au « Fils de David » d'apparaître, de se manifester aux yeux de l'Humanité. Il s'agit d'une nécessaire alliance d'amour ouvrant le chemin à l'Avènement du Messie.


La colonne de nuée et la colonne de feu

« L'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchent jour et nuit. La colonne de nuée ne se retirait point de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit » - Exode 13.21-22.

Plus que jamais, nous avons besoin de la révélation de D.ieu symbolisée par ces colonnes divines du désert. D.ieu parlait[1] au peuple dans la colonne de nuée, et Il les éclairait dans la colonne de feu, la nuit. Israël était dépendant de cette présence qui les protégeait et les guidait. Ainsi accompagnés, les enfants d'Israël ont pu atteindre la terre de la Promesse.

De nombreuses fois dans son histoire, l'Eglise a reçu les révélations divines qui l'ont conduite jusqu'ici. La révélation du salut par la foi avec Luther, celle de la sanctification avec John Wesley. Puis, le Saint-Esprit a pleinement été révélé au début du 20e siècle et nous avons vu durant ce siècle des réveils parlant de l'amour de D.ieu et ceux aussi qui nous ont émerveillés, par la découverte de l'adoration. Le Tabernacle est une puissante illustration de ces révélations. Le Seigneur s'est révélé au cours de tous ces réveils successifs correspondant aux éléments du Tabernacle dans leur ordre : l'Autel d'airain (le salut par la foi), la Cuve d'airain (la sanctification), le Chandelier ou Menorah (l'Esprit), les pains de proposition (l'amour de D.ieu), l'Autel des parfums (l'adoration et l'intercession).

Voyons-nous l'élément qui reste à découvrir dans le Tabernacle ? - L'Arche de l'Alliance. Or, l'Arche est liée à Israël ! Le peuple juif pendant 2000 ans a été porteur de l'Arche dans les nations en tant que Lévites. C'est pour cela qu'ils sont appelés « le peuple Théophore » - porteur de D.ieu. Cela signifie que cette révélation, celle de l'Arche de l'alliance, le dernier élément avant l'ultime - la Présence de D.ieu sur l'Arche - est imminente. Israël est la dernière révélation avant l'Avènement du Messie !


De Yakhin à Bo'az

Les deux colonnes sur le parvis sont à l'entrée du Temple. Lorsque les enfants d'Israël se trouvèrent de l'autre côté de la Mer rouge, ils dansèrent, car les Egyptiens avaient été vaincus. Le peuple esclave se trouvait libéré, pouvait se réjouir et chanter avec allégresse de la délivrance de l'esclavage. Pourtant, il y a un long chemin jusqu'à Canaan et jusqu'au Temple, symbole de la Présence de D.ieu. Devant la Mer rouge, ils étaient établis sur le Roc (Yakhin). Il restait le désert à franchir. Le peuple juif a franchi 2000 ans d'errance et de persécutions. Aujourd'hui, le Temple est proche d'être reconstruit et surtout le Messie (Bo'az) est à la porte ! Soyons prêts à L'accueillir !


Note : Les deux oliviers (Zacharie 4) ou les deux témoins (Apo 11) sont aussi des colonnes sur le parvis du Temple. Il s'agit du prophète Elie (Yakhin) et de Moïse (Bo'az). Elie enlevé sur un chariot de feu désigne l'Eglise devant être enlevée. Moïse pour le peuple juif est le sauveur et le roi. Les deux résument la fonction du Messie qui vient - Prophète et Sacrificateur, Roi et Juge suprême.


[1] Comme Exode 13, il y a Ps 105.39 qui parle des colonnes de nuée et de feu. La nuée guidait mais aussi couvrait (protégeait) le peuple - de l'hébreu massakh, qui désigne aussi le rideau du Tabernacle.


Partager cet article

Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement