Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 12:19
tabernacle-1.jpgLes derniers chapitres du livre de l’Exode nous décrivent l’achèvement du Tabernacle, le Michkan, le Sanctuaire de Dieu. Combien cette vision est glorieuse ! Enfin, la Shekhina, la Présence divine ou la Nuée de Gloire, pouvait venir habiter le Lieu saint, établi au milieu de Son peuple. Les détails de l’achèvement du Sanctuaire sont parlants et instructifs pour notre propre édification.

« Alors la nuée couvrit la Tente d’assignation, et la gloire de l’Eternel remplit le Tabernacle. Moïse ne pouvait pas entrer dans la Tente, parce que la nuée restait dessus, et que la gloire de l’Eternel remplissait le Tabernacle » - Ex.40 :34

 

De l’Egypte au Mont Sinaï
De la sortie d’Egypte à l’achèvement du Tabernacle, un an se passa. En l’espace de 3 mois (Ex.19), Moïse et le peuple arrivèrent au pied du mont Horeb. Dieu déclara : « Vous avez vu ce que J’ai fait à l’Egypte, et comment Je vous ai portés sur des ailes d’aigles et amenés vers moi » - Ex.19 :4. Voilà le lieu où le Seigneur veut attirer Son peuple : au lieu du Buisson ardent, au lieu du don de la Torah, à la montagne sainte du Sinaï où Dieu révèle son Tabernacle. Voilà où Dieu veut nous attirer : à la révélation de Sa gloire.

 
Durant 7 mois, les Israélites vont se trouver devant le mont Sinaï, cette montagne terrible – la toucher signifiait la mort. Ils devaient apprendre la crainte de Dieu : « L’aspect de la gloire de l’Eternel était comme un feu dévorant » - Ex.24 :17. Puis Moïse reçut la Loi et amena le peuple à participer à l’édification du Tabernacle. Moïse avait vu sur la montagne « le modèle » du Tabernacle : « Tu feras d’après le modèle… » - Ex.25 :9, 40 ; 26 :30.

 

Dieu choisit alors des hommes de qualité. « Sache que j’ai choisi Betsaleel, fils d’Uri, fils de Hur, de la tribu de Juda… Et je lui ai donné pour aide Oholiab de la tribu de Dan » - Ex 31:2, 6. Dieu cherchait des hommes et des femmes qui avaient « un coeur bien disposé » : « Les hommes vinrent aussi bien que les femmes ; tous ceux dont le coeur était bien disposé… Toutes les femmes dont le coeur était bien disposé, et qui avaient de l’habileté, filèrent du poil de chèvre » - Ex 35:22, 26. « Bien disposé » (nadiv)  a le sens en hébreu de noble, princier et généreux. Dieu recherche des croyants de caractère noble et princier pour participer à l’édification du Tabernacle, le lieu de la révélation.

 

Etre construit pour être remplis et rendu utiles
Jésus passa 3 ans de sa vie d’adulte à former 12 apôtres, à construire leur caractère, avant de les remplir de Son esprit. L’image du Tabernacle nous aide à comprendre cela. Exode 40 nous montre combien certains détails sont importants dans l’achèvement du Sanctuaire. L’expression « comme l’Eternel l’avait ordonné à Moïse » revient sept fois. L’importance de l’obéissance est une clé pour être construit selon les plans divins. Tout a été disposé très précisément dans cette enceinte sacrée qu’était le Tabernacle, l’habitation de Dieu.

 
Les enfants d’Israël ont construit toutes sortes d’objets et de matériaux nécessaires à l’ensemble, mais sans doute ne savaient-ils pas ce que cela serait. Ils n’avaient jamais vu de temple. Ils ont obéi sans comprendre. Et un jour, tous les éléments ont été prêts.  C’était le moment de l’assemblage. Et Dieu demanda que chaque chose soit « ointe » de l’huile de consécration : « Tu prendras l’huile d’onction, tu en oindras le tabernacle et tout ce qu’il renferme, et tu le sanctifieras, avec tous ses ustensiles, et il sera saint » - Ex 40:9.

 

Comprenons cela : à partir du moment où nous sommes « nés de nouveau », nous rentrons dans une formation intensive. Dieu nous forme, construit notre caractère. Et tout sera sous le signe de Dieu. Le signe du hasard n’aura plus de place ! Toute personne que nous rencontrons, tout événement que nous traversons, rien n’est dû au hasard. C’est la main de Dieu qui nous façonne : « Tu m’entoures par derrière et par devant, et tu mets ta main sur moi… Là aussi ta main me conduira, et ta droite me saisira » - Ps 139:5, 10.

 
De même, en tant que sacrificateurs, il nous appartient de « oindre » toute chose que nous utilisons, de bénir toute personne que le Seigneur place sur notre chemin. Avons-vous oint notre habitation, notre voiture, notre ordinateur… ? Ce sont des instruments pour Dieu. Nos moyens de vivre appartiennent à Dieu. Tout est grâce et nous a été donné par grâce. Nos propres enfants sont des bénédictions. Ils sont précieux devant Dieu, devant être l’objet de toute notre attention, afin qu’ils soient « construits » à l’image du Tabernacle : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas » - Pr 22:6.

 

La présence glorieuse de Dieu
Le terme Schekhina décrit bien la fonction de l’Esprit : « Celle qui habite ». C’est elle qui remplissait le Tabernacle et s’élevait au-dessus : « Aussi longtemps que durèrent leurs marches, les enfants d’Israël partaient, quand la nuée s’élevait de dessus le tabernacle. Et quand la nuée ne s’élevait pas, ils ne partaient pas, jusqu’à ce qu’elle s’élève. La nuée de l’Eternel était de jour sur le tabernacle ; et de nuit, il y avait un feu, aux yeux de toute la maison d’Israël, pendant toutes leurs marches » - Ex.40 :36-38.

 

C’est la Nuée (ou colonne de feu la nuit) représentant l’Esprit Saint qui régit la marche du peuple. Si la Nuée ne s’élevait pas de dessus le Tabernacle, le peuple ne bougeait pas. Mais dès qu’elle s’élevait, le peuple partait. C’est le Saint-Esprit qui donne le temps du départ et également qui indique la direction. Nous devons être très sensibles au mouvement de l’Esprit qui nous guide et nous conduit…

 
En Ex.14 :19, quand l’armée de Pharaon talonna Israël, la Nuée était « ténébreuse d’un côté et de l’autre, elle éclairait la nuit »… et le peuple hébreu. Israël dans ses guerres récentes contre les armées arabes, a vu de tels miracles. Des officiers égyptiens et syriens ont témoigné de choses incroyables, comme « une main sortant du ciel ou des anges immenses » barrant le chemin à leurs régiments de chars. Ils ne pouvaient pas avancer ! Dieu est le même hier et aujourd’hui, et on ne s’oppose pas à Lui impunément …

 

La construction de l’homme intérieur
L’édification du Tabernacle est l’image de l’édification de l’homme intérieur, qui existe dès lors où l’Esprit travaille en nous. L’homme intérieur est notre vraie personnalité, notre corps n’étant qu’une enveloppe. Romains 7 et 8 révèle ce qui se passe en nous, quand Dieu habite en nous. Il y a un combat. Paul disait :

 
- Rom 7:22 « Je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur »

- Eph 3:16  « Que le Père vous donne, selon la richesse de Sa gloire, d’être puissamment fortifiés par Son Esprit dans l’homme intérieur »

- 2Co 4:16 « Si notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour »

 
Nous ne pouvons attendre de l’Eglise qu’elle nous forme. Nous devons trouver nos propres forces en Dieu. Cela s’appelle édifier l’homme intérieur. Cet homme intérieur ou spirituel, se nourrit de la Parole chaque jour, au travers de laquelle Dieu nous parle. David se battait seul. Il a appris à se battre. Il est l’homme de la louange et de l’adoration, mais aussi du combat. Ses psaumes sont des vitamines pour notre être intérieur.

 
David disait : « L’Eternel est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? L’Eternel est le soutien de ma vie ; de qui aurais-je peur ? » - Ps.27. Ces paroles sont des paroles de foi. Elles édifient notre foi. Lorsque nous lisons les « Lamentations de Jérémie », nous sommes consternés par la douleur du prophète, sa solitude. Mais lisons le chapitre 3 : dans ce passage de litanies et de tristesse, nous voyons soudain ceci :

 

«… Voici ce que je veux repasser en mon coeur, ce qui me donnera de l’espérance :
Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ;
Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que Ta fidélité est grande !
L’Eternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en Lui.
L’Eternel a de la bonté pour qui espère en Lui, pour l’âme qui Le cherche.
Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Eternel »
- Lam 3 :21-26

Jérémie a tourné ses yeux vers le Seigneur. L’espérance lui est donnée ; à nouveau, il peut se réjouir ! C’est toute la différence. De même, David ordonnait à son âme de se réjouir, de louer Dieu – c’est un combat :

« Réveille-toi, mon âme ! Réveillez-vous, mon luth et ma harpe ! » - Ps 57
« Mon âme, bénis l’Eternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse Son saint nom ! » - Ps 103

 

Être rempli de l’Esprit
La présence de Dieu dans le Tabernacle était telle que les sacrificateurs ne pouvaient entrer dans le Sanctuaire. C’était visible, palpable. Je dirais même que c’était audible, lorsque l’on voit le déplacement de la Schekhina dans son char de feu, accompagné des séraphins en Ezéchiel (1 :23) : « Sous ce ciel, leurs ailes étaient droites l’une contre l’autre, et ils en avaient chacun deux qui les couvraient, chacun deux qui couvraient leurs corps. J’entendis le bruit de leurs ailes, quand ils marchaient, pareil au bruit de grosses eaux, ou à la voix du Tout-Puissant ; c’était un bruit tumultueux, comme celui d’une armée ; quand ils s’arrêtaient, ils laissaient tomber leurs ailes ».

 
Nous devons être remplis de l’Esprit, dit la Parole : « Soyez remplis de l‘Esprit… encouragez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels (inspirés par l’Esprit), chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur » - Eph 5:18-19. La louange à haute voix est nécessaire. L’ennemi ne supporte pas cette louange. C’est un combat et l’ennemi ne peut que fuir devant la proclamation de la Parole et les chants de louange à l’Eternel.

 

iam.jpg« Je désire que vous parliez tous en langue »
Egalement, le parler en langue est un don de Dieu, utile pour l’édification personnelle et pour le combat : « Aspirez aux dons de l’Esprit, notamment à celui de prophétie. Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, et personne ne le comprend car c’est en Esprit qu’il dit des mystères. Celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console (dans l’église). Celui qui parle en langue s’édifie lui-même… » - 1Cor 14 :2-4. Paul[1] disait : Je désire que vous parliez tous en langue. 

 
L’avantage est que l’ennemi de nos âmes ne comprend pas ce nous disons « en esprit ». De plus, le parler en langue peut être utilisé n’importe où. On peut prier en langue en faisant la vaisselle ou en conduisant. Le Seigneur connaît l’interprétation, puisque c’est pas l’Esprit que nous prions ! Quelquefois, nous pouvons saisir que nous prophétisons ; dans ce cas, osons demander l’interprétation au Seigneur. Prions chaque jour en langue, édifions notre foi, construisons l’homme intérieur.

 

L’héritage de la Première Alliance
Soyons de dignes héritiers de la première Alliance ! La Nouvelle Alliance s’inscrit dans la continuité de l’ancienne, et nous avons besoin de la sève des racines pour subsister et grandir. David aimait dire combien il était amoureux du Temple et de la présence de Dieu. Il disait :

« Je vais autour de ton autel, ô Eternel ! Pour éclater en actions de grâces, et raconter toutes tes merveilles. Eternel ! J’aime le séjour de Ta maison, le lieu où Ta gloire habite » - Ps 26

 
Soyons une maison, une habitation pour le Seigneur. Qu’Il se sente bien dans nos cœurs, comme « à la maison » ! Bâtissons une demeure pour Lui, pour que nous puissions Lui être utile dans le Royaume.
undefined

Pour écouter le message en audio
  cliquez sur la radio

 



[1] Paul n’oppose pas le parler en langue à la prophétie. Il explique simplement que parler fort en langue n’édifie personne d’autre que nous, et qu’il vaut mieux dans l’église prier des paroles compréhensibles qui exhortent l’assemblée. C’est une question de logique et cela n’est pas au dépend du parler en langue que lui-même recommande.

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement