Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 10:19
flammesitecrop3.jpgA l’occasion de la naissance du Sauveur, alors que les anges chantent : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté », le vieux Siméon prophétise : « ce sera un signe qui provoquera la contradiction… ».

 
Une formidable nouvelle !
Noël est l’annonce d’une grande nouvelle : celle de la naissance du Sauveur du monde. Jésus ou plus exactement Yeshoua qui veut dire Celui qui sauve, vient sur la terre sous la forme d’un bébé. Le Créateur de l’univers consentant à descendre sur la terre au niveau de Sa création, dans la faiblesse d’un enfant, dépouillé de Ses attributs divins et de Sa toute-puissance ! C’est inimaginable... En premier lieu, Matthieu nous dit que Jésus est venu « pour sauver Son peuple » -
Matt.1 :21.


Jésus est aussi appelé « Emmanuel » (= D.ieu avec nous), et tout homme sur la terre peut connaître le Dieu de l’alliance avec Israël, comme son propre Dieu. C’est la nouvelle formidable qui est donnée à Noël : Dieu est devenu homme afin que nous, enfants des hommes, puissions devenir enfants de Dieu. Derrière l’avènement de Noël, se dessine l’événement de Pâque, exprimant cette annonce pour tout homme : la dette des péchés a été annulée, l’ardoise a été effacée. Maintenant, nous pouvons jouir d’une relation directe avec Dieu, simplement en faisant confiance à Christ … à la seule condition de Le reconnaître comme Sauveur et Seigneur.

 

Myriam, une jeune fille d’Israël
Ayons une pensée pour Marie / Myriam. Les Protestants ne parlent que rarement de la « vierge Marie ». Mais arrêtons-nous quelque peu sur la mère du Sauveur. Quelle femme ! Quelle est la mère aujourd’hui qui accepterait d’avoir « l’âme transpercée », maman d’un fils qui serait cloué sur une croix infâmante et mourrait comme un esclave. Voyons déjà Myriam, cette jeune fille d’Israël, choisie parmi toutes. Quelle maturité et quelle belle nature ! Nous devons la regarder avec des yeux neufs. Elle devait avoir 16 ans lorsque l’ange de l’Eternel lui parla : 


« L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.
Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.
L’ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu.
Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin »
- Luc 1 :28-33

 
Ingénument, Marie répond qu’elle n’est pas mariée, et l’ange répond à sa question : « La puissance d’En-haut te couvrira… ». Wouuah ! « L’enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ». Quelles sont les paroles de Marie à cette nouvelle foudroyante ? « Je suis la servante du Seigneur, qu’il en soit fait selon Ta parole ». Nous devons et particulièrement nos jeunes « en prendre de la graine » ! Quelle soumission Marie révèle-t-elle ! Elle réalisait certainement toutes les conséquences de cette rencontre et les acceptait.

Question : Sommes-nous prêts à ce que Dieu bouleverse nos vies cette année comme pour Marie ?...

 
Dernièrement, je regardais des jeunes filles soldates en Israël dans le bus. Nous retrouvons chez elles une maturité semblable. Trois jeunes filles de 18, 20 ans, liées par l’amitié, et de qui se dégageait un sens des responsabilités, vite acquis à l’armée. Nous le voyons aussi chez les jeunes filles religieuses de Mea Shearim[1] : accompagnées de plusieurs bambins, les frères et soeurs dont elles ont la charge, elles sont déjà adultes et respectueuses de la Loi, le livre de prière à la main pour réciter les Psaumes.

Marie se dit prête à avoir un enfant, bien que non mariée. Pourtant, cela pouvait lui occasionner un rejet de sa propre famille et de son entourage. Une jeune fille enceinte, ce n’est pas bien vu. Elle risquait la lapidation. Et que dira son fiancé, Joseph ?... Il semble que Marie soit prête à assumer son destin. Marie « gardait toutes ces choses et les repassait dans son cœur » - Luc 2 :19 et 51. Une belle leçon pour nous si prompts à nous plaindre, voulant tout et tout de suite, et ayant déjà des projets tout faits !…

 

Myriam et Elisheva
rel.JPGSuite à la parole de l’ange, Marie se précipite chez sa cousine Elisabeth / Elisheva ! L’ange en effet lui avait dit que sa cousine aurait un enfant malgré son âge avancé et qu’elle était à son 6e mois, montrant que « rien n’est impossible à Dieu ». On peut imaginer Marie courir voir sa cousine pour vérifier les paroles de l’ange. Cette rencontre avec Elisabeth est émouvante. Ce sont deux femmes en qui le miraculeux divin opère. Dieu fait honneur aux femmes. Nous verrons combien d’entre elles suivront le Maître. Nous voyons encore aujourd’hui combien les femmes sont présentes pour servir le Seigneur... Dès la salutation de Marie, Elisabeth est remplie de l’Esprit ! Quelle beauté de voir la jonction des deux générations : elles ont peut-être 40 ans d’écart. Le Seigneur aime cette alliance entre les jeunes et les anciens et nous avons besoin de le voir aussi aujourd’hui dans nos assemblées.

 
Spirituellement, ce sont deux tribus qui sont touchées à cet instant : Juda (Marie) et Lévi (Elisabeth) - la tribu royale et la tribu sacerdotale. Jésus deviendra le Lion de Juda et Jean-Baptiste (Yonathan haMatbil) sera « la voix qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur ! ». Jean le Lévite ouvrira la voie royale pour la venue du Messie. Que les Zacharie et Elisabeth d’aujourd’hui se réjouissent. Ils enfantent tous deux la dernière génération de ceux et celles qui doivent « ouvrir le chemin » du Roi venant en gloire à Jérusalem ! C’est un honneur et une grâce d’être de « la génération lévite ». A chacun de nous de le vouloir.

 

La prophétie de Malachie
La Bible dit que Jean-Baptiste (Luc 1 :17) « marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour ramener les coeurs des pères vers les enfants ». C’est ce que dit la parole de Malachie : « Voici, Je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères ». Spirituellement, les « pères » sont Israël, et les « enfants » sont les chrétiens greffés sur l’Olivier franc. Jean-Baptiste remplit donc la 1ère partie de la prophétie, en amenant ses frères à tourner leurs yeux vers la nouvelle naissance en Yechoua. Qui remplit la 2e partie de la prophétie et en quoi consiste-t-elle ? - Il s’agit des chrétiens (« les enfants ») qui reviennent à leurs racines hébraïques et bénissent « leurs pères ». Comprenons que c’est le Seigneur qui va faire cette « ré-union » avant Sa venue. Mais Il a besoin de Lévites, tel Jean-Baptiste, pour « ouvrir le chemin ». Selon Esaïe 40, nous avons à consoler Israël et préparer le chemin du Seigneur. Alors seulement, « la gloire de l’Eternel sera révélée, et au même instant, toute chair la verra ! » - Es.40 :5.

 

Marie, à l’écoute de Son Dieu !
Marie était prête à recevoir la faveur divine : c’est son cœur et sa disponibilité qui l’ont rendue prête. Sans doute, comme toutes les jeunes femmes juives, avait-elle « le nez dans la Parole ». C’est un défi pour nous : être à l’écoute de Dieu pour être prêts… à l’impossible, au miraculeux. Mais ne nous attendons pas à des choses faciles. Ne croyons pas que vivre le surnaturel de Dieu est plaisant ! Marie aura « l’âme transpercée » par la douleur de voir son fils mourir. La vision mourra…, mais la résurrection suivra et Marie sera présente, fidèle et joyeuse avec les frères et sœurs dans la Chambre haute, pour recevoir l’Esprit de Dieu et vivre l’événement glorieux de la Pentecôte. Alléluia, c’était le plan de Dieu ! Marie avait-elle pu prévoir tout cela ? Sans doute pas, mais elle a été à l’écoute de Dieu et n’a pas raté le rendez-vous divin.

 

Un message de paix

 Le message de Noël est bien évidemment porteur d’un message de paix, d’un espoir de paix en fait. Comme la lumière de l’aube dissipe la nuit noire, celle des ténèbres spirituelles dans le monde, nous entrevoyons en ce bébé naissant la venue glorieuse du SAR SHALOM, du Prince de la paix venant établir Son règne de paix à toute l’Humanité. LUI seul amènera une paix véritable sur la terre.

« Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur Son épaule.
On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix »
- Esaïe 9 :5

 
Le règne actuel de Satan – le Destructeur, appelé le « Prince du monde » en Jean 14 :30 – est menacé dans ses fondements par la venue de l’enfant né du ventre d’une fille d’Israël. Ce « satan » a eu de beaux jours devant lui, mais son règne est désormais compté. Par l’œuvre puissante de la Croix, il sera chassé du ciel – Luc10 :18. Il est « le dieu de ce siècle » (2 Cor.4 :4) de la terre et d’une certaine partie du ciel, le « prince de la puissance de l’air » (Eph.2 :2) et il demeure un ennemi mortel, un « lion rugissant cherchant qui dévorer » - 1Pi.5 :9. Mais au moment choisi de Dieu, à la venue du grand Roi, il sera jeté dans l’Etang de feu avec la Bête et le dragon. Dieu l’utilise pour l’accomplissement de Ses plans.

 

Paix pour toute homme et naissance du peuple de la réconciliation
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté », ont chanté les anges ce jour de Noël ! Ce message s’adresse à tout homme, car comme le dit la prophétie de Siméon, Jésus sera « la lumière pour éclairer les nations ». Les nations sont les Goyîm. C’est tout le mystère de Dieu au travers de cet événement, qui sera, nous le verrons, un signe de contradiction et de terrible difficulté pour Israël. Le peuple ancien aura alors une mission en exil, celle d’interpeller le monde.

 
Cette paix offerte aux nations est apportée par un Messie juif, né en Israël. L’œuvre de la Croix donnera à Noël son plein accomplissement. Comme un paysan peut voir la moisson au moment où il ensemence son champ, nous pouvons ressentir, au travers de la venue de ce bébé dans une crèche, la résonance sans pareil de cette naissance miraculeuse. Celle-ci donnera vie alors à un nouveau peuple appelé Eglise.

 

Rétablir la relation entre l’homme et Dieu
C’est au travers de ce nouveau peuple que Dieu va ensemencer les nations et donner à tout homme la possibilité de se réconcilier avec Dieu. Au delà d’Israël demeurant le peuple choisi, le Créateur voit toute la création, l’Humanité entière : celle-ci sera le champ de l’Eglise qui apportera la Bonne Nouvelle de la Paix en Jésus. Cette paix, c’est le SHALOM de Dieu – une vraie réconciliation avec Dieu :

« Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec Lui par Christ » - 2Co 5:18 

 
La relation entre l’homme et Dieu avait été rompue lors de la chute, avec le péché d’Adam et Eve. L’Esprit de Dieu avait été ôté de la personne humaine. Le philosophe Pascal devenu chrétien dira : « Il y a en l’homme un vide en forme de Dieu ». C’est ce vide que le Seigneur comblera par la venue du Fils de Dieu sur la terre. C’est la partie essentielle qui manque à l’homme sans Dieu. L’homme a été coupé de Son Créateur. La révélation du Fils de Dieu donne à chacun la capacité de rétablir cette coupure, de remplir à nouveau ce manque, ce vide qui laissait l’homme insatisfait, sans paix véritable, sans but et dans la peur constante de l’avenir et de la mort. Quelle joie parfaite y a-t-il pour toute personne de pouvoir à présent recevoir la grâce infinie de retrouver « la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence » - Phil.4 :7 !...

 

Le retour à la maison
La paix est synonyme de bien-être, d’harmonie, de vie. C’est la joie du retour à la maison, dans la sécurité et les retrouvailles avec le Père. C’est tout cela que Dieu nous donne au travers de Jésus, son Fils. Il y a beaucoup à dire sur Noël, c’est un événement cosmique prévu de toute éternité, et nous allons voir en une prochaine étude la partie prophétique concernant Israël et la fin des temps. Il y a notamment cette parole qui dit : « Car si leur mise à l’écart (celle d’Israël) a été la réconciliation du monde, que sera leur réintégration, sinon le passage de la mort à la vie ? - Rom.11:15. Cela fait partie du mystère de Dieu : des accomplissements glorieux sont à venir révélant la suite d’une grande Histoire… (à suivre)

 
Frères et sœurs, encore une fois, sommes-nous prêts à faire face à ces événements ? Avant la venue du Roi, il y a l’avènement de l’Antichrist, le déchaînement des forces occultes... Où en est votre foi, celle de vos enfants ? L’heure est à « cesser toute négligence », comme le roi Ezéchias le recommanda à son peuple – 2Chron.29 :11. Faisons alliance avec notre Dieu d’une manière claire, pour que la paix nous envahisse !




[1] Quartier des Juifs orthodoxes de Jérusalem

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement