Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 14:09
... et faire de deux un seul

juifs.jpg

« Car l’Eternel aura pitié de Jacob, Il choisira encore Israël, et il les rétablira dans leur pays ; Les étrangers se joindront à eux, et ils s’uniront à la maison de Jacob. Les peuples les prendront (Israël), et les ramèneront à leur demeure.
La maison d’Israël les possédera (les étrangers) dans le pays de l’Eternel, comme serviteurs et comme servantes… »
Esaïe 14 : 1-2

 
Ce verset d’Esaïe a été un verset-clé pour notre départ en Israël en août 2005. Dans le contexte qui parle de jugements (Esaïe 13 à 27) contre Babylone et autres tyrans, il y a ces belles paroles d’Esaïe 14 :1-2 qui sont pour le peuple juif, le rappel de promesses éternelles – le dernier verset du chapitre résume la pensée divine : « l’Eternel a fondé Sion et les malheureux de mon peuple y trouvent refuge ». Il y a une terre pour Son peuple ; il sera ramené à SION, la terre d’Israël. Avec les enfants d’Israël, il existe aussi une place pour des non-Juifs, des étrangers, des Gentils.

 
Les étrangers peuvent se joindre au peuple juif. Depuis le départ d’Egypte, nous voyons que cette place est offerte aux côtés du peuple juif. Ces étrangers sont pour la plupart des serviteurs et des servantes, des aides pour le peuple, et au bout du compte, ils font partie du peuple. Déjà, D.ieu avait dit à Abraham qu’ils seraient lui et sa postérité, eux-mêmes des étrangers : « Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays que tu habites comme étranger, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et Je serai leur Dieu » - Gen.17:8. Et la promesse s’accompagne d’une condition, celle d’aimer l’étranger : « Vous traiterez l’étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous ; vous l’aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. Je suis l’Eternel, votre Dieu » - Lév.19:34.

 
Que nous disent les paroles d’Esaïe 14 ?  Ces deux versets sont comme une description de ce qu’Israël vit depuis sa création en tant qu’Etat en 1948, à savoir le retour des Juifs des extrémités de la terre, aidé par les nations : « les peuples les prendront et les feront venir en leur demeure ». (Il n’est hélas pas révélé que beaucoup d’autres s’y opposeront…). Il est donc dit que l’Eternel aura compassion de Jacob, Il choisira encore Israël, et les établira en repos sur leur terre ; que l’étranger se joindra à eux et sera ajouté à la maison de Jacob. Ces deux « peuples » vivront ensemble et seront une bénédiction l’un pour l’autre.

 

VERSET 1

« Les étrangers se joindront à eux… »

         - ger rg = un résidant, un étranger - habitant temporaire, nouveau venu n’héritant pas des droits

         - lavah  hwl = s’attacher, se joindre, être attaché, accompagner

Gen.29:34  « Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils et elle dit : Pour cette fois, mon mari s’attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi »

Es.56:6  « Et les étrangers qui s’attacheront à l’Eternel pour le servir, pour aimer le nom de l’Eternel, pour être ses serviteurs, tous ceux qui garderont le sabbat, pour ne point le profaner, et qui persévéreront dans mon alliance »

Jér.50:4-5  « En ces jours, en ce temps-là, dit l’Eternel, les enfants d’Israël et les enfants de Juda reviendront ensemble ; Ils marcheront en pleurant, et ils chercheront l’Eternel, leur Dieu. Ils s’informeront du chemin de Sion, ils tourneront vers elle leurs regards : Venez, attachez-vous à l’Eternel, par une alliance éternelle qui ne soit jamais oubliée ! »

Zach.2:11  « Beaucoup de nations s’attacheront à l’Eternel en ce jour-là, et deviendront mon peuple ; J’habiterai au milieu de toi, et tu sauras que l’Eternel des armées m’a envoyé vers toi »

 
« … et ils s’uniront à la maison de Jacob »

         - saphach xpo  (ou  xpv - #Isa 3:17) = attacher, détacher, rendre chauve (mettre à nu), s’unir

1Sam.2:36  « Je m’établirai un sacrificateur fidèle, qui agira selon mon coeur et selon mon âme ; Je lui bâtirai une maison stable, et il marchera toujours devant mon oint. Et quiconque restera de ta maison viendra se prosterner devant Lui pour avoir une pièce d’argent et un morceau de pain, et dira : Attache-moi, je te prie, à l’une des fonctions du sacerdoce, afin que j’aie un morceau de pain à manger » (Je t’en prie, accorde-moi une occupation aux côtés des sacrificateurs, pour pouvoir manger) -

Esa.3:17  « Le Seigneur rendra chauve le sommet de la tête des filles de Sion, Il découvrira leur nudité »

 
Commentaire : Le mot ger nous définit bien ! Emigré, étranger non-juif, habitant temporaire, sans droits, mais qui habite sur la terre d’Israël, qui séjourne. Un non-juif n’a rien à exiger d’Israël, il n’a pas de droit.

Lava indique l’attachement au peuple juif – comme un mari à sa femme, comme on doit s’attacher à D.ieu pour Le servir, comme Israël va s’attacher à son D.ieu par une alliance éternelle, comme les nations s’attacheront à Israël à la fin des temps.

 
Sapha’h renforce le premier verbe. Cela nous rappelle Ruth qui s’est attachée à Naomi, cramponnée à elle : « Que l’Eternel me traite dans toute sa rigueur si autre chose que la mort vient à me séparer de toi ! » (1 :17). Ruth avait de la nourriture à volonté, ayant la faveur du maître et futur mari Boaz. Les qualités qui étaient celles de Ruth sont l’humilité, la détermination et le courage. Il faut cela pour vivre en Israël.

 
Esaïe 3 :17 nous apporte l’idée du dépouillement. Venir en Israël exigera une mise à nu ! Généralement, l’on vient en Israël avec un arrière-plan culturel de mélange grec et païen. Le sentiment de supériorité spirituel n’est jamais très loin, même si l’on aime Israël. Souvent cet amour est sentimental, superficiel. Au contact des difficultés de la vie en Israël et du côté « hérisson » des Israéliens – c’est le propre du sabra[1] - le chrétien perd vite sa sérénité.

 
C’est à ce moment-là que nous devons prendre conscience de nos limites et de nos faiblesses, comprendre que doivent tomber tous les a-prioris et fausses théologies, celle du remplacement par exemple, ainsi que la moindre racine d’antisémitisme. Nous devons faire amende honorable, confesser notre orgueil et supplier D.ieu pour un supplément de grâce, réalisant que notre amour est surfait. Une plante, lorsqu’elle a besoin d’eau dans une terre aride – c’est le cas d’Israël – va chercher en profondeur l’eau dont elle a besoin. C’est ce que nous avons à faire pour aller de l’avant et garder la patience, l’amour et la compassion devant équiper ceux qui veulent marcher par l’Esprit, le Consolateur.

 Ruth1.jpg

VERSET 2
« … la maison d’Israël les possédera dans le pays de l’Eternel »

         - nachal lxn = prendre possession, posséder, hériter, jouir

« … comme serviteurs et comme servantes »

         - ‘ebed dbe = serviteur, serviteur, homme qui sert, adorateur

         - shiph’ha hxpv = servante, servante humble

Ruth 2:13  « Elle dit : Oh ! que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur ! Car tu m’as consolée, et tu as parlé au coeur de ta servante »

 
Commentaire : Le terme na’hal parle d’héritage. Israël accueille les étrangers, des chrétiens, comme un héritage. Ceux et celles qui viennent s’installer en Israël, acceptant les lois et la foi d’Israël, deviennent l’héritage d’Israël ! Ils participent à l’alliance et aux promesses.

 
Ceux-ci sont des « serviteurs et des servantes ». Le mot ebed désigne celui qui sert et qui prie. C’est la double fonction du chrétien : serviteur et adorateur. C’est dans cet esprit que le chrétien doit venir en Israël. Il est intéressant de voir que le mot servante - chif’ha
hxpv se recoupe avec le mot sapha’h xpv (voir plus haut : s’attacher). De là vient le mot michpa’ha hxpvm – famille, en hébreu, la lettre chin et sin étant la même. Ainsi, devient-on de la même famille avec le peuple juif, lorsque celui-ci comprend qu’il y a en nous aucun intérêt caché dans notre venue en Israël. Ils nous considèrent alors de la même famille. Alléluia ! N’est-ce que ce que D.ieu veut faire ? Faire des deux, un seul - Eph.2 :15… Réalisons-le dans l’amour, D.ieu mettra Son sceau, lors de la venue du Mashia’h, en répandant Son Esprit.

« Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, Je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d’Ephraïm, et les tribus d’Israël qui lui sont associées ; Je les joindrai au bois de Juda, et J’en formerai un seul bois, en sorte qu’ils ne soient qu’un dans ma main » - Ezéchiel 37 :19

 

La maison de Joseph
josephjacob.jpgProphétiquement, Ephraïm et la maison de Joseph sont les chrétiens qui aiment Israël – ils sont liés à Israël. L’épouse de Joseph, Asnath, était non-juive. Or, Joseph est le type du Messie. C’est lui qui a autorité sur la maison de Pharaon, ayant tous les pouvoirs. Il n’est pas Pharaon mais il possède son autorité, ainsi que le Messie qui dirige toute chose est soumis à son D.ieu (Ps.2 : « C’est moi, dit le Seigneur, qui ai oint mon roi sur Sion, ma montagne sainte » - Ps.45 : « D.ieu, ton D.ieu, t’a oint d’une huile de joie ».

 
L’Eternel, le Créateur de l’univers va oindre le Roi-Messie à Jérusalem pour diriger l’humanité. C’est la position de Joseph, elle est royale et messianique. Lorsque Joseph se révèle à ses frères, l’épouse, Asnath, se met en arrière. Elle n’est pas dans la pièce, car Joseph a fait sortir tout le monde - Gen.45 ; cf Osée 2 :16. Ainsi en sera-t-il lorsque le Messie-Roi se révèlera à Israël. Les chrétiens, à l’instar d’Asnath, se retireront, quitteront la scène. Peut-être auront-ils été « enlevés », c’est en tous cas une manière de dire que D.ieu veut « un face à face » avec Son peuple, un RDV divin. Il veut se révéler glorieusement dans l’intimité.

 
Asnath tnoa a comme valeur numérique 7 (réduit de 511). C’est 3 plus 4. C’est D.ieu qui est descendu sur terre et s’est fait homme. Le chiffre 7 désigne la perfection – « D.ieu en l’homme ». Dans la pensée chrétienne, Yechoua/Jésus-Christ est celui qui s’est fait homme. Il est le Fils de l’homme et Il est mort, tel l’agneau de Dieu, en sacrifice pour les péchés de tous les hommes. Il est le parfait Kippour, l’ultime sacrifice. Joseph a été vendu par ses frères, jeté dans une fosse et considéré pour mort. Il est revenu à la vie et a obtenu toutes les faveurs de Pharaon, qui l’a alors élevé à la position la plus haute. Joseph est devenu l’héritier de Pharaon en Egypte, de même le Messie est l’Héritier de D.ieu et Il gouvernera la terre entière.

 
Joseph Powy a comme valeur numérique 12 (réduit de 156). Il est le Messie d’Israël, fils de Jacob, issu du peuple juif, comme Christ. De même, Asnath étant l’épouse de Joseph, il va de soi que l’Assemblée des chrétiens s’identifiant à Asnath ne peut qu’aimer Joseph et sa famille de manière passionnée.

 
On peut conclure avec un autre passage d’Esaïe – Es.11 :12-13 : « Il rassemblera les exilés d’Israël, et il recueillera les dispersés de Juda, des quatre extrémités de la terre. La jalousie d’Ephraïm disparaîtra… Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda, et Juda ne sera plus hostile à Ephraïm »

 
Si nous disons qu’Ephraïm représente prophétiquement l’Assemblée[2], on peut conclure que D.ieu va réconcilier totalement le peuple juif et les chrétiens. Les murs d’inimitié et de jalousie tomberont et nous pourrons chanter ensemble, paraphrasant Esaïe 12 :
 

« D.ieu est notre délivrance, nous sommes plein de confiance, et nous ne craignons plus rien ; L’Eternel, l’Eternel est notre force et le sujet de nos louanges ; c’est Lui qui nous a sauvés »

 



[1] Sabra (tsabar) est l’enfant né en Israël. C’est aussi le fruit du cactus – piquant à l’extérieur et tendre en dedans.

[2] Celle des chrétiens. A distinguer de l’Eglise rebelle de la fin des temps, appelée la grande Prostituée (Apo.17)

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Etude d'un texte