Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 13:45
Textes : Exode 2 :15-21 et 4 :18-26
 

cippora.jpgEx 2:21 « Moïse se décida à demeurer chez cet homme, qui lui donna pour femme Séphora, sa fille »

  Ex 4:25 « Séphora prit une pierre aiguë, coupa le prépuce de son fils, et le jeta aux pieds de Moïse, en disant : Tu es pour moi un époux de sang ! »

 
Moïse dans le désert de D.ieu

40 ans après avoir été élevé comme un prince d’Egypte, Moïse est entraîné dans le désert pour être formé par D.ieu. C’est ainsi qu’il gardera les troupeaux de Jéthro pendant 40 ans avant d’être appelé à faire sortir le peuple hébreu de l’emprise de Pharaon. Jéthro était sacrificateur de Madian et avait 7 filles. Moïse épouse Séphora et il a deux fils, Guerchom et Eliezer. C’est en conduisant les troupeaux que Moïse découvre le Buisson ardent et entend l’Eternel. Exode 3 :1 : « Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau–père, sacrificateur de Madian ; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb. L’ange de l’Eternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point ».


Séphora, fille de Jéthro le sacrificateur de Madian

 
Sephora (hrpu tsipora) = petit oiseau. Tsafar, c’est aussi lié au matin ; Zéphir, c’est le vent du matin, ou le démon du matin. Tsephroni, c’est aussi « capricieux, entêté ».
 
 
Là, près d’un puit, Moïse voit les 7 filles de Jéthro, et Jéthro lui donnera Séphora – 2 :21. Sans doute était-elle l’aînée des sept. Notons que c’est aussi au bord d’un puit que Jacob connut Rachel (Gen.29 :10) et que Rivka fut « découverte » par Eliezer le serviteur d’Abraham, pour Isaac.

Jéthro est de Madian. Les Madianites sont issus d’Abraham et Qétura. Ils ont toujours été des ennemis d’Israël. Gédéon les combattra, puis David. C’est avec des Madianites et des Moabites que les enfants d’Israël se livreront à la débauche – Nb.25. Phinées, le petit-fils d’Aaron, transpercera le ventre du couple dont la femme était madianite.

 
 
La circoncision, un commandement
Lorsque Moïse annonce à son beau-père Jéthro qu’il va partir délivrer son peuple, ce dernier est d’accord : « Va en paix ! » - 4 :18, lui dit-il. Et Moïse emmène sa femme et ses deux fils. Par la suite, on voit qu’il les a renvoyés chez Jéthro. Ex 18:2 « Jéthro, beau–père de Moïse, prit Séphora, femme de Moïse, qui avait été renvoyée » (que celui–ci lui avait renvoyée précédemment- FC)
 
 Sans doute Moïse est-il seul avec Aaron pour faire sortir Israël de l’Egypte. A son retour, Jéthro le rejoint avec Séphora : Ex 18:5-6 « Jéthro, beau–père de Moïse, avec les fils et la femme de Moïse, vint au désert où il campait, à la montagne de Dieu. Il fit dire à Moïse : Moi, ton beau–père Jéthro, je viens vers toi, avec ta femme et ses deux fils »
 
Il semble donc qu’avant la séparation de Moïse et Séphora, il y ait eu un événement majeur : l’épisode de la circoncision. Le contexte biblique est l’envoi de Moïse par l’Eternel : « Tu diras à Pharaon : Israël est mon fils, mon premier-né. » - Ex.4 :22. C’est évidemment un verset important. Israël est « le fils de D.ieu » ! Osée 11 :1 confirme cela : « Quand Israël était jeune, Je l’aimais, et J’appelai mon fils hors d’Egypte ».
 
D.ieu dit alors à Moïse d’annoncer à Pharaon : « Laisse aller mon peuple… si tu refuses de le laisser aller, Je ferai périr ton fils, ton premier-né ». Durant le voyage vers l’Egypte, c’est l’épisode de la circoncision du fils premier-né, Guerschom. Il est propre le fils de Moïse, et D.ieu est prêt à faire mourir Moïse parce qu’il n’a pas circoncis son fils premier-né. Pourquoi ? Parce que c’est un commandement. Les premiers-nés appartiennent à l’Eternel – Exode 13 :12,15 ; 22 :29. Moïse aurait été disqualifié dans sa mission, si son fils n’avait été circoncis. Gen.17 :14 : « Un mâle incirconcis qui n’aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple ; il aura violé mon alliance ».

 

 
« Epoux de sang »
La circoncision peut paraître une coutume barbare. D’aucuns ont avancé l’idée que Séphora a influencé son mari au point de ne pas circoncire Guerschom. Etant étrangère, ce n’est pas dans son optique d’amputer son fils de son prépuce et elle en aurait convaincu Moïse. Cela explique sa violence lorsqu’elle s’écrie : « Epoux de sang ! », et jette le prépuce aux pieds de Moïse.C’est dans la colère qu’elle a circoncis son fils. Elle a vu que D.ieu allait lui ôter son mari, et se faisant violence, elle a circoncis son fils. On peut imaginer que pour une mère, c’est difficile, surtout avec une pierre… Par la suite, il est probable que Moïse ait renvoyé Séphora chez son père, ne la sentant pas capable d’assumer auprès de lui sa mission en Egypte.


On (un auteur anonyme) a appelé le problème de Séphora, « le péché de Séphora ». 

« Guershom, le fils aîné de Moïse, n’avait pas été circoncis bien que des années se fussent écoulées depuis la réception de son père dans cette famille de Gentils, et depuis sa propre naissance (Ex. 2:22.) Il semblerait que Séphora s’y était particulièrement opposée ; c’était une pénible, sinon dangereuse opération, dont la pensée était douloureuse à son coeur maternel. Pourquoi son fils aurait-il dû souffrir ainsi ? Pourquoi son mari exigerait-il cette action dure et cruelle ? Rien de semblable n’avait été jugé nécessaire dans sa propre famille ; c’était tout à fait contraire à la manière de faire autour d’elle ; n’était-il pas en tous cas préférable, pour y soumettre son fils, d’attendre que Moïse eût rejoint sa propre nation ? C’était ainsi, sans doute, que raisonnait le coeur naturel de Séphora. Apparemment Moïse avait cédé à ces arguments, Dieu avait été oublié et la mère tranquillisée, mais aux dépens de l’obéissance à Sa Parole…. »

 
Plus tard, elle dut être renvoyée dans son propre pays par Moïse (Ex. 18:2.) Sa volonté propre et son ignorance des voies de l’Éternel la rendaient incapable d’être associée à son mari pendant qu’il accomplissait par la puissance de Dieu la délivrance de son peuple. Telle fut la faute, telle fut la folie de Séphora, et nous en sommes coupables comme elle. Dieu a agi envers nous et en nous pour nous séparer pour Lui-même de ce présent siècle. Ensuite Il a découvert au milieu de nous du mal résultant d’une activité charnelle : des erreurs subtiles et raffinées de l’esprit humain, conduisant finalement à l’hérésie, à un esprit sectaire et au cléricalisme. C’était un effort de l’Ennemi pour nous amener à rétablir ce dont Dieu nous avait séparés, en le jugeant comme mauvais.
 

L’Humanisme, opposée à la vraie foi
Le regard de Séphora est en quelque sorte notre regard lorsque nous nous opposons aux pensées de D.ieu, quand elles nous paraissent trop dures. La Croix elle-même est « un scandale » aux yeux des hommes. Pourquoi avoir choisi ce moyen barbare pour nous donner le salut ? C’est pourtant le moyen que D.ieu a choisi : faire mourir son propre fils d’une manière ignominieuse, cloué sur une croix, comme un esclave. De même, le Seigneur demande que nos cœurs soient circoncis. Car, notre nature charnelle est incirconcise.
Eph 2:11 « C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme »
Phil 3:3 « Car les circoncis, c’est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l’Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus–Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair »
 
Notre chair s’oppose à l’Esprit de D.ieu. De même, notre bon sens ou notre raisonnement humain. Jésus a traité Pierre de « Satan » parce qu’il s’opposait à ce qu’il passe par la croix.


En allant plus loin...
Avec Séphora comme avec Eve, nous devons laisser de côté nos sensibilités et raisonnements humains. Moïse ainsi qu’Adam était aussi coupables que leurs femmes. De même Salomon qui avait épousé une femme égyptienne. En fait, Moïse sera puni pour une faute – de colère contre le peuple, il a frappé le rocher deux fois – qui semble moindre que le fait d’avoir « oublié » de circoncire son fils.

Je crois que « le péché de Séphora », c’est aussi notre péché à tous, non-Juifs qui sommes unis à l’alliance d’Israël – nous Goyîm, qui ne supportons pas l’élection du peuple juif et n’acceptons pas « leurs lois ». Comme le disent certains, l’Eglise a évincé Israël en prétextant que les Juifs ont échoué, et que « la Grâce » a remplacé « la Loi ». Combien nous voyons de chrétiens en visite en Israël ne supportant pas la manière d’être et de faire des Israéliens qui « ne veulent pas se convertir » à une « religion de la Grâce ».
 
 
Israël est toujours le fils aîné de D.ieu. Mathieu 1 :21 dit du Messie que « C’est Lui qui sauvera Son peuple de ses péchés ». En Luc 1 :32 : « Il sera grand et sera appelé Fils du Très–Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et Son règne n’aura point de fin ». C’est aussi cela que l’on peut voir dans l’histoire de Séphora et Moïse.

Partager cet article

Publié par Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ - dans Enseignement