Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 08:06

Il semble que le Seigneur ait placé la barre très haut, concernant ceux et celles qui placent leur confiance et leur foi en Jésus-Christ, Fils de Dieu - Ben Ha’Elohim. Dieu désire que nous arrivions à la perfection, pour être des enfants matures, des hommes faits, « à la mesure de la stature parfaite de Christ ». Paul dit les choses clairement : après avoir énuméré les dons et les ministères « pour le perfectionnement des saints », nous devons travailler, dit-il, à perfectionner notre foi, « … jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et (à l’unité) de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ » - Eph 4 :13.

 

 

L’unité de la foi, et l’unité de la connaissance du Fils de Dieu

Le NT en hébreu parle de l’unité de la foi, et de l’unité (ha’hérout) de la connaissance du Fils de l’homme. Voilà le but, le travail de toute une vie de foi chrétienne : arriver à « l’unité » 1) de la foi, 2) de la connaissance du Fils de Dieu. L’unité est le point commun, comme si le Seigneur mettait l’accent sur ce mot.

N’est-ce pas le problème de l’Eglise, si divisée jusque-là, de la foi qui semble être découpée en différentes vérités ?... N’est-ce pas le problème des dénominations, des familles chrétiennes, chacune mettant l’accent sur un aspect de Jésus, de sa personnalité ?...

Plusieurs commentateurs ont dit que cette division était le fait d’avoir mis hors de l’Eglise tout ce qui était « juif » - le shabbat, les fêtes de l’Eternel, et la pensée hébraïque, remplacée par le mode de pensée grecque, platonicienne. La division est une malédiction que nous devons traiter en revenant à la source.

  1. L’unité de la foi contient toutes les révélations ou vérités divines que le Seigneur a révélées,
  2. L’unité de la connaissance du Fils de Dieu, c’est celle qui donne une image complète de Jésus.

 

Personnellement, j’ai eu un grand-père pasteur luthérien, j’ai grandi dans la foi protestante réformée, puis mariés, mon épouse et moi, sommes "nés de nouveau" dans la foi évangélique. Nous avons été formés par des missionnaires méthodistes, nous avons ensuite découvert la vie de l’Esprit, et avec l’amour du Père, avons reçu la révélation d’Israël. Nous avons ainsi grandi de révélation en révélation, découvrant tour à tour les vérités divines, comme des pierres précieuses.

 

Révélations des noms divins

En Exode 6 :3, Dieu dit à Moïse : « Je suis l'Eternel – hwhy . « Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme le Dieu tout-puissant (El Shaddaï); mais je n'ai pas été connu d'eux sous mon nom, l'Eternel – hwhy ». Rappelons-nous l’épisode du buisson ardent ; quelle révélation pour Moïse ! Dieu se manifestait sous une autre forme, avec un autre nom ; Il présentait une autre facette de sa personnalité.

« L’ange de l’Eternel lui apparut dans une flamme de feu au milieu du buisson » - Ex 3 :2. Or, comme nous le fait remarquer Asher Intrater dans son livre « Qui a visité Abraham ? » (Emeth Editions), nous comprenons que «l’Ange de l’Eternel » (Mal’akh hwhy) nous parle de Christ, dans une pré-incarnation. L’auteur précise : Ange et Yehovah (selon sa manière de le prononcer) forment une seule unité ; c’est un nom propre, pas un nom générique. C’est l’ANGE-YEHOVAH, et pas n’importe quel ange. Or, nous dit-il, le Messie est une combinaison de Dieu et de l’Homme ; ainsi l’Ange-Yehovah a cette double nature, qui désigne Yeshoua’, le Seigneur, pleinement révélé dans le NT.

Nous voyons là une facette de Christ qui n’est pas souvent mentionnée, et qui est spécifiquement liée à Israël. C’est ainsi qu’en Esaïe 63 :9, il est dit que « l’Ange de Sa face » était véritablement l’Ange d’Israël, pour aider le peuple juif, les protéger, et au bout du compte les racheter, les sauver.

En Gen 14 :18, une autre image de Dieu était donnée à Abram, sous la forme de Melkisedek – roi de justice, roi de Salem. Au travers de ce sacrificateur sorti de nulle part, Abram découvrit El-Elyon – le Dieu Très-haut, Maître du ciel et de la terre.

En Dan 7 :14, Dieu se révéla également à Daniel, comme ‘Atiq Yomim – le Maître du temps ; le prophète eut alors la glorieuse révélation du Fils de l’Homme (Bar Enosh) à qui seraient donnés « la domination, la gloire et le règne, à jamais ».  

 

L’unité de la foi

Nous voyons en Héb 6 qu’il existe plusieurs vérités que nous avons à découvrir au fur et à mesure de notre maturité dans la foi. L’auteur montre que plus nous grandissons dans la foi, plus nous approfondissons notre foi. Or, fait-il remarquer, certains sont restés au « lait » alors qu’ils devraient manger du solide, de la viande ; il nous exhorte à grandir, en allant notamment plus loin que « le fondement de la foi, la doctrine des baptêmes, l’imposition des mains, la résurrection de morts, et le jugement éternel » - Héb 6 :2.

 

La dernière vérité, Israël

Je crois que la dernière vérité révélée, avant la venue du Messie, est Israël (cf Es 28 :16). C’est la révélation des derniers temps comme nous le voyons dans l’image du Tabernacle.

Chaque élément du Tabernacle évoque une vérité, une révélation, dispensée au cours des siècles dans l’Eglise, chaque vérité correspondant à une ou plusieurs dénominations ou mouvements de l’Esprit :

  1. 1 - L’autel d’airain – le salut par la foi (Luther)
  2. 2 - La cuve d’airain – la sanctification (Wesley)
  3. 3 - La Ménorah – l’Esprit et le mouvement pentecôtiste (au début du 20e siècle, et en 70 après la guerre des six jours avec le mouvement charismatique qui a touché toutes les dénominations)
  4. 4 - La table des pains – l’amour du Père
  5. 5 - L’autel des parfums – la louange et l’adoration
  6. 6 - L’arche de l’alliance (qui renferme les tables de la Loi, la manne et le bâton fleuri d’Aaron = Israël.
  7. 7 - Le couvercle/kaporeth où était déposé le sang devant obtenir la faveur divine ; la présence de Dieu était là – la shekhinah : elle nous parle de la venue glorieuse du Messie (Ez 43 :2).

Israël serait-elle la dernière vérité avant la venue du Fils de l’Homme ? Laisser de côté Israël dans sa foi, c’est comme déshabiller Jésus de ses habits juifs, c’est Le dénaturer en Lui enlevant sa vraie identité. L’Eglise est issue de Jérusalem, et elle doit revenir à Jérusalem ; elle doit revenir à la source, à ses racines hébraïques, et se purifier des effluves de la théologie grecque qui a tant influencé l’Eglise.

 

A la mesure de la stature parfaite de Christ

Où en est notre foi ?... Est-elle toujours celle d’un enfant ; sommes-nous toujours au B.a.ba  de la foi ; ou comprenons-nous que nous devons parfaire notre foi ?... Savons-nous, selon les temps prophétiques, que Dieu a tourné son regard vers Israël, et qu’Il attend de nous que nous suivions son regard, que nous collaborions à cette vérité ? L’Epoux-Christ a simplement déclaré aux vierges folles : « Je ne vous connais pas, vous ne connaissez ni le jour, ni l’heure ! ». Israël est l’Horloge de Dieu.

Quelles sont les différentes facettes du Fils de Dieu ?... Il est Sauveur et Seigneur, Il est le parfait serviteur, mais il est aussi juif, c’est son identité - « Roi des juifs » selon l’inscription sur la croix. Il vient comme Mashia’h, Roi des rois et Juge suprême. N’avons-nous pas besoin d’une révélation particulière pour honorer ce Messie qui vient ?...

Nous retrouvons cette notion dans le Psaume 68 : « Royaumes de la terre, chantez à Dieu, célébrez le Seigneur! -Pause. Chantez à Celui qui s'avance dans les cieux (littéralement « le Cavalier chevauchant les nuées), les cieux éternels ! Voici, Il fait entendre sa voix, sa voix puissante. Rendez gloire à Dieu ! Sa majesté est sur Israël, et sa force dans les cieux. De ton sanctuaire, ô Dieu! Tu es redoutable. Le Dieu d'Israël donne à Israël son peuple la force et la puissance. Béni soit Dieu !.… »

Cette image correspond à Apo 19 :11 (et ss) : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n'est lui-même… et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d'un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l'ardente colère du Dieu tout-puissant ».

Connaissons-nous cet aspect terrible de Christ, le Fils de Dieu - Ben haElohim ? Il vient pour frapper les nations et assouvir la colère du Dieu Tout-Puissant. L’Agneau immolé devient le Lion de Juda. Nous avons besoin, chacun d’entre nous qui avons la crainte de l’Eternel, d’en avoir une complète révélation. Prions qu’elle nous soit donnée.

GF – 27 mars 2017

Partager cet article

Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ