Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Sur les murailles de Jérusalem, j'ai posté des gardes...
  • : Messages d'enseignement et d'édification du pasteur G.F. sur la relation entre Israël et l'Eglise.
  • Contact

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouveau message, inscrivez-vous dans la partie « Newsletter », et vous recevrez ainsi une notification, immédiatement après la mise en ligne d’un nouvel article.

Rechercher

Sonnez la Trompette

Cliquer ICI pour lire le journal

 

- Novembre / Décembre 2016 -

14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 10:16

Derek Prince a écrit : « Nous pouvons être sauvés, baptisés dans l’Esprit et destiné au ciel, et en même temps ignorer la lumière que Dieu a promis ; si nous mourons ainsi, nous irons au ciel ; mais cela signifie que nous allons trébucher et tâtonner sur la terre, sans comprendre ce qui se passe, en vivant dans la peur et la confusion Que signifie ceci ? Pouvons-nous être chrétien et ignorer le déroulement des temps de la fin, avec la venue du Messie, le rétablissement d’Israël et l’avènement du Royaume messianique sur la terre ?... Oui, car il existe dans la pensée chrétienne actuelle des « fables habilement conçues » dont nous parle l’apôtre Pierre, qui obscurcissent la pensée de beaucoup : « Ce n'est pas en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c'est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux » - 2 Pi 1 :16. 

 

Voyons quelques textes mentionnant ces temps glorieux, qui doivent susciter notre espérance :

 

Le Messie et l’accomplissement des prophéties

 

Esaïe 60 :1 « Lève-toi, brille, car ta lumière arrive, et la gloire de l'Eternel se lève sur toi. Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l'obscurité les peuples; Mais sur toi l'Eternel se lève, sur toi sa gloire apparaît.… »

Ces magnifiques promesses d’Esaïe 60 concernent Israël en premier lieu car le Messie vient d’abord pour Son peuple ! Mais elles nous concernent tous, si nous sommes intéressés par la parole prophétique concernant les temps millénaires … et si nous croyons être greffés sur l’Olivier d’Israël. Réalisons que ces paroles sont mises en contraste avec les temps incroyables de ténèbres précédant la lumière : « … les ténèbres ouvrent la terre et l’obscurité des peuples ». Ce seront des temps de confusion et de ténèbres spirituelles, de menaces de chaos et de guerre apocalyptique comme nous le pressentons aujourd'hui. 

La Bible mentionne ainsi une époque lumineuse jamais vécue, un temps que les disciples appelaient de leurs vœux : « Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ? », demandèrent-ils à Jésus avant qu’Il ne monte au ciel.  Il parlait du Royaume de David que le Messie-Roi établirait à Sa venue, c’était clair dans leur tête, comme c’est l’espérance de tous les Juifs. Ce royaume davidique est également évoqué dans Actes 3 :21 : « Il enverra celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ, que le ciel doit recevoir jusqu'aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes ». Dieu va rétablir les choses.

Or voilà ce Royaume, représentant un monde nouveau prévu de toute éternité et dirigé par Dieu, est combattu par différentes théologies dans l’Eglise, tels Kingdom now ou la théologie des dominions ou autre courant de pensée a-millénariste (1) ; car la Chrétienté a la prétention d’établir elle-même ce royaume… d’ailleurs, dit-elle, ce Royaume est déjà là, car "l’Eglise = Christ" ; les chrétiens doivent donc conquérir le monde. Ainsi, ne parle-t-on plus beaucoup dans nos assemblées de la venue du grand Roi-Messie, ou du retour de Jésus. Et encore moins du fait qu’Israël va retrouver sa place de « première des nations » – Rosh hagoyim. Une théologie qui ne prend pas en compte Israël, peuple choisi de Dieu, n’a aucune place dans la pensée d’un chrétien biblique.

 

Les deux venues messianiques

 

Mettons à présent l’accent sur deux passages mentionnant les deux venues de Christ, événements qui nous montrent l’importance des prophéties qui se réalisent ! Ces deux passages mettent côté à côte ces deux événements, celui du Messie souffrant et celui du Messie glorieux, comme merveilleux accomplissements prophétiques, sachant combien ces deux événements sont liés. A la Croix, Jésus était déjà le "roi des Juifs", la couronne du supplicié évoquait la couronne glorieuse du Messie-Roi - et rappelons-nous, Jésus est venu pour être à la fois "lumière des nations, et gloire dIsraël" (Luc 2:32).

  1. Esaïe 52 :13-15 – ce passage donne la description du Messie glorieux, avant de parler du Messie souffrant. Il est possible que le « youd » de Mashahti (Es 52 : 14) ait été supprimé (2), pour rendre illisible le verset.  Cette phrase dans nos versions traditionnelles n’a pas de sens. Si l’on regarde le texte de Qumran, l’on voit que le « youd » apparaît clairement. Question : est-ce que les rabbins (ou une erreur de copiste) ont ôté le « youd » plus tard pour que l’on ne fasse pas le rapport entre le Messie glorieux et le Messie souffrant ?... Voilà comment devrait être Esaïe 52 :13-15 - la superbe description d'un Messie glorieux : ​

« 13 Voici que mon serviteur sera intelligent ; Il se lèvera, grandira et sera prodigieusement exalté. 14 De même que beaucoup ont été frappés de stupeur à ton sujet (Israël), ainsi Je l’ai oint (masha’hti) plus qu’un homme quant à son apparence, et sa forme dépassait celle des fils d’Adam. 15 Ainsi, Il aspergera des nations nombreuses ; devant Lui, des rois fermeront la bouche ; ce qui ne leur avait pas été raconté, ils le verront, ce qu’ils n’avaient pas entendu, ils le comprendront ».

La beauté de ce texte rétabli est saisissante, en total paradoxe avec le chapitre 53 décrivant un Messie souffrant, homme de douleur, brisé pour nos péchés. Ce double mystère, avec la description simultanée des deux tableaux, nous font toucher du doigt la profondeur du plan divin. 

  1. Psaume 22. Ce psaume parle clairement de la Croix, de la souffrance d’un homme, qui ressemble tellement à Jésus. Un grand nombre de paroles du psaume ont été extraordinairement accomplies à la Croix. Jésus a crié à la croix : « Elie, Elie, lama sabachtani ? » -"Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné". Peut-on voir la raison de cette expression ? Examinons plusieurs possibilités :
  • - le doute de Jésus sur sa mission ? Non, nous ne pensons pas ; Jésus avait suffisamment précisé à ses disciples l'importance de l'oeuvre de la Croix.
  • - l’abandon de Dieu ? Oui, dans un sens : Jésus est devenu « malédiction », selon Gal 3 :13. Jésus, prenant sur lui le péché de l'humanité, a été un moment séparé du Père. Mais il est ressuscité, victorieux sur la mort et le péché !
  • - une manière de parler hébraïque (poétique), dans la lignée de Job, David ou Jérémie ? La lamentation est toujours suivie de la louange. Tout Juif qui entend le début du psaume 22 commençant par la lamentation d’un homme qui souffre, sait que la fin est glorieuse. C’est une louange au mystère de Dieu, c’est une prière juive. En disant cette phrase, Jésus s’identifie aux prophètes de la Bible, et en fin de compte à Israël ! Jésus est le Juif par excellence, et il laisse l'idée qu'Israël est également le serviteur souffrant. Jésus est le souverain Sacrificateur (Héb 2 :17-18) qui fait l’expiation des péchés du peuple. Dans le verset 23, il est dit : « Je redirai ton nom ! ». Certains diront que Jésus a crié le nom de DIEU, comme le grand prêtre qui, une fois/an à Kippour, avait ce droit !
  • - Jésus nous laisse à nous aujourd’hui cette expérience de vie où on peut se sentir « abandonné » de Dieu ; Christ a vécu cette souffrance et il comprend la nôtre.

 

Les versets 28 à 32 sont significatifs ! C'est la partie qui donne la parfaite description de la venue du Messie sur terre, et de Son règne. Il règnera sur les nations, comme le souligne le Psaume 2, avec un sceptre de fer. Et toutes les extrémités de la terre se tourneront vers Dieu ! Amen ! 

 

Que l’étoile du matin se lève dans nos cœurs !

 

2Pierre 1 :19 : « nous considérons comme d'autant plus certaine la parole prophétique. Vous faites bien de lui prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur jusqu'à ce que le jour commence à poindre et que l'étoile du matin se lève dans votre cœur »

En ce début d’année, nous devons nous tenir ferme sur l’espérance de Sa venue, nous devons prêter attention à la parole prophétique ! Derek Prince disait donc : « Nous pouvons être sauvé, baptisé dans l’Esprit et destiné au ciel, et en même temps ignorer la lumière que Dieu a promis ; si nous mourons ainsi, nous irons au ciel ; mais cela signifie que nous allons trébucher et tâtonner sur la terre, sans comprendre ce qui se passe, en vivant dans la peur et la confusion » (Guide prophétique pour la fin des temps).

Avant le lever du soleil, il y a l’aurore : une lumière qui apparaît avec l’apparition de l’étoile du matin. Pierre nous exhorte à laisser cette aurore – l’étoile du matin – se lever dans nos cœurs parce que quand elle se lèvera, nous saurons avec certitude que Jésus revient. Dieu désire que chacun de nous vive dans la joyeuse anticipation du retour du Seigneur. C’est ainsi que tout chrétien devrait vivre (DP).

Attendons Sa venue avec impatience et joie ! (Héb 9 :28).

« Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l'Eternel se lève sur toi »

 

(1) Les a-millénaristes attribuent à l’Eglise le règne messianique ; le Messie ou Christ est représenté par l’Eglise. Ils appliquent les prophéties concernant le rétablissement d'Israël à l'Église. C'est la doctrine de l'Église catholique (le Pape est le vicaire, le représentant de Christ), de l'Église orthodoxe, de l'Église anglicane, de l'Église réformée et de l'Église luthérienne. Les postmillénaristes situent la parousie, le retour du Messie, après les mille ans de règne, l’Eglise ayant conquis le monde et le soumettant à Christ. Cela touche davantage la pensée évangélique.

(2) Cas de figure évoqué dans notre livre « le Code de Golgotha ».

Gérald F – 9 janvier 2016

Partager cet article

Publié par Pasteur Gerald FRUHINSHOLZ